Archives de catégorie : Déconnexion

Quiberon (Morbihan) : quand les opérateurs se planquent dans des pylônes-arbres

À Quiberon, Bouygues et SFR s’installe sur le pylône-arbre
de la rue du Port de pêche
Le Télégramme, 23 juin 2022 (extrait)

Les opérateurs de téléphonie mobile Bouygues et SFR sont en train de s’installer sur le pylône-arbre de la rue du Port de pêche à Quiberon.

Les opérateurs Bouygues et SFR en train d’équiper le pylône-arbre, de Port Maria. Les fausses branches ont été provisoirement enlevées pour permettre les branchements.

Jerome Ange, directeur général de l’entreprise Toweo*, l’opérateur d’infrastructures en charge du projet, était sur les lieux, lundi 20 juin, pour s’assurer du bon déroulement des opérations : « Les techniciens travaillent actuellement. Il va ensuite y avoir une phase de test, mais l’antenne sera opérationnelle d’ici une quinzaine de jours ». La précédente équipe municipale avait fait le choix d’un pylône arbre pour une meilleure intégration dans le paysage.

Ndlr : Toweo se vante d’être l’un des premiers opérateurs d’infrastructures de télécommunication comme les antennes-relais, et a notamment installé des pylônes-arbres à Camiers (Pas-de-Calais), Neufchâtel-Hardelot (idem) ou Arzon (Morbihan) et Quiberon (idem). Aux Etats-Unis, des antennes de télécommunications sont régulièrement planquées sous forme de cactus, pins, palmiers ou araucarias, en croix géantes face à des églises, en hampes de drapeau ou en enseignes de station essence.
Voir d’autres implantations de pylônes-arbres

Wallsend (Angleterre) : feu le pylône de télécommunication

Jeudi 26 mai peu avant 4h du matin, les pompiers de la région de Northumbrie sont appelés par des automobilistes scandalisés : une antenne de téléphonie mobile est en train de flamber le long de la route côtière A1058, à la hauteur de la commune de Wallsend. Alors que la police se rend sur place pour couper la circulation, s’assurant ainsi le monopole de ce beau spectacle, l’incendie finira par être dompté une heure-et-demie plus tard par les soldats du feu.

Malheureusement pour les drogués du télétravail et du vide interactif qui comptaient sur une prompte réparation, les flammes ont si bien fait leur travail à Wallsend, que les autorités de service ont dû se résoudre à ordonner de toute urgence le démantèlement du pylône endommagé. La circulation sur cette artère cruciale du trafic de la banlieue nord-est de Newcastle jusqu’à la mer est ainsi restée fermée dans les deux sens jusqu’en fin d’après-midi, avec autant de déviations embouteillées, privant cette fois les habitants du beau spectacle de démontage d’un mât calciné à l’aide de camion-grue.

Bien entendu, la police de Northumbrie a annoncé ouvrir une enquête, et blablabla et blablabli, mais elle ne s’est pas aventurée jusqu’à lancer l’hypothèse d’une piste accidentelle, à force d’être régulièrement démentie par les faits… Aucune date n’a été avancée pour la réinstallation d’une nouvelle antenne, et la déconnexion dans cette zone risque de durer un bon moment.

[Synthèse de la presse anglaise, 26-27 mai 2022]

Caen (Calvados) : le quartier perd ses laisses électroniques

Une armoire de fibre optique vandalisée à Caen,
des abonnés privés de connexions internet

Ouest France, 21 juin 2022 (extrait)

Mauvaise surprise pour des habitants de la rue du capitaine Boualam à Caen(Calvados), et alentours, samedi soir : télévision, téléphone, internet… Tout s’arrête vers 21 h 30. Peu après, certains découvrent qu’une armoire fibre optique (équipement qui permet de relier des abonnés au réseau fibre optique déployé dans une partie de la ville) a été vandalisée dans cette rue, située près du quartier Lorge : portes forcées et câblages dégradés.

Orange, en charge du réseau à Caen, confirme cet acte de vandalisme « gratuit, qui impacte beaucoup de foyers ». La nature exacte des dégradations n’était pas encore connue, mais elle ne semblait pas crapuleuse [sic], contrairement à des armoires téléphoniques où des voleurs cherchent parfois à récupérer du cuivre.

Orange a été déjà été confronté à de tels actes dans le Calvados, mais jamais encore sur Caen.

Entrelacs (Savoie) : sabotage contre un chantier d’antenne-relais

Savoie : une tractopelle incendiée sur un chantier
d’antennes relais

Le Dauphiné, 16 juin 2022

Ce jeudi 16 juin vers 5 heures du matin, une tractopelle a été incendiée sur le chantier de futures antennes relais de téléphonie, à Entrelacs sur la commune déléguée de Cessens. L’engin a été complètement détruit. Cet incendie se greffe sur les tensions qui entourent le projet depuis le début de l’année, entre la municipalité et un collectif de riverains qui y est opposé. Ce collectif a créé l’association pour la Protection du site du Sapenay (APS), en vue de préserver le site dans son état naturel.

La gendarmerie d’Aix-les-Bains et la brigade des recherches de Chambéry sont chargées de l’enquête. À ce stade, rien n’indique qu’il y a un lien entre les opposants au projet et l’incendie sur le chantier.

Puente Alto (Chili) : attaque solidaire contre une antenne de télécommunication

Puente Alto (Chili), 5 juin 2022 : sabotage incendiaire d’une antenne de télécommunication Entel

Traduit de l’espagnol de anarquia, 12 juin 2022

Attaque réalisée la nuit du dimanche 5 juin 2022.

«Certaines cultures humaines font la guerre à la Terre depuis des millénaires. J’ai choisi de lutter du côté des ours, des pumas, des mouffettes, des chauve-souris, des cactus, des roses des falaises et de toutes les choses sauvages.»
Bill Rodgers, membre de l’ELF.

Cela fait 13 ans que notre compagnon Mauricio Morales, el punky, a quitté la vie sur terre au beau milieu d’une offensive qu’il menait avec courage et volonté contre les bâtards de bourreaux de l’école de matons [au Chili, la gendarmería est le corps des gardiens de prison]. Malheureusement, l’engin explosif qu’il transportait s’est déclenché plus tôt que prévu, avec les conséquences que beaucoup connaissent. Une accolade au punky et à ses actions du plus profond de notre esprit irréductible, alors que nous nous retrouvons avec lui sur différents fronts : contre les prisons, le kapital, le spécisme et la civilisation.

C’est sur ce dernier front, en réponse à l’appel en mémoire du punky au cours de ce mois de Mai noir, que nous avons décidé d’attaquer une antenne de télécommunications de l’entreprise Entel, située sur une colline de la commune de Puente Alto, dans la capitale du territoire dominé par l’État chilien. Nous sommes et serons toujours contre l’avancée de la technologie et la digitalisation de nos vies.


Lire la suite

Têche (Isère) : la lutte contre les antennes continue

Têche (Isère), 26 mai 2022 : incendie du local technique de l’antenne-relais de Free

Enquête sur une série d’incendies d’antennes relais
Le Dauphiné, 3 juin 2022

Les gendarmes du groupement de l’Isère enquêtent sur une série d’attaques incendiaires sur des infrastructures de télécommunications commises entre le Nord-Isère et la région de Saint-Marcellin.

L’un de ces incendies volontaires s’est produit à Têche, dans la nuit du mercredi 25 au jeudi 26 mai, vers 3 heures du matin.Des inconnus se sont introduits dans l’enceinte d’un site de l’opérateur Free, auquel ils ont communiqué le feu. La compagnie de Saint-Marcellin a ouvert une enquête, ces dégradations privant d’internet de nombreux abonnés.

En janvier et février, dans les Terres froides, une même antenne-relais avait été incendiée à deux reprises, des sabotages étant également enregistrés dans le secteur du lac de Paladru. Il y a quelques semaines, une antenne avait fait l’objet de dégradations à Saint-Chef. Enfin, vendredi 27 mai, une antenne-relais de téléphonie mobile a été incendiée à Soleymieu.

Lire la suite

Sasso Marconi (Italie) : incendie solidaire de deux antennes

Traduit de l’italien de Il Rovescio, 31 mai 2022

« Guerre sociale contre la guerre de l’État », voici le tag laissé la nuit du 22 mai près de deux antennes-relais incendiées près de Bologne [du réseau internet Eolo, d’après la presse, Ndt].

Un geste minimal d’insubordination active contre un État qui vit de guerres et de massacres et accuse aujourd’hui les anarchistes de massacre, qui envoie des armes mais s’affiche en porte-drapeau de la paix, qui légitime l’usage de la torture à travers le régime carcéral 41bis. Nous agissons, car pendant deux ans ils nous ont enfermés à domicile par intermittence, nous ont fait du chantage et nous ont enlevé la possibilité de faire face à ce qui se passait sur la base de libres choix. Tout ça pour faire tourner la machine à fric du capitalisme. Et aujourd’hui, les riches sont plus riches, les pauvres sont plus pauvres, et la société est plus aliénante, plus jugeante et plus suspicieuse encore.
Lire la suite

Saint-Chef et Soleymieu (Isère) : les antennes-relais partent en fumée

Isère : nouvel incendie d’une antenne relais
Le Dauphiné, 31 mai 2022

Depuis le début de l’année, la liste des antennes relais incendiées ne cesse de s’allonger en Nord-Isère. Le dernier fait en date concerne une installation sur la commune de Soleymieu.

Selon les informations du Dauphiné libéré, il était en environ 7 h 30 du matin, ce vendredi 27 mai, quand un employé du syndicat des eaux est alerté qu’un défaut électrique vient de survenir sur le réservoir d’eau situé sur les hauteurs du village. En arrivant sur place, chemin de la Roche, l’agent va rapidement comprendre que la défaillance électrique est en réalité l’incendie d’une antenne relais située sur le même site : des flammes de plusieurs mètres de haut ravagent la clôture de l’installation ainsi que le pylône. Il alerte aussitôt les sapeurs-pompiers qui interviendront alors que le feu commençait à se propager à la végétation voisine.
Les gendarmes sont également prévenus. En raison de la sensibilité du site, les gendarmes de la brigade de recherches sont également envoyés sur place, avec le concours des techniciens en identification criminelle venus de Grenoble.

Aucun doute : l’incendie est d’origine criminelle. Les dégâts occasionnés sont très conséquents : plusieurs boîtiers situés au pied du pylône ont été détruits, tout comme les câbles sur plusieurs mètres de haut de cette antenne qui est partagée par plusieurs opérateurs de téléphonie mobile. Lire la suite

Saint-Laurent-la-Roche (Jura) : sabotage préventif d’antenne-relais

Qui en veut à la nouvelle antenne-relais ?
Le progrès, 30 mai 2022 (extrait)

Une antenne-relais de téléphonie mobile est en cours d’installation à Saint-Laurent-la-Roche. Alors que la mise en service est prévue en fin d’année, des dégradations ont été commises sur le chantier. Pierre-Rémy Belperron, le maire de La Chailleuse, a accepté de faire le point sur le dossier.

  • À quelle date les travaux ont-ils démarré ?
    « L’opérateur a déposé une demande de travaux le 21 janvier 2022. L’accord a été délivré le 21 février. Des travaux de terrassement ont été réalisés du 16 au 20 mai. Dans le week-end qui a suivi, tous les poteaux ont été descellés. L’entreprise est revenue le 23 mai. Ce week-end, un élu m’a signalé que les poteaux ont été une nouvelle fois descellés. Je vais donc me mettre en relation avec l’opérateur pour porter plainte, dès ce lundi. »
  • Pourquoi certains s’opposent-ils au projet ?
    « Ce sont quelques individus limite anarchistes, qui ne respectent rien tout au long de l’année. Ils ont distribué des tracts anonymes dans les boîtes aux lettres entre le 26 et le 29 janvier, pour organiser une réunion le 30 janvier. Je m’y suis rendu avec huit élus. Il y avait environ une dizaine de personnes de ce collectif, et une quinzaine d’autres qui étaient très soucieuses que le relais ne se fasse pas. Les habitants sont en attente de ce relais. Le débit est très mauvais. »

Hambourg (Allemagne) : le hasard a déniché le bon câble

Un incendie de talus a frappé le bon câble en plein dans le mil : depuis jeudi 12 mai au soir, le trafic des trains longue distance, et plus précisément celui de plusieurs lignes du TGV allemand (nommé ICE) est perturbé, notamment entre Hambourg et Berlin où presque rien ne fonctionne. Des perturbations sont attendues au moins jusqu’à dimanche 15 mai inclus.

L’incendie de câble s’est produit à proximité de la gare de Sternschanze à Hambourg, sur la ligne de raccordement qui va d’Altona à la gare centrale en passant par Diebsteich, Sternschanze et Dammtor. Elle fait partie des lignes les plus fréquentées d’Allemagne. La cause de l’incendie reste inconnue, mais la police ne suppose pas pour l’instant qu’il s’agisse d’une intervention extérieure. L’entreprise a expliqué que l’ensemble de la communication entre les postes d’aiguillage passait par le câble touché, puisque c’est par lui que sont contrôlés tous les signaux et commutateurs des aiguillages. Selon la porte-parole des chemins de fer, il s’agit d’un câble en cuivre de 1.000 conducteurs qui serait très difficile à réparer. Les vastes travaux de réparation se poursuivent.

[Traduit de l’allemand de Zündlappen, 13 mai 2022]

Suisse : Elany est sortie de prison

[Elany et sa compagne ont été arrêtées en Suisse le 9 janvier dernier, puis seule la première maintenue en détention préventive, accusée de sabotage et d’incendie criminel d’une antenne de téléphonie mobile. Elle a été relâchée le 26 avril 2022, un juge de la détention estimant qu’il n’y avait pas assez de preuves pour la maintenir en prison plus longtemps, ce qui ne signifie pas que la procédure soit close pour autant. Voici une traduction de la première lettre qu’elle a écrite depuis l’extérieur à propos de sa situation]

Elany : à propos de mon incarcération
traduit de l’allemand de Zundlappen, 5 mai 2022

Ne devant plus passer davantage mon temps en taule, il est à présent possible de donner quelques détails sur mon arrestation. Le motif en a été qu’il existerait un fort soupçon de sabotage d’une antenne de téléphonie mobile. Je ne sais toujours pas comment la police s’est intéressée à moi, ou plutôt à nous. Mais le fait que le blog ait relaté divers cas de sabotage de pylônes de téléphonie mobile et que je portais sur moi des notes manuscrites pour un « manuel de sabotage » décrivant comment saboter des pylônes, des lampadaires, des distributeurs de billets et autres n’a pas aidé.

Au moins ça a permis d’attirer toute l’attention sur moi, de sorte que ma compagne a pu être rapidement relâchée (tout en ayant droit à quelques remarques validistes sur le fait que son état de santé excluait qu’elle soit en capacité de commettre des actes dangereux). Malgré les indices retenus à charge, les preuves manquent encore aujourd’hui. Pendant tout ce temps passé derrière les barreaux, aucune preuve n’a jamais pu être apportée que j’avais commis cet acte, ou même un acte quelconque. Le tribunal a donc estimé qu’une détention prolongée n’était pas appropriée tant qu’il n’y avait pas de preuves solides (à ma grande surprise, car nous connaissons tous les innombrables cas où des personnes croupissent en prison alors que les preuves sont minces ou inexistantes). Lire la suite

Hausse du cours du sabotage d’antennes et de fibre optique !

Die Lust der Zerstörung ist zugleich eine schaffende Lust
Bakounine, 1842

Suite aux sabotages coordonnés du 28 avril dernier contre plusieurs tronçons de câbles de fibre optique du réseau hexagonal d’internet (notamment celui de SFR), la Fédération française des télécoms (FFT) qui réunit l’ensemble des grands opérateurs avait immédiatement fait feu de tout bois afin de tenter de minimiser leur impact, en mettant en avant la résilience des réseaux. Et ce, bien que des millions d’habitants de Grenoble, Besançon, Reims ou Strasbourg, sans compter ceux de la région parisienne et les dizaines de milliers d’entreprises, aient été temporairement privés de leurs laisses électroniques. C’était en somme une communication de crise de la FFT, destinée à rassurer les braves citoyens, tout en ne donnant surtout pas de mauvaises idées à celles et ceux que cette attaque pourrait inspirer, vu que les trappes de ces réseaux sensibles se trouvent un peu partout, et qu’il est bien sûr impossible de mettre un flic au pied de chacune d’entre elles.

Deux semaines plus tard, une fois l’orage passé, c’est à présent loin des projecteurs chauffés à blanc que le Président de la FFT a quelque peu changé son fusil d’épaule. Dans une longue interview alarmiste donnée à un journal économique spécialisé, La Tribune du mardi 10 mai, c’est en effet sous un titre éloquent (« Il faut durcir les sanctions pour les actes de vandalisme ») qu’Arthur Dreyfuss vient réclamer à grand cri « un fort durcissement des sanctions pénales pour qu’elles soient vraiment dissuasives » contre les saboteurs, vu que « l’enjeu n’est pas seulement de protéger les opérateurs, mais aussi toutes les activités les plus sensibles et essentielles du pays ». Et pour étayer son propos carcéral, quoi de mieux que de lever un coin de voile sur l’ampleur réelle des sabotages contre les réseaux de communication, en pointant cette fois leur nombre et leur caractère « criminel», notamment pour les activités étatiques « de sécurité ou de défense», qui sont effectivement très dépendantes de tous ces câbles ?
Lire la suite

Leipzig (Allemagne) : une antenne-relais part en fumée contre le militarisme

traduit de l’allemand de Zuendlappen, 2 mai 2022

Nous avons attaqué les chemins de fer allemands (Deutsche Bahn, DB) en tant que partie de la logistique de guerre en Europe. Nous n’avons pas oublié que cette entreprise (même si elle tente actuellement de blanchir son image avec des livraisons « humanitaires » en Ukraine) participe depuis des années à la livraison d’armes. Nos ami.e.s du Rojava, en particulier, sont tué.e.s tous les jours avec des armes fournies par la DB. La coopération entre les chemins de fer allemands et le régime fascisant d’Erdogan est étroite.

Ainsi, dans la nuit du 28 au 29 avril, nous avons mis le feu à une antenne-relais de la DB à Markkleeberg. La ligne sur laquelle se trouve l’antenne a été et est toujours utilisée pour la livraison d’armes. Nous essayons ainsi de contrer la logique de guerre actuelle avec nos moyens et souhaitons que les dégâts matériels soient les plus importants possibles. Lorsque la ligne n’est pas utilisée pour le transport de véhicules militaires, des voitures, du charbon et d’autres matières premières destructrices y sont envoyés avec assiduité dans le monde entier.
Lire la suite

Irvillac (Finistère) : la fibre continue de morfler

Un habitant d’Irvillac montrant le cable sectionné à son extrémité.

Dans le Pays de Daoulas, des habitants privés d’internet après un acte de malveillance
Le Télégramme, 28 avril 2022 (extrait)

Une partie des habitants d’Irvillac et de la commune voisine de Saint-Eloy ont été privés durant plusieurs jours de leur connexion à Internet. La panne a concerné une trentaine de foyers situés dans la partie est du territoire communal. Ont ainsi été impactés les villages de Kérivoal, Kerdanet, Kerdilès et Kérinot.

En effet, entre le 11 et le 25 avril, un câble de fibre optique chargé de transporter d’importantes quantités de données a été volontairement sectionné sur une longueur d’environ 200 mètres. « Nous ne parvenions plus à nous connecter à l’ADSL », explique un utilisateur. Ces dégradations volontaires à Irvillac font écho à des faits similaires relevés le mercredi 27 avril à plusieurs endroits du territoire national, notamment en Ile-de-France.

Et une belle nuit, internet fut coupé dans une bonne partie du pays… [Mis à Jour]

Un des lieux des sabotages, en Ile-de-France

« Du sabotage » : plusieurs câbles sectionnés à l’origine d’une importante panne internet en France
L’Obs/Toms Guide, 27 avril 2022 (extraits)

Ce mercredi 27 avril au matin, de nombreux Français se plaignent de difficultés à se connecter. Et pour cause : les incidents se multiplient en France, à la suite d’un important sabotage. Une source officielle étatique confirme à « l’Obs » qu’il s’agit d’un « acte de malveillance coordonné », particulièrement « grave » et « très rare ». Selon l’AFP, plusieurs villes françaises ont connu des coupures de connexion internet dans la nuit après que des câbles ont été sectionnés. Paris, Lyon, Grenoble, Reims, Strasbourg ou encore Lille ont été particulièrement concernées.

Un ingénieur télécom indique que « vers 3h20, 3h40 et 5h20, des câbles de plusieurs réseaux fibre longue distance ont été partiellement sectionnés ». Il s’agirait de câbles « de Paris en direction de Strasbourg, Lyon et Lille ». Ces câbles « longue distance » en fibre optique permettent de relier les grandes villes françaises entre elles, notamment pour les infrastructures, comme les data centers. C’est aussi par ce réseau que circule l’accès internet fixe (ADSL et fibre), et certaines lignes téléphoniques.

Un autre lieu des sabotages

La quasi-simultanéité des coupures cette nuit (entre 3h20 et 5h20) semble en effet suspecte, d’autant qu’il ne s’agit pas de simples connexions « grand-publics » qui ont été touchées, mais des liaisons longues distances stratégiques souterraines utilisées pour le peering et le transit IP, reliant Lyon, Strasbourg, Caen, Lille, Rennes à Paris, et sur au moins trois lieux distants de plusieurs centaines de kilomètres.

Par effet domino, ce sont plusieurs opérateurs locaux et (inter)nationaux utilisant ces fourreaux ou louant de la bande passante sur ces liaisons fibres, tels que Sparkle, Alphalink, euNetworks, Colt, F5, Zayo ou Netalis, qui sont concernés par ces évènements. Chez Netalis, la panne a été confirmée dès ce matin via une communication particulièrement transparente, l’opérateur ajoutant que la plaque Bourgogne-Franche-Comté aurait été pendant un moment totalement isolée d’Internet. L’incident majeur a en pratique isolé différents équipements de transmission des dorsales Internet (backbones) d’opérateurs de transport longue distance

Il faut bien comprendre que les emplacements de ces câbles peu accessibles. Il ne s’agit pas d’armoires que l’on peut trouver dans la rue, mais de tuyaux enterrés [sous des trappes, ou le long de voies SNCF, d’autoroutes et de canaux de VNF]. Une source dans les télécoms nous indique que la coupure sur le câble Paris-Lyon se situe au niveau du village de La Chapelle-la-Reine (Seine-et-Marne) et est due à « un acte de vandalisme ». « Le Parisien » évoque lui des câbles sectionnés à Fresnes-en-Woëvre (Meuse), Meaux et Souppes-sur-Loing (Seine-et-Marne), et Le Coudray-Montceaux (Essonne).

Lire la suite