Chili : les attaques en zone mapuche continuent de plus belle

Vendredi 9 juillet à Carahue, un ex-étudiant en anthropologie de 29 ans qui avait  rejoint la lutte mapuche à travers la CAM (Coordinadora Arauco Malleco), Pablo Marchant, était assassiné par un carabinier d’une balle en pleine tête au cours d’une attaque contre des véhicules de l’entreprise forestière Forestal Mininco. Loin de réclamer une quelconque justice à l’État assassin, différents groupes mapuche radicaux de plusieurs régions (Biobío, La Araucanía et Los Ríos) avaient alors immédiatement entrepris de continuer à faire vivre les idées de « Toño » en s’en prenant à des entreprises qui exploitent l’eau ou la forêt : en moins d’une semaine, le pouvoir recensait déjà 44 blocages de routes, 22 attaques par armes à feu contre des patrouilles de carabiniers ou des vigiles, et 11 attaques incendiaires qui avaient détruit 39 véhicules (camions et engins de chantier forestiers).

Aujourd’hui 1er août, un peu moins d’un mois plus tard, tous ceux qui espéraient réduire ces attaques vengeresses à une inévitable flambée passagère de rage et de colère de quelques jours, ont reçu une petite douche froide lors du traditionnel bilan officiel du ministère de l’Intérieur. Ce dernier a en effet non seulement pointé une augmentation générale de 94% des « faits de violence » en zone mapuche (Macrozona Sur) lors du premier semestre 2021, mais aussi recensé plus de 150 « attentats » menés suite à l’assassinat de Pablo Marchant.

Voici donc la suite de notre petit aperçu chronologique des sabotages menés contre les entreprises de la région, qui ont détruit une cinquantaine d’équipements forestiers supplémentaires ces deux dernières semaines…
Lire la suite

La petite suggestion de Lagertha

Érigé sur la pointe nord de l’île danoise de Seeland, le majestueux château d’Elseneur a contrôlé pendant quelques siècles le détroit menant vers la mer baltique. Si ce monument fait aujourd’hui encore la fierté des habitants du coin, d’autres ne manquent pas de rappeler avec malice qu’il reste surtout connu en dehors de l’île pour avoir servi de cadre à une célèbre tragédie, de laquelle on ne retient généralement que le fait qu’ « il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark ». Qui plus est, on ne peut même pas compter sur l’actualité récente pour démentir le vieil adage shakespearien, au contraire. N’est-ce en effet pas là que le 3 juin dernier a été votée la loi permettant de dégager en masse les demandeurs d’asile du pays, en sous-traitant désormais leur « accueil » à des pays-tiers hors Union européenne le temps de l’étude du dossier (des discussions sont en cours avec l’Egypte, l’Ethiopie et le Rwanda) ? Et n’est-ce pas ce territoire du vieux continent qui a été pionnier dans l’imposition à la population d’un Coronapas dès le 21 avril, obligatoire pour les plus de 15 ans dans les cinémas, les stades, les bibliothèques, les bars ou encore… les auto-écoles et autres salons de coiffure ?

D’un autre côté, c’est également dans ce pays nordique qu’une petite suggestion anonyme a alors resurgi, offerte à tous les contestataires qui brûlent actuellement d’en finir avec ces nouvelles mesures liberticides. Une petite suggestion qui s’est même répétée par deux fois (au cas où quelqu’un n’aurait pas bien entendu) à une trentaine de kilomètres du château d’Elseneur, en touchant précisément quelque chose de pourri du royaume du Danemark et d’ailleurs. Celle-ci consiste rien moins qu’à perturber les contrôles d’identité de la police et ceux du QR code sanitaire effectués par n’importe quel autre larbin en sabotant les ondes qui connectent smartphones et tablettes à leurs indispensables bases de données en tout genre.
Lire la suite

Altena (Allemagne) : des voitures de flics sous les feux de la critique

traduit de l’allemand de chronik, 31 juillet 2021 (extrait)

(Focus). Dans la région de Rhénanie-du-Nord-Westphalie à Altena, des inconnus ont incendié deux voitures de patrouille de la police dans un parking souterrain vendredi 30 juillet. L’incendie, qui a totalement détruit les deux véhicules, a été découvert vers 12h30. En plus du poste de police, il y a aussi des magasins et des appartements dans le complexe immobilier au dessus du parking, qui a été en grande partie évacué par les pompiers pour éteindre le feu. Tous les locataires et utilisateurs de l’immeuble ont pu regagner leur logement après extinction.

Cet incendie à Altena, qui a été durement touchée par les inondations catastrophiques il y a quelques semaines, a provoqué de longs embouteillages autour des lieux de l’incendie, bloquant la Lenneuferstraße jusqu’à environ 15 heures. Les responsables estiment le montant des dégâts à plus de 100 000 euros. Aucune information n’a encore pu être donnée sur d’éventuels dommages au parking souterrain. La Sécurité d’Etat de Hagen a ouvert une enquête.


Lire la suite sur une troisième voiture de flics incendiée

Pau (Béarn) : saisir l’occasion pour s’évader

Pau : un suspect profite d’une visite à l’hôpital pour s’évader
La République des Pyrénées/Actu Pays Basque, 31 juillet 2021

Le déploiement de forces de police ce vendredi peu avant midi, dans le nord de Pau, près des hôtels Mercure et Formule 1, n’est pas passé inaperçu. Il s’agissait en fait d’une opération de recherches menée à la suite de l’évasion d’un suspect de l’hôpital de Pau.

Cet homme, placé en garde à vue dans le cadre d’une enquête menée par la police judiciaire, avait dû être conduit la veille aux urgences, à l’unité d’hébergement de courte durée, car il se plaignait de douleurs au niveau des jambes, selon nos informations.

Lors d’une auscultation, et alors que les policiers ne se trouvaient pas à côté du suspect, il a pris la fuite en « tenue légère ». En effet, il était seulement vêtu d’un caleçon. Il aurait réussi à s’enfuir par le toit des cuisines de l’établissement, jouxtant l’unité où il était hospitalisé.

Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne) : mutinerie et triple évasion au centre de rétention

Mesnil-Amelot, nuit du 28 au 29 juillet : restes de draps utilisés pour franchir les barbelés du centre de rétention

Seine-et-Marne: des évasions et des incidents au centre de rétention du Mesnil-Amelot
Le Parisien, 29 juillet 2021 (extrait)

Ils ont profité des troubles pour prendre la poudre d’escampette. Deux étrangers enfermés au centre de rétention administrative (CRA) du Mesnil-Amelot ont réussi à s’évader dans la nuit de mercredi à jeudi. Selon la Cimade, association de soutien aux migrants et réfugiés, un peu plus tôt dans la journée, un homme était déjà parvenu à s’échapper. Ce qui aurait pu être un des éléments déclencheurs de la mutinerie qui a éclaté peu avant 22 h 30 dans ce centre, le plus grand de France, situé à seulement quelques centaines de mètres des pistes de l’aéroport de Roissy et qui abrite actuellement 150 personnes.

Environ 95 sans-papiers étaient regroupés et ont commencé à s’en prendre aux forces de l’ordre, en leur jetant des projectiles. Ils ont également allumé quelques feux. Certains sont même montés sur les toits. Selon une source policière, l’un de ces étrangers en situation irrégulière aurait été légèrement blessé en chutant de plusieurs mètres de haut et un autre aurait été blessé par une branche.

Lire la suite

Grande-Synthe (Nord) : la mairie perd trente véhicules d’un coup

La piste criminelle envisagée après l’incendie qui a détruit
les ateliers de la ville de Grande-Synthe

La voix du Nord, 28 juillet 2021

Il ne reste plus rien des ateliers municipaux de la ville de Grande-Synthe après l’incendie qui s’est déclaré cette nuit de mercredi. Tout le matériel d’entretien de la municipalité et une trentaine de véhicules sont partis en fumée. La piste criminelle est privilégiée.

L’incendie s’est déclaré entre minuit et une heure, dans la nuit de mardi à ce mercredi. Deux alarmes anti-intrusion se sont déclenchées successivement. Puis le feu est parti du fond du bâtiment d’une surface de 2 700 m2. Il s’est propagé à une vitesse folle. À l’arrivée des sapeurs-pompiers (une cinquantaine de soldats du feu mobilisés), les ateliers municipaux de Grande-Synthe, avenue de Suwalki, étaient totalement embrasés.


Voir d’autres belles photos

Les compagnies aériennes et associations qui font tourner la machine à expulser

Expulsions : les compagnies aériennes y trouvent leur compte
A bas les CRA, 27 juillet 2021

Expulser a un coût et là-dessus, l’Etat ne lésine pas. En 2021, il prévoit de consacrer plus de 34 millions d’euros à ce que l’administration nomme pudiquement les « frais d’éloignement ». 5ème volet de notre série sur les boîtes collabos.

L’essentiel de cette somme va permettre à la PAF d’acheter des billets d’avions aux compagnies aériennes comme Air France sur des vols réguliers.Pour réserver les billets, le ministère de l’intérieur passe par « son » agence de voyage. Depuis 2017, AMEX TRAVEL (American Express Global Business Travel), située au 18 rue des deux gares, bâtiment ouest, à Rueil-Malmaison, est chargée de gérer les déplacements des keufs.

En plus d’utiliser des compagnies traditionnelles, le ministère de l’intérieur affrète aussi un Beechcraft 1900 D, un appareil à hélice de 19 places, qui permet de réaliser des expulsions notamment de familles vers les Balkans et le Caucase.Cet avion est mis à dispo par la société Twin Jet. Une collaboration fructueuse pour cette compagnie située au 1070 rue du Lieutenant Parayre à Aix en Provence et dirigée par Guillaume Collinot. Montant de l’appel d’offre remporté en 2018 : 6 millions d’euros.
Lire la suite

Narbonne (Aude) : l’incendie des câbles met les trains en tilt

Lundi 26 juillet vers 23h, un incendie s’est déclaré le long des voies du TER entre Narbonne (Aude) et Nissan-lez-Enserune (Hérault), à côté d’une sous-station électrique, détruisant des câbles mais endommageant aussi ce local technique.

Résultat ? Depuis 23 heures ce lundi, « des centaines de trains ont été impactés« , précise la SNCF, dont l’arrêt total du trafic régional toute la matinée de mardi entre Toulouse (Haute-Garonne) et Montpellier (Hérault). Au niveau national des TGV et Intercités, « les trains au départ de Paris pour Perpignan (Pyrénées-Orientales), ce mardi matin, seront soit supprimés, soit limités » explique-t-on à la SNCF, et les voyages au départ de Marseille (Bouches-du-Rhône) ou de Barcelone (Catalogne), passant initialement par Montpellier et Toulouse seront également impactés.

Une enquête a été ouverte pour déterminer l’origine accidentelle ou criminelle de cet incendie. Une vingtaine d’agents SNCF ont été mobilisés pour la remise en état du câblage brûlé, et la reprise des circulations de train est prévue à partir de 15h mardi.

[synthèse de la presse régionale et du site SNCF, 27 juillet 2021]

Paris : l’ambassade de Cuba aux molotovs

L’ambassade de Cuba en France visée par des cocktails molotov
Reuters/France24, 27 juillet 2021 (extrait)

Dans un communiqué, l’ambassade cubaine évoque le jet de trois cocktails molotov qui ont provoqué un début d’incendie et met en cause les Etats-Unis : « Dans la nuit du 26 au 27 juillet, l’ambassade de Cuba en France a été objet d´un attaque terroriste [sic] perpétré par deux individus qui ont lancé trois cocktails molotov, en provoquant un incendie sur la façade et l’entrée de cette mission diplomatique», indique-t-elle. Jean-Luc Mélenchon, chef de file du mouvement La France insoumise, a évoqué, sur Twitter un acte « incroyable et odieux » qu’il attribue à « des campagnes absurdes de haine et de boycott meurtrier par les USA».
Lire la suite

Rome (Italie) : deux voitures de matons aux molotovs

traduit de l’italien de RomaToday, 26 juillet 2021 (extrait)

Deux voitures privées d’agents de la Police Pénitentiaire (les gardiens de prison) en service à la section pour femmes de la prison de Rebibbia ont été incendiées suite à un lancer de molotov et détruites par des flammes boutées dans la nuit par des inconnus. C’est le Sappe (syndicat autonome de la police pénitentiaire) qui a fait sortir l’information.

Les flammes ont éclaté dimanche via Bartolo Longo sur le parking de la prison. Une Fiat 500 et une Lancia ont été brûlées. Sur place, les agents du commissariat de San Basilio chargés de l’enquête ont aussi retrouvé une bouteille inflammable qui n’a pas pris.

Nouveau site : le Centre de documentation sur la contre-surveillance

[reçu par mail, et publié ici à titre informatif, au-delà de ce qu’on peut penser de tel ou tel texte qui réfléchit plus à comment s’adapter aux nuisances technologiques qu’à comment s’en débarrasser…]

Il y a quelques mois on a créé un nouveau site web, qu’on a appelé le Centre de documentation sur la contre-surveillance ou Counter-Surveillance Resource Center (CSRC) en anglais.

Le but du site est de rassembler au même endroit différentes ressources (surtout des brochures, mais pas que) à propos de surveillance et de comment s’opposer à la surveillance. On veut privilégier les ressources pratiques sur plein de sujets différents : surveillance physique, surveillance numérique, ADN, drones, clandestinité… On accepte les contributions dans toutes les langues – le site web lui-même est traduit dans neuf langues pour l’instant.

Le CSRC fournit une base de données de ressources sur le thème de la contre-surveillance, en mettant l’accent sur la surveillance ciblée contre les personnes qui ont des choses à cacher. Nous voulons aider les anarchistes et autres rebelles à acquérir une compréhension pratique des menaces de surveillance auxquelles ielles peuvent être confronté.e.s dans leurs luttes et dans leurs vies. On préfère les ressources rédigées par des ami.e.s et compréhensibles sans connaissances techniques préalables.

L’adresse du site : https://csrc.link/fr

Saint-Lys (Haute-Garonne) : les cars scolaires s’envolent en fumée

Saint-Lys : dix bus détruits par un incendie, la piste criminelle privilégiée
La Dépêche, 23 juillet 2021

« La fumée, très noire, très âcre, se voyait depuis l’autre côté de la commune. C’était impressionnant», confie un habitant de Saint-Lys qui ce matin s’est inquiété quand il a entendu passer plusieurs véhicules des sapeurs-pompiers. L’alerte a été donnée à 10h33. Un car de la société Verdié, qui s’occupe du transport scolaire pendant l’année, brûlait sur le parking de la société, route de Saint-Clar-de-Rivière à Saint-Lys.

Quand les premiers pompiers sont arrivés sur place, le feu touchait déjà plusieurs cars. Et malgré le déploiement de plusieurs lances, les pompiers n’ont pas réussi à stopper la progression des flammes attisées par le vent. Dix véhicules ont été totalement détruits, un très endommagé, deux autres plus légèrement et deux épargnés.
Lire la suite

Creuse : sabotages d’engins d’exploitation forestière [mis à jour]

Deux enquêtes ouvertes en Creuse suite à des dégradations
sur des machines d’exploitation forestière

France Bleu, 22 juillet 2021

Jusqu’ici relativement épargnée, la Creuse fait face à des dégradations et des actes de vandalisme de la part d’opposants à l’exploitation forestière dans le département ces derniers mois d’après les élus locaux et les professionnels de la filière bois. Depuis le début du mois de juillet, le groupement de gendarmerie de la Creuse a ainsi ouvert deux enquêtes. A quelques jours d’intervalle, une récolteuse a été vandalisée à Saint-Junien-La-Brégère puis une machine du type abatteuse incendiée à Saint-Pardoux-Morterolles.

Des incidents graves qui laissent pantois le maire d’Auriat, Franck Simon-Chautemps. Il constate ces derniers mois de multiples dégradations sur la communauté de communes Creuse Sud-Ouest dont il est le vice-président.  « On a des tags en permanence du type ‘Assassins de la forêt’, sur les panneaux des chantiers mais aussi sur les bâtiments communaux, à Auriat, à Saint-Moreil, à Saint-Junien-Le-Petit, » se désole le maire. « C’est incompréhensible. Ce qui est grave c’est qu’il y a trois ans, on ne connaissait pas ce phénomène », analyse l’édile qui entame son quatrième mandat. Franck Simon-Chautemps qui reste circonspect face à ces comportements, « les gens ne comprennent plus ce qu’on fait, » déplore-t-il.
Lire la suite

Barcelonnette (Alpes) : le joujou des riches reçoit de la visite

Alpes de Haute-Provence : le golf du Bois Chenu à Barcelonnette vandalisé
Alpes1, 22 juillet 2021

C’est dans la nuit de mardi à mercredi que le directeur François Vallet a découvert ce triste spectacle. En effet, les greens 1, 7 et 8 qui sont les zones les plus compliquées à entretenir de l’établissement ont été fortement abîmés avec de nombreux trous et dessins incrustés dans le sol. « Des désagréments désolants » pour le golf qui ne comprend pas l’attitude de « ces idiots ». Même si une première réparation a été effectuée pour poursuivre l’activité, d’autres rénovations sont nécessaires à l’avenir, ce qui va entraîner des frais à hauteur de 1.500 euros. Notez qu’une plainte auprès de la gendarmerie a été déposée ce jeudi matin.

Melilla (Maroc/Espagne) : nouvel assaut victorieux de la frontière

Espagne : au moins 200 migrants ont pénétré dans l’enclave
de Melilla
AFP, 22 juillet 2021 (extrait)

Plus de 200 migrants provenant d’Afrique subsaharienne ont réussi jeudi 22 juillet au matin à franchir la haute clôture marquant la frontière entre Melilla et le Maroc et à pénétrer dans l’enclave espagnole, l’une des arrivées les plus massives de ces dernières années, ont indiqué les autorités espagnoles. Au total, plus de 300 personnes ont essayé d’escalader la clôture, munis de «crochets», peu avant 7h00 du matin, et 238 hommes sont parvenus à entrer en Espagne.

Trois policiers ont été légèrement blessés et les migrants ont été transférés dans un centre de séjour, où ils resteront en quarantaine en raison de la situation sanitaire, précise un communiqué de la préfecture de Melilla.

Boulogne-sur-mer : internet ne tenait qu’à un fil

Un acte de vandalisme prive des Boulonnais d’Internet
depuis plusieurs jours

La Voix du Nord, 21 juillet 2021 (extrait)

Le 13 juillet, un ou plusieurs individus ont sectionné les fibres d’une armoire télécom située avenue de Normandie à Boulogne. Résultat, un bon nombre d’abonnés du quartier Beaurepaire, tous fournisseurs d’accès internet confondus, ont été privés d’Internet et de téléphone fixe pendant plusieurs jours.

La panne dure depuis le 13 juillet. «  Vous vous rendez compte, aujourd’hui, se retrouver presque 10 jours sans Internet et sans téléphone…  », râle Robert Courdot. Cet habitant de la place de Bretagne fait partie des nombreuses victimes de l’acte de vandalisme perpétré la semaine dernière avenue de Normandie. Un ou plusieurs individus ont forcé une armoire télécom et ont coupé l’ensemble des fibres qui s’y trouvaient. Ce qui a eu pour conséquence de couper le réseau téléphonique et internet…

Paris : incendie solidaire d’une camionnette Enedis

Paris : Camionnette Enedis en feu
Attaque, 21 juillet 2021 (qui l’a reçu par mail)

Les ennemis de l’autorité ressentent de plus en plus la nécessité de s’en prendre au réseau de distribution d’électricité, un élément indispensable de cette société.

Les centrales sont difficiles à atteindre (pour l’instant. Mais peut-être qu’à l’avenir…) mais récemment il y a eu des belles tentatives de saboter des postes électriques.

C’est l’empire d’EDF tout entier, fondé sur le nucléaire (70% de l’électricité produite en France vient des centrales nucléaires) qu’il faudrait arriver à frapper sans cesse, partout.

Comme petite contribution à la lutte contre ce monstre froid qui se remplit le poche en assurant l’énergie à cette société qui nous asservit on a fait une petite surprise à l’une des sociétés du groupe EDF.

La nuit du 17 au 18 juillet nous avons mis le feu à une camionnette d’Enedis, rue des Pyrénées, derrière le Père Lachaise.
Lire la suite

Pozzallo (Italie) : révolte incendiaire dans le centre pour migrants

Dimanche 18 juillet vers 18h30, un incendie s’est déclaré dans le hotspot de Pozzallo, en Sicile (province de Ragusa), après que certains migrants aient mis le feu à leurs matelas. Le Hotspot de l’union européenne enfermait une centaine de migrants, dont une vingtaine de mineurs, arrivés récemment en Italie  à bord d’embarcations de fortune. Enfermés dans cette structure le temps de leur quarantaine-covid, ils devaient ensuite être orientés vers d’autres centres de rétention de Sicile.

Le bâtiment principal a été mis hors d’usage par l’incendie, et la préfecture a immédiatement « réhabilité » l’ancien bâtiment destiné aux femmes, et aussi transféré une vingtaine de migrants à Cifalì, portant leur total restant à 78. Pourtant, ce qui fait que les comptes ne tournent pas rond, c’est que 36 migrants ont réussi à s’évader du Hotspot de Pozzallo grâce à son incendie. Si 7 ont été repris, les autres courent toujours…

[synthèse de la presse italienne, 20 juillet 2021]

Surrey (Canada) : et une église de plus en moins !

Surrey (Colombie-Britannique), 19 juillet : la seule église qui illumine est celle qui brûle

Une nouvelle église ravagée par les flammes en Colombie-Britannique
Radio Canada, 19 juillet 2021

L’Église orthodoxe St. George, à Surrey, dans le Grand Vancouver, a été détruite dans un incendie lundi matin. Elle s’ajoute à la liste grandissante des établissements religieux ravagés par les flammes au cours des dernières semaines. Vers 3 h 30, 10 camions et 32 pompiers ont été déployés sur les lieux de l’incendie, survenu dans le quartier Whalley, à Surrey. Selon les autorités, personne n’a été blessé et aucun autre bâtiment n’a été touché par les flammes.

Au cours des dernières semaines, de nombreuses églises ont été la proie d’incendies en Colombie-Britannique, à Yellowknife, en Alberta et en Saskatchewan [soit au moins 45 églises canadiennes vandalisées ou incendiées à ce jour, selon un site religieux]. Ailleurs au pays, des paroisses ont été l’objet de vandalisme. Aucune preuve ne lie ces incendies à la découverte récente de tombes non marquées près d’anciens pensionnats pour Autochtones, gérés par des congrégations religieuses. Malgré tout, des membres de Premières Nations demandent que cessent ces actes de vandalisme, « qui ne font qu’ajouter à la douleur des Autochtones » selon leurs représentants.

Fort-de-France (Martinique) : le retour du couvre-feu ne passe vraiment pas

[Le 12 juillet 2021, quelques heures après que le Président ait annoncé le pass sanitaire sur tout le territoire, et en même temps un retour de l’état d’urgence dès le lendemain pour les colonies françaises de La Réunion et de la Martinique, avec couvre-feu (de 21 h à 5h) et retour des attestations nocturnes, le préfet de la seconde s’est ingénié à le mettre en place. Malgré cela, dès mardi 13 juillet au soir, des manifs se sont déroulées à 21h pour le braver dans la capitale de la Martinique Fort-de-France, continuant parfois en semaine (110 amendes distribuées la nuit de jeudi à vendredi), et samedi 17 juillet elles se sont prolongées en affrontements avec la police toute la nuit : bijouteries pillées, comico défoncé, incendie de voitures et de l’agence EDF, et tentative d’incendie du Palais de Justice…]

Fort-de-France (Martinique), 18 juillet : bijouterie pillée puis incendiée

Heurts à Fort-de-France, où des bijouteries ont été la cible de casseurs

Ce dimanche matin (18 juillet 2021), les habitants du centre-ville de Fort-de-France découvrent les effets des affrontements de la nuit entre forces de l’ordre et manifestants opposés au couvre-feu.

Une bijouterie de la rue Lamartine est prise d’assaut peu après 22 heures. Elle a été ouverte, vidée et incendiée vers 2 heures ce dimanche, affirment nos journalistes sur place. Les voisins de l’immeuble de trois étages, ont déménagé pendant la nuit car ils étaient incommodés par les fumées.
Lire la suite des émeutes

Grenoble (Isère) : incendie solidaire contre l’installateur Telecom

boum véhicule scopelec
Indymedia Nantes, 18 juillet 2021

Dans la nuit du 15 au 16 juillet, on a incendié une camionette nacelle Scopelec dans le quartier des eaux claires à grenoble.

Un ptit boum contre cette entreprise qui participe à l’extension du contrôle technologique en installant des réseaux télécom (fibre optique, 5G etc.). L’instauration d’un pass sanitaire est une pierre de plus pour la construction de « villes intelligentes », de surveillance et de traçage.

Solidarité avec Boris enfermé pour l’incendie de deux antennes-relais !

ps la pluie n’éteint pas le feu