Archives de catégorie : Italie

Turin (Italie) : révolte incendiaire au centre de rétention

traduit de l’italien (La Stampa, 10 septembre 2010, extrait)

(Turin) – Révolte dans le centre de rétention (CPR, Centro di Permanenza per il Rimpatrio) situé corso Brunelleschi : un groupe de migrants a mis le feu à plusieurs matelas, dans une tentative de déclencher un incendie contre les modules d’habitation. L’alarme s’est déclenchée dans le module rouge de la structure, subdivisée en plusieurs zones. Les effets de l’incendie étaient visibles jusqu’à l’extérieur, où une colonne de fumée s’est élevée au-dessus du centre.

Le module rouge a été entièrement détruit, soit 35 places du centre de rétention. Six retenus ont été transportés à l’infirmerie avec une légère intoxication liée à la fumée, tandis que les agents de la police de l’immigration tentent d’identifier les auteurs de la révolte.

Pozzallo (Italie) : révolte incendiaire dans le centre pour migrants

Dimanche 18 juillet vers 18h30, un incendie s’est déclaré dans le hotspot de Pozzallo, en Sicile (province de Ragusa), après que certains migrants aient mis le feu à leurs matelas. Le Hotspot de l’union européenne enfermait une centaine de migrants, dont une vingtaine de mineurs, arrivés récemment en Italie  à bord d’embarcations de fortune. Enfermés dans cette structure le temps de leur quarantaine-covid, ils devaient ensuite être orientés vers d’autres centres de rétention de Sicile.

Le bâtiment principal a été mis hors d’usage par l’incendie, et la préfecture a immédiatement « réhabilité » l’ancien bâtiment destiné aux femmes, et aussi transféré une vingtaine de migrants à Cifalì, portant leur total restant à 78. Pourtant, ce qui fait que les comptes ne tournent pas rond, c’est que 36 migrants ont réussi à s’évader du Hotspot de Pozzallo grâce à son incendie. Si 7 ont été repris, les autres courent toujours…

[synthèse de la presse italienne, 20 juillet 2021]

Gênes (Italie) : sabotages incendiaires d’infrastructures technologiques et énergétique [mis à jour]

Gênes : Incendies de l’antenne-relais 5G du Pôle technologique Erzelli, d’armoires de data-serveurs et contre un pylône à haute-tension de Terna
traduction revue à partir de l’original en italien paru sur Actforfreedomnow, 30 juin 2021

Ndt : selon la presse italienne (Genova24 du 20 juin), les dégâts contre le pylône de Terna ont également conduit ce gestionnaire national du réseau électrique à haute-tension (équivalent de RTE en France) à couper provisoirement l’électricité dans toute la zone de Coronata où se sont produits ces sabotages.
Voici la traduction du communiqué de revendication :

Nous sommes dans une époque où le triomphe de la science, de la technologie et de la technique ne cesse de s’imposer. Cela ne signifie pas que nous nous trouvons dans un monde de science-fiction ou visionnaire, mais que, dans la réalité crue, la science après avoir fidèlement servi la politique (l’État) et l’économie (le capital), est désormais devenue la force motrice du nouveau cadre productif et économique.

Jusqu’au milieu du XXe siècle, elle fournissait à l’Etat les moyens de propagande (TV, radio, presse), les moyens de répression (armes) et les moyens de production industrielle qui ont réduit la main d’oeuvre. Depuis le milieu du siècle dernier, le pouvoir de la science s’est accru toujours plus pour envahir chaque aspect de nos vies, et avec les bio- et nano-technologies, la vie elle-même.

Le monopole de la vérité semble avoir rendu la science toute-puissante, comme cela a été le cas pour l’État avec son monopole historique de la violence.
Science, Église et État se sont affrontés par le passé pour prendre le pouvoir ou pour le partage des pouvoirs. A présent, ce sont la science et la technologie qui déterminent et influencent la politique étatique et les stratégies économiques, sociales et répressives : elles ne sont donc pas neutres.
Le capitalisme finance des armées de techniciens qui se consacrent à la recherche et à la création de nouveaux produits et « ressources » uniquement gérables par des spécialistes, en plus des produits qui une fois mis à disposition des masses façonnent le monde qui nous entoure en devenant « indispensables » et parfois indestructibles, comme le nucléaire.
Ce processus est aussi rapide que la croissance de la technologie, et a restreint la liberté individuelle.

Lire la suite du communiqué de revendication

Bologne (Italie) : la vitrine des matons en miettes

Bologne, 2 mai 2021 – C’est arrivé une fois de plus, pour la quatrième fois depuis son inauguration le 5 novembre 2019. Des pierres et des actes de vandalisme se sont produits contre le local de l’Anppe, l’association nationale de matons (associazione nazionale di polizia penitenziaria)  située via Ferrarese 11/C. Les dégâts se montent à trois mille euros.

L’action de ces inconnus remonte au 1er mai ou à la nuit précédente, et la Digos (DGSI) et le service d’investigation de la Pénitentiaire sont intervenus sur place. « Nous pensons que derrière ce nouvel épisode se trouvent des motivations politiques, mais nous n’avons aucun suspect pour le moment » a déclaré le responsable de la structure. Avant les pierres, le local avait déjà reçu des injures ces derniers mois (« Fascistes, assassins, amnistie* »).

NdT : « amnistie », certainement pour les prisonniers protagonistes des mutineries ravageuses dans les prisons italiennes en mars 2020 (voir ici et ).

[Traduit de l’italien. Extrait du journal local, Il resto del carlino, 2 mai 2021]

Offanengo (Italie) : l’antenne 5G part en flammes

Cela s’était déjà passé le 16 janvier dernier à Casale Cremasco (Crema). A présent cela s’est répété à sept kilomètres de distance, sur la commune de Offanengo. La cible est toujours la même : un pylône de téléphonie mobile 5G. La revendication aussi : « Non à la société digitale. Stop 5G», la première fois ; «Stop à la 5G», la seconde. Les carabiniers sont chargés de la double attaque incendiaire volontaire, dont la dernière vers 4h au matin du 26 avril sur un pylône de via Tirone, près du terrain de sport de la commune d’Offanengo. Les flammes sont montées jusqu’à vingt mètres de haut, alertant un voisin.  » L’enquête est en cours, les faits sont clairs, il existe un lien possible entre les deux faits« , a déclaré le lieutenant-colonel Lorenzo Maria Repetto, commandant du service d’enquête des carabiniers (Reparto operativo).

[Traduit du Corriere della sera, 27 avril 2021]

Rome (Italie) : attaque solidaire d’une antenne 5G

traduit de l’italien de roundrobin, 27 avril 2021

Contre le système technologique et le contrôle qui avance, nous ne pouvons qu’opposer l’action destructive. C’est pour cela que la nuit du 14 au 15 avril, une antenne 5G WindTre a été incendiée via Tor tre teste, à Rome.
Une pensée de feu à Juan et aux frères et soeurs du Chili en grève de la faim. Liberté pour Marcelo Villaroel !
Vive l’anarchie.

Monologue dans le vide de la grande antenne avant de s’éteindre

« Je veux m’en aller, je n’en peux plus de l’immobilité de ces gens, qui passent en-dessous de moi sans même me remarquer, alors qu’ils se tapent les ondes électromagnétiques que j’émets et restent les yeux fixés sur leurs smartphones comme des automates hagards, smartphones qui ne sont rien d’autre que l’outil qui les contrôle, les anesthésie et les abrutit, à leurs dépens mais pour le bien de l’Etat et des multinationales. A tout moment, de l’usine au petit tour dans le parc avec le chien, ils emmènent avec eux le bâton et la carotte de leur servitude obstinée. Il semble bien qu’ils se fichent d’être devenus complètement soumis à un rectangle de puce électronique et de couleurs à cristaux liquides. Il semble qu’ils se foutent comme de l’an quarante d’être pris pour des cobayes et des pantins, réduits à la portion congrue dans une vie gouvernée, schématisée, happée et violée par un pouvoir schizophrène qui s’érige en plus grand défenseur de la vie même, alors qu’il s’agit de défendre l’économie et les privilèges, avant de démontrer dans les faits que la vie humaine, vraie, libre et complète, vaut pour lui moins que zéro. Ces bien-pensants peu pensants que je vois défiler chaque jour dans la rues de Rome, passent à mes pieds en laissant tout passer.
Continuer la lecture de Monologue dans le vide de la grande antenne avant de s’éteindre

Rome (Italie) : attaque incendiaire contre l’Institut supérieur de la santé (ISS)

traduit de l’italien de roundrobin, 17 mars 2021

Un jour pas trop éloigné du 8 mars, l’entrée de l’ISS (Institut Supérieur de la Santé) a été incendiée.

Parce que c’est moi qui décide de mon corps.
Parce que les responsabilités des assassinats d’État dans les prisons en mars 2020 sont aussi à rechercher là-dedans*.
Parce que la médecine est une institution oppressive, un des multiples piliers sur lesquels s’appuie le système capitaliste patriarcal technoindustriel.
Parce que c’était la dernière journée avant le retour en zone rouge [et donc en confinement] et qu’il s’agissait de la passer dans la joie.
Et surtout, pourquoi pas ?

Solidarité avec ceux qui luttent dans les prisons, contre elles et contre tout type de cage.
Une pensée pour les virus opprimés du monde entier.
Continuer la lecture de Rome (Italie) : attaque incendiaire contre l’Institut supérieur de la santé (ISS)

Rome (Italie) : sabotage des câbles du TGV

Sabotage de câbles électriques/fibre optique ferroviaire
à grande vitesse

traduit de l’italien de roundrobin, 15 février 2021

1011010010101010001
1010000101010111101
1010101111010101101
001010011…bzzzz…..
Silence.

Feu bouté aux câbles de la fibre optique le long de la voie TGV pour nous prendre et offrir un moment de déconnexion.

Contre le confinement comme expérimentation de contrôle de masse et accélérateur de la virtualisation et médicalisation de nos vies.

Une pensée pour Dimitris et à qui lutte dans les prisons.

Casale Cremasco (Italie) : le pied de l’antenne sent le brûlé

Un incendie volontaire est survenu au cours de la nuit contre l’antenne-relais de téléphonie mobile de Vodafone à Casale Cremasco (située en Lombardie, au beau milieu d’un triangle entre Milan, Bergame et Crémone).

Le feu a été bouté à la base du pylône, détruisant les câbles menant aux différents boîtiers de dérivation. Les pompiers ont été appelés à 4h30 du matin et ont pu l’éteindre rapidement, mais les dégâts sur l’antenne sont importants. L’alerte a été donnée aux pompiers par un vigile qui passait sur la route. Sur ses armoires électriques ont été retrouvés les tags « Non à la société digitale. Stop 5G».

Ce matin, se trouvaient également sur place les carabiniers du ROS (Raggruppamento operativo speciale, spécialisé en matière de lutte contre le crime organisé et l’anti-terrorisme). Les techniciens ont réussi à remettre le relais en fonction dans la journée malgré les dégâts.

[D’après la presse italienne locale, La Provincia di Crema/Cremasco news, 16 janvier 2021]

Rome (Italie) : incendie solidaire d’une antenne 5G

traduit de l’italien de roundrobin, 14 janvier 2021

A coups de décrets, de couvre-feu, de zones rouges et de confinement, ils nous voudraient enfermé.e.s à la maison, lobotomisé.e.s devant l’écran d’un ordinateur ou d’un smartphone, paralysé.e.s par la peur de sortir et de violer ordonnances et interdictions.
Ne cédons pas à la résignation.
Continuons à attaquer…
A pratiquer l’action directe !!!
Par un tard après-midi de début janvier, une antenne avec des relais 4G et 5G a été incendiée.
Feu au monde hyperconnecté.
Flammes contre la société de contrôle.
Une accolade à nos sœurs et à nos frères incarcéré.e.s pour l’Opération Bialystok, à Anna et Alfredo, à Beppe, Natascia, Davide et à tou.te.s les prisonnier.e.s anarchistes enfermé.e.s dans les taules.
Liberté pour toutes et tous.

Rome (Italie) : Feu pour feu

traduit de l’italien de infernourbano, 14 janvier 2021

La nuit du 17 décembre, une antenne-relais proche d’une sortie de l’autoroute de contournement de Rome (GRA) a été sabotée par le feu.

Une action incendiaire qui ravive notre mémoire de vengeance pour le massacre d’État qui s’est déroulé dans les prisons italiennes insurgées en mars 2020, lors du premier confinement.

Lors de ces journées, les révoltes des prisonniers qui réclamaient santé et liberté ont été réprimées dans le sang par les organes de sécurité de l’État. En plus des tabassages, des transferts et des représailles, 14 personnes ont perdu la vie.
Continuer la lecture de Rome (Italie) : Feu pour feu

Trento (Italie) : sabotages solidaires avec anarchistes et émeutiers

traduit de l’italien de infernourbano, 13 janvier 2021

Trento – La nuit du 22 au 23 novembre, trois armoires de fibre optique sabotées. Une à proximité d’un pôle industriel, une dans une zone industrielle près de GLS et Iveco, et une d’une annexe de la préfecture de police. Des tags ont été laissés : Liberté pour Juan, Solidaires avec les inculpés de l’opération Scripta Manent, Solidarité avec les révolutionnaires incarcérés, Liberté pour toutes et tous (A)

La même nuit, une voiture de l’administration pénitentiaire a été vandalisée, et un tag tracé : Solidarité avec les émeutiers.

Crémone (Italie) : Amazon ne répond plus

traduit de l’italien de roundrobin, 26 décembre 2020

« La nuit du 23 au 24 décembre, le display [l’écran qui permet de scanner le code-barre de retrait des colis] de l’Amazon Locker situé via Bergamo à Crémone a été brisé, le mettant de fait hors service. Sur la structure est apparu le tag « Tu fais commerce de la vie, mais n’es-tu pas mort ? »

Le Locker fonctionne comme un point de collecte en libre service pour les commandes et le retrait des produits, qui n’ont pu avoir lieu : tout a été paralysé par les dysfonctionnements générés. »

Rome (Italie) : incendie solidaire avec les anarchistes en procès

traduit de l’italien de roundrobin, 26 décembre 2020

« Le soir du 1312, au lendemain du début du procès pour l’Opération Bialystok*, nous avons brûlé des véhicules enjoy de l’ENI [multinationale italienne de l’énergie] en solidarité avec nos compagnons et compagonnes accusé.e.s.

Liberté immédiate pour Claudio, Dani, Flavia, Fra, Nico et Robi !!!
Liberté pour toutes et tous »
Continuer la lecture de Rome (Italie) : incendie solidaire avec les anarchistes en procès

Bologne (Italie) : une nouvelle antenne part en fumée

[traduit du quotidien italien, Il resto del carlino, 23 novembre 2020]

Bologne, 23 novembre – Un incendie la nuit dernière, vers 4h30, a sérieusement endommagé des relais de téléphonie sur un parking de la via Bellaria, entre les villes de Bologne et San Lazzaro di Savena. Selon les enquêteurs, le feu est d’origine volontaire, reconductible à la sphère anarchiste. Sur place, en plus des pompiers et des carabiniers, est également intervenue la Digos [service de police du renseignement italien]. Les relais partis en fumée se trouvent sur une structure surélevée à l’intérieur d’un parking. Par terre, sur le bitume, a été tracé un tag à la peinture blanche, qui dit : « Non au contrôle. Non à la surveillance. Pandémie = capitalisme ».
Continuer la lecture de Bologne (Italie) : une nouvelle antenne part en fumée

Turin (Italie) : verdict en appel du procès Scripta Manent

traduit de l’italien de roundrobin/malacoda, 26 novembre 2020

Mardi 24 novembre, la cour d’appel de Turin a rendu le verdict contre les inculpés de l’opération Scripta Manent. Voici une brève liste des condamnations et des acquittements :

Ont été condamnés pour association subversive à finalité terroriste («associazione sovversiva con finalità di terrorismo ed eversione dell’ordine democratico») : Anna à 16 ans et 6 mois (contre 17 ans en première instance), Alfredo à 20 ans (idem qu’en première instance), Nicola à 1 an et 1 mois (contre 9 ans en première instance).
Continuer la lecture de Turin (Italie) : verdict en appel du procès Scripta Manent

Bagnolet (Seine St Denis) : tags solidaires

Indymedia Nantes, 20 novembre 2020

Tags de solidarité avec les anarchistes inculpé·e·s en Italie

Suite à l’appel à deux semaines de solidarité, du 9 au 24 novembre 2020, avec les anarchistes qui passent en procès en Italie par rapport à différentes luttes, et pour la libération de tou·te·s les prisonnier·e·s, nous avons fait une quinzaine de tags dans les rues de Bagnolet (banlieue proche de Paris).
Continuer la lecture de Bagnolet (Seine St Denis) : tags solidaires