Archives de catégorie : Antimilitarisme/Guerre

Le chiffre du jour : 413

Emmanuel Macron a dévoilé, vendredi 20 janvier, les grandes orientations de la future loi de programmation militaire (LPM) 2024-2030.  Depuis la base aérienne de Mont-de-Marsan, située dans les Landes, le président de la République a notamment annoncé « un effort budgétaire de 400 milliards d’euros, qui permettra de couvrir un total de 413 milliards d’euros de besoins militaires » dans les sept années à venir, soit un tiers de plus que l’enveloppe de la précédente LPM.

La prochaine loi de programmation militaire, qui sera présentée au Parlement en mars et soumise au vote d’ici à l’été, promet donc de poursuivre l’effort financier en matière de défense après une LPM 2019-2025 de 295 milliards d’euros, qui avait mis fin à des années de coupes budgétaires dans les armées.
Lire la suite

Russie : à propos des sabotages ferroviaires contre la guerre

Les chemins de fer russes six fois la cible de sabotage en 2023
7/7 (Belgique), 5 janvier 2023 (extraits)

Un début d’année mouvementé pour Moscou: en seulement cinq jours, des “partisans” sont parvenus à endommager six fois les chemins de fer russes, selon le ministère ukrainien de la Défense. Ces attaques mènent la vie dure aux trains militaires de Poutine. Les responsables de ces opérations ne sont, à l’heure actuelle, pas connus. Un mouvement anarchiste et communiste, ‘BOAK’, connu pour perpétrer ce genre de sabotage, est toutefois le principal suspect*.

Continuer la lecture de Russie : à propos des sabotages ferroviaires contre la guerre

Munich (Allemagne) : les caisses des militaires partent en fumée

Traduit de l’allemand de Sozialer Zorn, 19 novembre 2022
(qui l’a repris de la presse)

Samedi 19 novembre 2022 vers 1h30 du matin, deux voitures ont brûlé sur le parking de l’université de la Bundeswehr [armée allemande] dans le quartier de Neubiberg à Munich.

Les deux véhicules, une Audi et une BMW, se trouvaient espacées de plus de 50 mètres, et « le feu ne peut pas être passé de l’une à l’autre », selon un porte-parole policier. Des recherches ont immédiatement été lancées, y compris avec l’intervention d’un hélicoptère, mais aucun suspect n’a pu être interpellé. Pour l’instant la police ne fait pas de lien avec d’autres incendies à Munich, même si de potentielles similitudes sont examinées.

Les voitures réduites en cendres ne sont pas directement des véhicules de l’Armée, mais ce parking public serait toutefois presque exclusivement utilisé par des membres de l’armée fédérale, selon le porte-parole de la police. Un acte aux motivations politiques ne peut donc pas être exclu, c’est pourquoi la Sûreté de l’État sera en charge des investigations à venir. L’ensemble des dégâts est estimé à environ 100 000 euros.

[Affiche] : La guerre nous file des boutons !

La guerre nous file des boutons !
Affichons l’industrie de la mort « Made in Toulouse ».

Cliquer pour ouvrir l’affiche

La guerre est partout et c’est pas nouveau. Sur tous les continents, les puissant.e.s font la compèt’ des missiles, et se disputent les frontières, les ressources, et leurs appétits de domination. Avec souvent le prétexte du « Bien » contre le « Mal » quitte à retourner leurs vestes dès que le vent porte ailleurs. Ou que l’économie l’exige. Pas de problème d’ailleurs à vendre des armes aux 2 côtés. C’est même double bénef’ !
Et avec la guerre, c’est jamais les puissant.e.s qui crèvent. Dommage, on aurait un peu plus la paix.
Lire la suite

Russie : un mois d’attaques incendiaires contre la guerre

Chtchiolkovo (région de Moscou), 16 octobre 2022

Chtchiolkovo (région de Moscou)
Dans la nuit du 16 octobre vers 1h30 du matin, un inconnu a lancé un molotov par la fenêtre du bureau d’enregistrement et d’enrôlement militaire, après l’avoir brisée, en provoquant un incendie à l’intérieur. C’est la deuxième fois que ce bureau est attaqué de la sorte, après une première fois le 18 mai, lors de laquelle le mobilier et des dossiers personnels de conscrits avaient été détruits.

Votkinsk (Volga)
Dans la nuit du 14 octobre, un inconnu s’est introduit depuis un bâtiment voisin dans le bureau d’enregistrement et d’enrôlement militaire (où deux policiers étaient en faction devant), a brisé une vitre latérale de l’un des bureaux du rez-de-chaussée, puis jeté des molotovs à l’intérieur. Le gardien du bureau militaire a certes commencé à éteindre le feu après avoir entendu le bruit du verre brisé… mais au cours de l’opération d’extinction, de nombreux documents ont été inondés.

Arkhangelskoye (Bachkirie), 8 octobre 2022

Arkhangelskoye (Bachkirie)
Dans la nuit du 8/9 octobre, un inconnu a jeté un molotov à travers la fenêtre d’un bureau d’enregistrement et d’enrôlement militaire, provoquant de nombreux dégâts à l’intérieur.

Lire la suite de la chronologie

Oust-Ilimsk (Russie) : mener sa propre guerre…

Lundi 26 septembre 2022, quelques jours après la mobilisation partielle décrétée par le président russe, un jeune chômeur de 25 ans se rendit d’un pas allègre dans le centre de recrutement de sa ville. Plus précisément à Oust-Ilimsk, à 600 kilomètres au nord d’Irkoutsk, en pleine Sibérie. Vers midi, il monta au quatrième étage de l’immeuble, avant d’atteindre la salle de réunion où se trouvaient déjà les autres futures recrues.

Face à elles se tenait le commandant du centre militaire, Alexander Eliseev, remplissant bientôt la pièce de ses discours martiaux et vociférant ses premières instructions. C’est alors que Ruslan Zinin lança aux jeunes qui l’entouraient : « Personne ne se battra » et « Maintenant, nous allons tous rentrer à la maison ! ». Puis, armé ‘de ses convictions, il sortit un petit pistolet artisanal de sous son blouson et tira dans la tronche de l’officier. Inutile de dire que le colonel ferma aussitôt sa grande gueule en s’effondrant au sol, avant de sombrer dans le coma et d’être transporté à l’hôpital en urgence absolue.

Ruslan Zinin n’avait pas reçu d’ordre de mobilisation pour partir à la guerre dans la lointaine Ukraine, contrairement à son cousin ou à son meilleur ami. Il s’était rendu au centre de recrutement de son propre chef, pour mener la sienne avec une arme faite maison, avant de tomber malheureusement dans les griffes de l’ennemi en tentant de s’enfuir. A ce jour, ce sont aussi 54 centres de recrutement ou locaux de l’administration militaire qui ont été incendiés à travers toute la Russie depuis le début de la guerre…

Graz (Autriche) : attaque anti-militariste contre un fournisseur de Mercedes

Traduit de l’allemand de Sozialer Zorn, 18 août 2022
(via Autonomes Blättchen #50)

Le 18 août, nous avons saboté l’usine de Magna Steyr, fournisseur de Mercedes à Graz. Pour cela, nous avons ouvert les puits de câbles à côté des voies ferrées menant au site de l’entreprise, puis nous y avons mis le feu. Sur ce site sont assemblés des SUV Mercedes-classe G.

Mercedes-Benz vend ses jeeps à des super-riches ainsi qu’à des armées étatiques. Mercedes fait partie de l’industrie duale civilo-militaire et profite de la destruction continue de l’écosystème. Cette action est un encouragement aux attaques contre l’industrie de guerre ainsi que contre les acteurs de la destruction de la terre.

Cassel (Allemagne) : attaque incendiaire du parc automobile de l’armée allemande

Traduit de l’allemand de de.indymedia, 17 août 2022

Dans la nuit du jeudi au vendredi de la semaine dernière, deux véhicules ont complètement cramé dans le quartier de Bad Willhelmshöhe à Cassel (région de Hesse). Les deux voitures qui ont été entièrement détruites par le feu étaient deux véhicules civils appartenant au parc automobile de l’armée allemande, garés à proximité de l’école technique de la Bundeswehr. Les flics évoquent des dommages d’un montant moyen à cinq chiffres. Une petite goutte d’eau sur une pierre chaude en comparaison avec les énormes sommes dédiées actuellement au réarmement.

Depuis qu’il est exigé de tous les pays membres de l’OTAN qu’ils consacrent au moins 2% de leur PIB aux préparatifs de guerre, les dépenses pour les produits militaires et d’armement montent en flèche en Europe. Depuis lors, l’armée allemande nous est subtilement présentée comme une  » troupe vétuste, réduite à peau de chagrin à force d’économies », et qui ne serait pas « en état de combattre « . Il s’agit de convaincre l’opinion publique que les énormes investissements dans le complexe militaro-industriel seraient justifiés et au service de la sécurité en Europe. Lorsqu’au début de cette année la guerre en Ukraine a connu une nouvelle escalade et que la classe des puissants de Russie a envoyé son armée pour finir d’annexer les territoires de l’Est de l’Ukraine disputés depuis des années, les appels au nécessaire réarmement de l’Europe ont fini par trouver des oreilles complaisantes.
Lire la suite

Orel/Konokavo (Russie) : attaques incendiaires contre des bâtiments du régime

Orel, 24 août

Au matin du 24 août 2022, des molotovs ont volé contre le bâtiment administratif de la région d’Orel. L’inconnu a réussi à s’échapper. Le Bureau du Comité d’enquête a ouvert une instruction pour « tentative de meurtre à l’aide d’une manière dangereuse».

Klychkov, le gouverneur de la région, a confirmé la tentative d’incendie du siège de l’administration régionale : « Ce matin, dans la ville d’Orel, un inconnu a lancé deux molotovs contre l’entrée principale du bâtiment. Le feu a été rapidement éteint, et lors de son extinction, un employé s’est légèrement brûlé ».
Lire la suite

Audenarde (Belgique) : deux blindés de l’armée sous le feu

Enquête ouverte après l’incendie de deux véhicules
blindés de l’armée

Belga/RTBF, 29 août 2022

Le feu s’est déclaré dimanche matin dans le zoning Westerring situé le long de la N60 à Audenarde, à proximité de l’entreprise OIP. Deux blindés à roues – des 6×6 de type Piranha IIIC DF30, c’est-à-dire équipés d’un canon de 30 mm – y ont été incendiés. La firme OIP, filiale de la multinationale israélienne Elbit Systems, fabrique des systèmes électro-optiques, tels que des lunettes et autres instruments de vision diurne et nocturne.

L’incendie a été rapidement maîtrisé mais les deux véhicules blindés ont brûlé. Personne n’a été blessé, on ne déplore que des dégâts matériels. L’inscription « Shut Elbit Down » a été inscrit sur les murs de l’entreprise.

Selon le service de presse de la Défense, sept Piranha – en jargon des AIV (« Armoured Infantry Vehicles ») – se trouvaient ce week-end dans les locaux de l’entreprise OIP pour une modernisation de leurs systèmes optroniques. L’un d’eux a été totalement détruit et la Défense examine si le second est considéré comme réparable ou non. L’armée ne dispose que de dix-neuf de ces blindés en version DF30, sur un effectif total de 138 Piranha, toutes versions confondues.

« C’est très clairement un acte criminel », confirme le Colonel Jean-Paul Baugnée, gestionnaire de matériel terrestre à la Défense. « Et chaque véhicule de combat de ce type coûte 1,5 million d’euros », ajoute le capitaine Laurens Rottiers.

Trente (Italie) : attaque solidaire contre le chantier de logements militaires

« Trente, nuit du 2 au 3 août. Attaque incendiaire contre les engins du chantier de construction de nouveaux logements pour les militaires dans le sud de la ville de Trente. Un tag « Guerre à la guerre » a été laissé sur place. Contre la guerre entre États, contre l’État et sa guerre à ceux qui relèvent encore la tête, solidarité avec Juan, Alfredo et Anna. »

[Traduit de l’italien de Il Rovescio, 15 août 2022]

[Affiche] : Mener notre guerre

Mener notre guerre

Cliquer pour ouvrir l’affiche

Des villes entières rasées au sol. Des soldats tuant des gens sans défense et terrorisés. L’exode de millions de personnes. Face à tant d’horreurs, la condamnation de la guerre est unanime. Notre estomac ne peut que protester, submergé par une sensation de nausée.

Ce qui n’empêche pas la plupart d’entre nous de vivre au milieu des dispositifs et des infrastructures qui rendent ces massacres possibles. Car oui, en effet, la guerre commence ici, chez nous. Dans les centaines d’usines, de fabriques et de laboratoires qui produisent en permanence les instruments de mort. Dans la logistique meurtrière qui permet l’acheminement ininterrompu d’armes et d’équipements. Dans les systèmes énergétiques qui alimentent la machine de guerre. Autant dire que tous les discours larmoyants pour la fin de la guerre sont une véritable hypocrisie, aussi longtemps qu’il y aura des industriels pour la produire, des politiciens pour la déclarer, des scientifiques pour l’innover, des généraux pour la gérer, bref tant que fleuriront les intérêts de ceux qui de près ou de loin y collaborent.

Est-ce que l’industrie militaire est protégée des regards indiscrets par d’épais écrans de fumée ? Toute cette production se déroule-t-elle dans de lointains bunkers souterrains ? Mais non, tout est là ! Exposé au regard de n’importe qui.
Lire la suite

Un panache de fumée noire

Sassenage (Isère), nuit du 18 mai 2022. Les ateliers de production de « Précis Mécanic », fournisseur de l’industrie de guerre et autres nuisances technologiques, partent en fumée…

Un panache de fumée noire

C’était il y a deux mois pile. Dans la nuit du 17 au 18 mai 2022, peu avant minuit, un gros panache de fumée noire s’élevait au-dessus de Sassenage (Isère). Un grand brasier était en train de dévorer des centaines de mètres carrés dans une zone industrielle située au nord-ouest de Grenoble. D’importants moyens étaient alors déployés sur place, mais les pompiers ne réussiront à sauver que les locaux administratifs de l’entreprise, ainsi qu’un dépôt de stockage. L’atelier de production, lui, a été complètement détruit. Les 40 ouvriers qualifiés et ingénieurs employés par la boîte ont été mis au chômage technique en attendant le redémarrage de la production sur un autre site.

Si la presse n’a pas recouvert cet incendie nocturne d’un pudique voile de silence, elle n’a pas pour autant regardé plus loin que le panache de fumée qui s’est élevé cette nuit-là au-dessus de la cuvette grenobloise. C’est peut-être parce le nom de l’entreprise ravagée par les flammes n’est pas particulièrement évocateur. Et en effet, on ne peut pas leur donner tort : « Précis Mécanic » ne semble pas être un nom pensé pour attirer l’attention. Pourtant, sur les carnets de commande de cette PME de mécanique de précision et d’usinage qui a fêté en 2016 ses cinquante années d’existence, figurent des noms bien connus de l’industrie technologique : Schneider Electric, Siemens, Orano, Bosch, JST Transformateur. Et c’est encore sans mentionner les services que Précis Mécanic a déjà rendus à l’industrie militaire, un mérite dont elle se vante sur son propre site : « réalisation de paniers à carte, coffrets ou niches pour cartes électroniques embarquées dans les sous-marins nucléaires et les avions de chasse. »
Lire la suite

Russie : de la chair à prison à la chair à canon

[Note  : dès le mois d’avril, l’Etat ukrainien a fait exactement la même chose avec les sans-papiers enfermés dans ses centres de rétention, voir ici]

Guerre en Ukraine : le groupe Wagner recrute des prisonniers russes en promesse d’une remise de peine
France Info, 11 juillet 2022

Se battre en Ukraine contre une remise de peine. C’est ce que propose le groupe Wagner, société militaire privée associée à la présidence russe, à des détenus de droit commun. Après plus de quatre mois de guerre en Ukraine, l’armée russe semble souffrir d’un manque d’effectif. Le président russe Vladimir Poutine n’a pas décrété la mobilisation générale, donc il peine à assurer une rotation des troupes au combat. Pour éviter une pénurie de combattants, le groupe Wagner, recrute dans les prisons russes en échange de remise de peine. Les prisonniers qui acceptent iront se battre dans le Donbass, front principal de l’invasion russe en Ukraine.

La milice Wagner fait une campagne de recrutement dans la prison d’Obukhovo à Saint-Petersbourg. Le petit ami de Nadejda y purge une peine de huit ans et demi de prison pour trafic de stupéfiants. La compagne d’un autre détenu lui a appris la nouvelle : les prisonniers qui s’engagent à aller faire la guerre six mois en Ukraine pourront avoir une remise de peine.
Lire la suite