Archives de catégorie : Déconnexion

Marzan (Morbihan) : internet emprunte aussi les ponts…

Des foyers « coupés du monde » après un incendie
Ouest France, 21 janvier 2022

Depuis un incendie dans l’après-midi de lundi, au pied du pont de La Roche-Bernard dans une chambre télécom, côté La Roche, plus de 800 foyers (soit environ 1 600 personnes) se sont retrouvés sans ligne de téléphone fixe et sans Internet, à Marzan. « Cela concerne une grande majorité de la commune, tous ceux rattachés au central téléphonique de Marzan. C’est un incident assez rare et complexe à rétablir », explique Damien de Kerhor, délégué régional Orange. Les téléphones mobiles, eux, fonctionnent.

Orange a déposé plainte pour ce feu, dont l’origine reste inconnue pour le moment. Il a détruit trois câbles Orange et un câble de Bouygues en les détériorant petit à petit. « Jusqu’à être complètement coupés mardi, à 13 h. » Des abonnés d’autres opérateurs téléphoniques peuvent également être impactés car des concurrents d’Orange peuvent passer par le central téléphonique de Marzan.

Lire la suite

Angleterre : les antennes continuent de flamber

Gateshead (Angleterre), 14 janvier 2022

A Gateshead, une ville de 90 000 habitants située dans la région du North East England, une antenne de téléphonie mobile 5G  a été sabotée vendredi 14 janvier vers 21h30. Plusieurs équipes de pompiers ont été envoyées sur place dans le quartier de Leam Lane, mais n’ont pu lui sauver la mise et empêcher que les flammes ne coupent les communications de toute la zone. Les flics ont immédiatement évoqué « un acte de malveillance » et ouvert une enquête.

Bradford (Angleterre), 24 décembre 2021

A Bradford, une ville de 500 000 habitants située dans le West Yorkshire, une antenne de téléphonie 5G a été volontairement incendiée le 24 décembre à la tombée de la nuit vers 19h50. Le feu a été bouté dans la rue Southfield Lane au niveau des boîtiers électriques situés au pied du mât, avant de remonter jusqu’à son sommet. Pour ne pas donner un trop mauvais exemple et éviter qu’il ne s’effondre, il a été démonté de toute urgence dès le lendemain.
Lire la suite

Mériel (Val-d’Oise) : le village perd ses laisses électroniques

Incendie criminel, panne… Internet et téléphone aux abonnés absents
La gazette du Val d’Oise, 17 janvier 2022

À Mériel, télécommunication rime avec malédiction. Premier épisode de cette triste loi des séries : la panne survenue début janvier sur une antenne de téléphonie mobile Sfr, rue de l’Abbaye-du-Val, et qui prive toujours d’appels les Mériellois.

Las ! Un nouveau malheur s’est abattu, mercredi 12 janvier 2022, cette fois sur les internautes de la commune abonnés à la fibre optique. Dans la nuit, deux armoires de raccordement, situées près de l’hôtel de ville, ont été détruites par un incendie, vraisemblablement d’origine criminelle.

Une deuxième tuile qui désespère les Mériellois en télétravail et qui agace passablement Jérôme François, le maire (Se) de Mériel :
Lire la suite

Calvados : sabotages en série de fibre optique

Panne de fibre : un incident et du vandalisme
Ouest France, 18 janvier 2022

Que s’est-il passé dans la nuit de jeudi à vendredi [14 janvier] ? Dans le département du Calvados, nombreux sont les clients fibre qui se plaignent de « coupures », de « débit excessivement lent », voire de « panne globale d’Internet, téléphone et télé » depuis vendredi matin. Cela concerne des quartiers ou des communes entières dans tout le département, de Bayeux au pays d’Honfleur, d’Ouistreham au bocage virois. Mais aussi tous les opérateurs : les gros, comme Orange, Bouygues, SFR, Free, et les plus petits comme Coriolis ou Kiwi Fibre optique.

Certains opérateurs contactés hésitent à aborder la question, craignant de « donner de mauvaises idées à d’autres ».
 A minima, une dizaine d’armoires de fibre optique ont été forcées et sabotées, depuis jeudi soir, dans un axe allant de Lisieux à Caen. Bouygues explique qu’il y a eu « des interventions pour changer des jarretières qui se trouvent dans des boîtes techniques ». Orange annonce avoir déposé plainte pour actes de vandalisme sur ses réseaux. « La première chose à faire est de signaler la panne à son fournisseur d’accès à Internet », rappelle-t-on chez Orange.

Lire la suite

Quimper (Finistère) : internet crame au petit matin [MaJ]

Deux armoires télécoms volontairement incendiées dans
le centre-ville de Quimper
Le Télégramme, 16 janvier 2022

Les pompiers de Quimper sont intervenus rue de Juniville, dans le centre-ville de Quimper, à quelques mètres du commissariat, dans la nuit de samedi à dimanche, pour circonscrire un incendie dans des armoires France Télécom. Le sinistre avait été signalé peu après 3 h du matin.

Deux armoires ont été détruites par les flammes, qui ont léché le mur avant d’être maîtrisées par les pompiers. L’origine volontaire du sinistre fait peu de doute, le feu ayant été allumé dans des pneus de voitures disposés devant les armoires. Une enquête de police est en cours.
Lire la suite

Toulouse (Haute-Garonne) : Nouvelle antenne dans la benne

Indymedia Lille, 15 janvier 2022

La nuit du 11 au 12 janvier, une antenne-relais 5G a été saboté à Toulouse dans le quartier des Septs-Deniers.

Cette semaine là, trois gréves se sont succédé : l’hôpital et le médico-social, éboueurs, éducation. Aucun secteur ne sera épargné par l’austérité. Nous avons souhaité participer ainsi à la convergence des luttes, en touchant là où le contrôle et la nouvelle économie convergent : le numérique.

En Bavière comme ailleurs…

Quand on est pompiers volontaires dans une petite ville bavaroise comme celle de Höchberg (en périphérie de Wurtzbourg), on ne s’est pas vraiment engagé pour descendre les petits chats coincés dans les arbres ou vider la caves inondées par la rivière Kühbach à force de bétonisation urbaine. Même s’il faut souvent faire avec. Non, quand on est pompiers volontaires –à Höchberg comme ailleurs–, on veut combattre du vilain feu au nom de l’ordre et de la sécurité. On veut éteindre de méchantes flammes en défendant le contrôle étatique et la prospérité du commerce.

Eh bien pour une fois, on peut dire qu’ils ont été servis. En tout cas ceux qui étaient de garde lors de leurs lendemains de cuite, puisque c’est le 2 janvier vers 3h50 que l’alarme a finalement retenti dans la caserne aux aguets. Après s’être rendus en bordure du village, du côté de la forêt de Zeller, ils n’ont donc pas été déçus en voyant une grande antenne-relais illuminer la nuit de ses flammes. Et si beaucoup d’honnêtes citoyens qui dorment sur leurs deux oreilles ignoraient jusque-là sa présence parmi les arbres majestueux, alors qu’elle leur rendait pourtant de fiers services en rempaillant une existence vide de sens, ce n’est certainement plus le cas depuis qu’ils sont déconnectés.

Quant à l’origine de cette combustion qui est tout de même partie des câbles du bas pour remonter le long du mât avant que les petits soldats du feu ne viennent gêner sa progression, elle reste bien sûr « d’origine inconnue » selon la police. Mais foi de pompiers volontaires, le coup de l’auto-combustion nocturne et spontanée de structures de télécommunication, on ne le leur fera pas ! Car pour une fois qu’il se passait quelque chose d’intéressant à Höchberg, ce serait en effet vraiment le comble…

(synthèse de la presse allemande locale, 11 janvier 2022)

Loenen/Beekbergen/Epe (Pays-Bas) : triple sabotage d’antennes-relais

Beekbergen (Pays-Bas), 17 décembre : sabotage incendiaire de l’antenne-relais

La nuit du 17 décembre 2021 vers 2h du matin, deux antennes-relais situées à une courte distance l’une de l’autre ont été cramées le long de l’autoroute A50 entre les villes d’Apeldoorn et de Arnhem (province de Gueldre). Le double incendie a été signalé à la police par des automobilistes de passage, certainement inquiets de ne plus pouvoir téléphoner, mater des séries ou se laisser guider par un algorithme en conduisant.

Sur la première antenne-relais à Loenen, un barreau de l’enceinte de protection a été scié pour pénétrer sur les lieux et le feu allumé à son pied. Si les pompiers ont réussi à éviter que l’ensemble des installations au sommet du mât ne soient calcinées, cela n’a pas empêché que la téléphonie mobile soit coupée. A Beekbergen par contre, comme les pompiers ne pouvaient être à la fois et au four et au moulin, les flammes ont réussi à grimper jusqu’à son sommet en suivant leur bonhomme de chemin câblé, et c’est bien trop tard qu’ils ont réussi à l’éteindre à l’aide d’une nacelle.

La police ne se prononce pas sur le fait qu’il puisse s’agir des mêmes auteurs ou pas, tout en confirmant le caractère volontaire de ces sabotages, puisque « les incendies de ces mâts de transmission ne se déclenchent généralement pas d’eux-mêmes » et que « c‘est spécial que les deux incendies se soient succédé rapidement », selon leur porte-parole.

Trois jours plus tôt, la nuit du dimanche 12 au 13 décembre, un premier sabotage incendiaire d’antenne-relais s’était déjà produit vers 3h du matin le long de l’autoroute A50, à la hauteur de la ville d’Epe. Là encore, la police penche pour un incendie criminel, et a également appelé les chauffeurs de poids lourds et les automobilistes qui ont circulé sur l’A50 ces nuits-là à collaborer avec les enquêteurs en visionnant les images de leurs caméras embarquées pour les leur livrer.

Enfin, pour ne pas être en reste sur ces attaques bataves d’infrastructures de télécommunication la semaine d’avant Noël, signalons qu’à une quarantaine de kilomètres de là, à Zeewolde  (province du Flevoland) le 18 décembre vers 19h, une autre antenne-relais a été déconnectée, tout simplement en démolissant son coffret électrique… qui a littéralement été « explosé  » selon la police.

[Synthèse de la presse néerlandaise (RTL et De Stentor), 4 janvier 2022]

Voir d’autres belles photos

Le Diamant (Martinique) : sur le sabotage des antennes de communication

Quelqu’un se souvient peut-être de la belle attaque qui s’était produite lors des émeutes de Martinique la nuit du 23 au 24 novembre dernier, lorsque des inconnus avaient incendié sur la commune du Diamant la station de Météo-France surplombée de son énorme boule-radar, ainsi que les antennes de télécommunication adjacentes et leurs locaux techniques. Le genre de sabotages anonymes qui ne sont généralement pas mis en avant, ni par un pouvoir soucieux d’éviter toute publicisation excessive d’exemples potentiellement contagieux, ni par les démocrates aspirants gestionnaires qui souhaitent prendre les rênes du développement technologisé insulaire à sa place.

Il y a quelques jours, c’est l’antenne martiniquaise de la radio caribéenne RCI qui a cependant tenu à nous donner de (bonnes) nouvelles de toutes ces antennes calcinées avec quelques photos à l’appui, au détour d’un article s’apitoyant sur les artisans-taxis qui ont également perdu la leur au milieu des flammes : les réparations ne pourront pas être effectuées avant plusieurs mois. A la veille d’une nouvelle année où les occasions à saisir ne manqueront pas moins de se présenter, il aurait en effet été dommage de ne pas réchauffer le cœur des opposants au meilleur des mondes connecté sur les conséquences parfois durables des incendies d’antennes de communication…
Lire la suite

Nuremberg (Allemagne) : feu aux antennes-relais de la police

Bavière : des antennes relais de la police incendiées
traduit de l’allemand de de.indymedia, 17 décembre 2021

Dans la nuit du 13.12. nous avons incendié deux antennes de transmission du centre de la police criminelle bavaroise à Nuremberg. 

Il y a d’innombrables raisons de haïr et d’attaquer la police.

La mission originelle de la police est de maintenir le statu quo social en place. Cela signifie que les policier-e-s sont payé-e-s pour garantir la préservation d’un système économique et social exploiteur, raciste, sexiste et basé sur l’exclusion des minorités. C’est leur taf de défendre le profit et la position dominante des puissant-e-s dans ce système contre toute tentative de changement vers la justice sociale, l’égalité, la redistribution ou la durabilité écologique.
Lire la suite

Martinique/Nouvelle-Calédonie : dans les colonies, les antennes flambent aussi (et pas que)

Le Diamant (Martinique), 24 novembre 2021. Destruction incendiaire du radar de la station Météo France et de l’antenne-relais située un peu plus loin.

Allez savoir pourquoi, mais par un beau matin de fin d’automne est venue s’immiscer une petite intuition : et si les antennes-relais étaient aussi prises pour cible dans les colonies ? Après tout, dans ces contextes comme ailleurs, pourquoi des révoltés n’identifieraient-ils pas à leur tour ces structures de la domination comme des cibles légitimes pour leurs propres raisons ? Si on sait déjà que plusieurs antennes-relais ont été incendiées dans l’île de la Réunion depuis trois ans, qu’en est-il par exemple des Antilles secouées par une vague d’émeutes ces dernières semaines, ou de la Nouvelle-Calédonie dans le Pacifique Sud, qui a connu de nombreuses attaques contre l’industrie minière de nickel, et où le troisième référendum sur l’indépendance est prévu ce dimanche ? Bien sûr, on se doute bien que ce genre de sabotages ne sont pas forcément mis en avant, ni par un pouvoir soucieux d’éviter toute publicisation excessive d’exemples potentiellement contagieux, ni par les démocrates aspirants gestionnaires qui souhaitent prendre les rênes du développement technologisé insulaire à sa place… mais ne dit-on pas aussi que qui cherche trouve ?
Lire la suite

Les Mées (Alpes-de-Haute-Provence) : sabotage d’un pylône de la THT

Alpes-de-Haute-Provence : acte de sabotage contre
un pylône électrique aérien
La Provence, 1er décembre 2021

Pas de revendication à ce stade de l’enquête confiée à la gendarmerie, et ouverte par le parquet afin de « déterminer les causes de la chute » du pylône, souligne le procureur de la République de Digne-les-Bains, Rémy Avon. Les Techniciens en identification criminelle (TIC) de la gendarmerie étaient sur place ce mercredi toute la matinée. Selon nos informations, l’acte volontaire ne laisse guère de doute. « Ce mode opératoire a déjà été vu dans d’autres départements mais pas dans les Alpes-de-Haute-Provence », souligne une source proche du dossier.

Situé à proximité d’une piste forestière, un pylône en métal d’une ligne à très haute tension (THT) de 225 000 volts a été saboté, au lieu-dit « Les Pourcelles » sur la commune des Mées (3 742 hab.). Selon les premiers éléments, deux des quatre pieds ont été découpés, semble-t-il, sciés avec un engin de type disqueuse, entraînant la chute du pylône qui mesure près de 20 mètres de haut. Selon le gestionnaire du réseau de distribution Enedis, (anciennement ERDF), la chute du pylône « n’a pas entraîné de coupure de courant pour les clients dans le département». Lire la suite

Toulouse (Haute-Garonne) : se défaire de la toile

iaata, 20 novembre 2021

La nuit du 17 au 18 novembre à Toulouse quartier Nord, 4 cammionettes d’une entreprise d’ installation de fibre optique, ont brulé.

La COP26 vient de toucher à sa fin et le débat médiatique se concentre sur le choix d’une source d’énérgie capable de rendre la France souveraine et ne pas parraitre grossière en terme de pollution. Dans ce paysage apocalyptique, l’expansion d’internet haut débit est à son comble et annonce déjà une société ou l’état aura besoin de toujours plus d’énérgie pour dématérialiser toute l’économie via internet.

C’est pourquoi nous avons tenté de barrer la route à une société qui installe la fibre optique dans les entreprises en incendiant leurs véhicules.

Saint-Etienne (Loire) : « affirmer notre hostilité contre cette société dans son ensemble »

[reçu par mail, 13 novembre 2021]
(Ndlr : Sur cette belle attaque coordonnée, voir ici et .)

Attaque

Dans la nuit du 2 au 3 novembre 2021, nous avons mené une attaque coordonnée contre trois antennes-relais aux alentours de Saint-Etienne en y mettant le feu.
(Et non pas une, comme les médias ont essayé de le faire croire !)

Cela à coupé les communications téléphoniques et interrompu momentanément la dépendance dont le techno-monde à besoin pour perdurer.

(On pourrait prendre comme exemple l’usine d’armement du groupe Thales dans la commune avoisinante ou les 80.000 personnes privées de téléphones pour la semaine mais il y en a pleins d’autres…)

Nous ne voulions pas uniquement nous en prendre à un nouvel aspect des technologies (la 5G), mais affirmer notre hostilité contre cette société dans son ensemble.

Vive la révolte
Vive le feu
Et vive les K-ways plus étanches !

Des A.C.R.A.T.E.S
(Associations Coordonnées pour la Révolte Anti-Tech
et l’Eco-Sabotage
)

Ternat (Belgique) : double attaque contre des antennes-relais

Mercredi 10 novembre vers 5 heures du matin dans la déchetterie de Ternat (Brabant flamand), deux individus ont bouté le feu à un pylône de téléphonie mobile qui s’est enflammé en peu de temps. Les antennes du réseau Orange et Telenet sont gravement endommagées.

Ternat, 10 novembre. Feue l’antenne de téléphonie Orange et Telenet.

Sur ce même site se trouve un autre pylône de télécommunication, cette fois du réseau ASTRID des flics et des militaires*. Au pied de ce dernier, une sorte d’engin incendiaire avec un timer qui ne s’est pas déclenché, a été retrouvé à la base du mât. Il a dû être neutralisé manuellement par le service de déminage de l’armée, Dovo.

Deux personnes, dont l’ombre est visible sur des images de vidéosurveillance, se seraient introduites sur le site grâce à un trou découpé à travers le grillage. Mais compte-tenu de l’obscurité qui régnait au moment des faits, la chance de les identifier grâce à ces images est faible.
Lire la suite