Category Archives: Italie

Italie : nouveaux affrontements contre le couvre-feu

[Comme c’est souvent le cas lorsqu’éclate ce genre de situation de rue qui nous prend à l’improviste, beaucoup se demanderont qui sont et que veulent ces émeutiers qui protestent contre le couvre-feu en Italie (genre un retour à cette bonne vieille normalité) en tentant de rentrer leur colère dans de petites cases, plutôt que de se demander ce que nous voulons, nous, avec des idées, pratiques et perspectives révolutionnaires anarchistes qui ne se limitent pas à ce nouveau tour de vis du pouvoir. Non seulement pour agir (ou pas) à l’intérieur de telles protestations, mais aussi à côté ou en dehors d’elles.
Du côté des porte-parole de l’État, les grands journaux italiens ont par exemple choisi de mettre en avant ce matin 27 octobre selon les villes un petit côté gilet jaune hexagonal des manifestations des débuts pour son côté très hétérogène et l’aspect « guerilla urbaine », pointant par exemple à Turin aussi bien les « ultras » rivaux des deux clubs de foot (Juventus et le Torino), que des groupes de jeunes « vandales immigrés », des « complotistes » variés ou des petits commerçants : il faut dire que le saccage et parfois le pillage des boutiques de luxe de la via Roma (Apple store, Gucci, Geox, etc.) et dans de nombreuses autres rues adjacentes par 600 émeutiers a par exemple donné du fil à retordre aux forces anti-émeute jusque tard dans la nuit. A Milan idem, où c’est notamment le très commerçant corso Buenos Aires qui a été parcouru en scandant « Liberté, Liberté » puis la zone de Stazione Centrale, et où un grand journal du nord s’est fait plaisir à pointer « le groupe [de 300 manifestants] formé à la fois d’italiens et d’étrangers, de quelques militants de Forza Nuova [groupe d’extrême-droite] mais aussi d’anarchistes ». Il y aurait d’ailleurs eu des coups échangés entre fachos opposés aux destructions de vitrines, tentant du coup de faire office de SO informel (« on ne touche pas aux commerces, on est là pour autre chose »), et des groupes de plus jeunes de toutes origines venus au contraire pour exprimer leur rage, et pas que contre la police.
Cela promet de belles polémiques en perspective* qu’on a déjà connues ici dans les fameux milieux limitants, bien sûr en fonction des villes et des contextes qui peuvent varier (Naples n’est pas Trieste, et Milan n’est pas Rome, etc.), entre caricaturalement investir ce genre de manifs pour en chasser les fachos (y compris avec des pratiques qu’ils partagent plus difficilement), dépasser ces derniers et offrir d’autres possibilités, ou déserter ces rassemblements trop verrouillés localement en saisissant l’occasion que les flics soient bien occupés là pour agir ailleurs et autrement… y compris sur d’autres types de cibles moins évidentes que les flics et le mobilier urbain, et sans rien demander au pouvoir.
A Turin comme à Milan, il y a aussi eu des tentatives d’attaque des sièges de Région (ces rassemblements commencent souvent sur de grandes places quelques heures avant le couvre-feu, avant de partir en sauvage), et à Naples, pour la troisième journée consécutive, des centaines de jeunes ont à nouveau affronté les flics de façon mobile et monté des barricades de matériel urbain.
Enfin, précisons qu’il y eu des rassemblements sans cortèges sauvages ravageurs dans d’autres villes que Turin, Milan et Naples –parfois à l’initiative des réseaux d’extrême-droite ou de commerçants mais pas que–, comme Pescara, Vicenza, Perugia, Genova, Foggia, Pesaro, Trieste, Bologna, Firenze, Lecce (avec des slogans comme « Mieux vaut le risque de mourir de Covid que la certitude de mourir de faim »), Campobasso, etc. Les chiffes officiels de ce matin donnent au moins 5 arrêtés à Turin (dont deux pour le pillage du
Gucci et un pour le Vuitton), et 28 à Milan (dont 13 mineurs, et une anarchiste).

* On pourra par exemple (re)lire ce Recueil de textes anarchistes à propos du mouvement des gilets jaunes, 24 p., août 2019]


Nouveaux incidents lors de manifestations anti-restrictions en Italie
AFP, 26 octobre 2020 (extrait)

La fermeture des restaurants et des bars à partir de 18 heures et de tous les théâtres, cinémas et salles de sport pendant un mois a suscité colère et inquiétude dans un pays déjà très durement affecté par deux mois de confinement au printemps et qui doit connaître cette année sa plus grave récession économique depuis la Seconde Guerre mondiale.
Continue reading Italie : nouveaux affrontements contre le couvre-feu

Naples (Italie) : le couvre-feu sent le brûlé

|En Italie, trois régions viennent d’instaurer un couvre-feu : celles de Rome (Latium), Milan (Lombardie) et Naples (Campanie). Le Piémont et la Sicile imposeront dans la semaine qui vient à leur tour le couvre-feu, et d’autres régions pourraient faire de même, à moins que le gouvernement ne décrète la mesure sur le plan national. Si à Rome ce sont 200 militants du parti d’extrême-droite Forza Nuova qui l’ont bravé samedi soir, à Naples ce sont des centaines de jeunes qui avaient saisi l’occasion la veille pour affronter la police.]

Belga/AFP, 24 octobre 2020

La Campanie, région du sud-ouest de l’Italie fait l’objet de nouvelles mesures restrictives visant à endiguer une hausse rapide de la courbe des contaminations. Mais le couvre-feu (23h00 à 05h00) instauré vendredi et la crainte d’un nouveau confinement ont d’ores et déjà suscité un vent de colère dans la région, se traduisant par des manifestations avec quelques débordements.

Vers 23 heures, plusieurs centaines de personnes, souvent jeunes, ont allumé des fumigènes, incendié des poubelles et lancé des projectiles sur les policiers antiémeute déployés dans le centre-ville. Des appels avaient été lancés sur les réseaux sociaux pour défier le couvre-feu également en vigueur dans les régions de Rome et de Milan.
Continue reading Naples (Italie) : le couvre-feu sent le brûlé

Rome (Italie) : incendie solidaire de voitures d’ENI

Rome : incendie d’autos de Enjoy
traduit de l’italien de Roundrobin, 26 aout 2020

Rome – dans la nuit du 20 au 21 août ont été attaquées quelques voitures ENI-Enjoy [en autopartage et propriété de la multinationale de l’énergie Eni] en solidarité avec les prisonnier.e.s des opérations Bialystok et Scripta Manent.

Ros et Digos, vous êtes des merdes.
Liberté pour toutes et tous.

Carla extradée, une première lettre

Indymedia Nantes, 25 août 2020 (extrait)

Mardi 25 août 2020, Carla, arrêtée le 26 juillet dernier, a finalement été extradée en Italie. Elle est désormais incarcérée à la prison de Vigevano, près de Milan, en module AS3 (alta sicurezza 3).
Cette section d’isolement haute sécurité était initialement réservée aux détenu-es accusé-es d’appartenir à la mafia. Depuis la fermeture de [la section AS2 de la prison de] l’Aquila, les sections AS2, réservées aux détenu-es considéré-es comme politiques par l’État, n’existent quasiment pas pour les femmes, hormis Rebbibia (Rome) où sont Flavia et Anna. Cette dernière n’y est que pour quelques semaines car le choix de l’État Italien est de dispatcher les compagnonnes, c’est pourquoi la plupart, dont Carla, se retrouvent en AS3.
Carla a écrit une lettre depuis la prison de Fresnes que nous reproduisons ci-dessous.
Continuons à lui écrire et à lui exprimer notre solidarité !

Continue reading Carla extradée, une première lettre

Fresnes (Val-de-Marne) : mise à jour sur la situation de Carla

Mise à jour sur la situation de Carla incarcérée dans le cadre de l’Opération Scintilla
Indymedia Nantes, 18 août 2020

Alors que l’administration pénitentiaire avait annoncé à Carla son transfert [vers une prison italienne] pour mardi 11 août, suite à un cas de COVID dans la prison,  c’est finalement une seconde quatorzaine qui lui à été annoncée à  Fresnes. Elle serait donc au « confinement sanitaire » jusqu’au 24 août.
Continue reading Fresnes (Val-de-Marne) : mise à jour sur la situation de Carla

Rome/Sicile (Italie) : évasions dans les centres de rétention

Rome : Six sans-papiers enfermés dans le centre de rétention (Cpr) de Ponte Galeria ont réussi à s’évader jeudi 13 août. Ils se sont d’abord glissés dans les conduites d’air climatisé jusqu’au toit. De là, en sautant plus bas, ils ont atteint le premier mur d’enceinte, qu’ils ont escaladé, avant de disparaître dans la nature. Si cinq ont été repris, causant en passant une blessure au visage d’un inspecteur de police, l’un d’entre eux court toujours…
(traduit de l’italien de La Repubblica, 17 août 2020)
Continue reading Rome/Sicile (Italie) : évasions dans les centres de rétention

Saint-Etienne (Loire) : arrestation d’une compagnonne recherchée par l’Italie

Arrestation de Carla à Saint-Etienne, recherchée dans le cadre de l’opération Scintilla
Indymedia Nantes, 29 juillet 2020

Près de Saint-Etienne, dimanche 26 juillet vers 19h, dans la rue, une dizaine de policiers armés de la BRI (Brigade de Recherche et d’Intervention) et de la DGSI (Direction Générale de la Sécurité Intérieure) surgissent de tous les côtés, arrêtent Carla et braquent les autres personnes présentes avec des fusils d’assauts. Menottée au sol, elle est ensuite embarquée dans une des voitures pour être emmenée au commissariat de Saint-Etienne où arrivera la SDAT (Sous-Direction Anti-Terroriste) de Paris quelques heures plus tard. Le reste des personnes n’a pas été contrôlé.
Continue reading Saint-Etienne (Loire) : arrestation d’une compagnonne recherchée par l’Italie

Fresnes/Op. Bialystok : une lettre de Roberto avant son extradition

[Roberto a été arrêté le 12 juin dernier à Saint-Victor-sur-Loire dans le cadre de l’opération anti-terroriste italienne Bialystok. Cinq personnes avaient été arrêtées simultanément dans le squat Bencivenga à Rome, une personne à Almeria en Espagne et Roberto à Saint-Étienne. Voici sa deuxième lettre publique, écrite depuis le Centre pénitentiaire de Fresnes (94), quelques jours avant son extradition le 28 juillet vers la prison de Rebibbia à Rome.

Opération Bialystok : une lettre de Roberto depuis le centre pénitentiaire de Fresnes
Le Numéro zéro, 24 juillet 2020
Continue reading Fresnes/Op. Bialystok : une lettre de Roberto avant son extradition