Archives de catégorie : Dedans/Dehors

Une lettre de Boris depuis la prison : « Pourquoi j’ai cramé les deux antennes du Mont Poupet »

Pourquoi j’ai cramé les deux antennes du Mont Poupet

Salut, moi c’est Boris. Cela fait maintenant 9 mois que je suis incarcéré au centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville pour l’incendie de deux antennes-relais dans le Jura en avril 2020.

Si je me décide seulement maintenant à écrire quelques mots publics autour de mon affaire, c’est notamment lié au fait que l’État vient de me juger et il me semble vital de coucher sur le papier mes impressions et mes rages contre ce techno-totalitarisme qui ne s’estompent absolument pas depuis que je suis enfermé. Bien au contraire.

Alors que les États s’accordaient pour museler la population en la sommant de rester sagement chez elle sous prétexte d’endiguer la pandémie de covid-19, des vagues de sabotages ont déferlé en France et en Europe (Pays-Bas, Angleterre, Italie,..) contre les infrastructures de la domination technologique (antennes-relais, réseaux souterrains de fibre optique, centrales électriques…) D’Est en Ouest, du Sud au Nord de l’hexagone, des pylônes ont été abattus, leurs câbles sectionnés et pour la plupart carbonisés par dizaines, interrompant les télécommunications, la géolocalisation des téléphones portables et l’espionnage de celles et ceux dans le viseur des organes de la répression.

Au moment de rédiger ces quelques lignes, ces sabotages contre les réseaux télécom continuent de plus belle, même si la domination a tout intérêt à les dissimuler ou les minimiser. Parfois, l’ampleur des destructions est telle qu’il leur est impossible de les mettre en sourdine comme l’incendie d’un relais TDF dans les Bouches-du-Rhône début décembre 2020 ou encore le sabotage incendiaire revendiqué à coté de Limoges pour commencer l’année 2021 avec de bonnes résolutions.

Lire la suite de la lettre de Boris

Montreuil (Seine-St-Denis) : la collabo des prisons reçoit de la visite

Au 10 rue bonouvrier
Indymedia Nantes, 14 juin 2021

Au 10 rue bonouvrier,
A Montreuil on est allé-es,
Il y a une Paysagiste,
Mais heureusement vint l’anarchiste ! 

Et c’est donc avec dedain
qu’Sa serrure s’rempli d’étain,*
que ses plombs sont arrachés
Et que l’interphon’ est volé !

Un bon coup de chalumeau,
Et voilà qu’laurence jouhaud**,
N’a même plus de vigik,
fondu dans une fin tragique !
Lire la suite

[Tract] : Deux textes en solidarité avec les émeutier-e-s de Beaumont

Cliquer sur l’image pour ouvrir le pdf

Indymedia Nantes, 11 juin 2021

Du 21 juin au 9 juillet 2021, cinq personnes vont passer devant la cour d’assises de Pontoise (95), accusées d’avoir participé aux émeutes de Beaumont-sur-Oise qui ont suivi l’assassinat d’Adama Traoré par les gendarmes. Au procès et dans la rue, ne laissons pas les émeutier-e-s présumé-e-s seul-e-s face aux cirques judiciaires et médiatiques !

Solidarité avec les émeutier-e-s à Beaumont et ailleurs

Du 21 juin au 9 juillet 2021, cinq personnes vont passer devant la cour d’assises de Pontoise (95), accusées d’avoir participé aux émeutes de Beaumont-sur-Oise qui ont suivi l’assassinat d’Adama Traoré par les gendarmes. Ces émeutes avaient enflammé la ville et des communes voisines pendant quatre nuits consécutives en juillet 2016, les révolté-e-s s’en prenant notamment à des bâtiments institutionnels et aux gendarmes. Des tirs au fusil de chasse dans leur direction semblent constituer l’accusation la plus grave dans le dossier, utilisée pour justifier le chef d’inculpation de « tentative d’homicide sur personne dépositaire de l’autorité publique ». Des dizaines de gendarmes se sont portés parties civiles.
Lire la suite

Bois d’Arcy (Yvelines) : lettre d’un inculpé du 8 décembre depuis le quartier d’isolement

Lettre du QI de Bois d’Arcy – Libre Flot
soutienauxinculpeesdu8decembre, 3 juin 2021

Une lettre de Libre Flot, incarcéré dans le cadre de la procédure anti-terroriste du 8 décembre 2020, et transmise depuis le quartier d’isolement (QI) de la prison de Bois d’Arcy, où il est placé en isolement depuis le 11 décembre dernier :

Pour moi qui ai vécu la majeure partie de ma vie de manière collective, j’avais pourtant récemment accepté les bienfaits de courtes périodes de solitude. En disant cela, j’ai comme un arrière goût âpre dans la bouche tant mes semblables me manquent. Ce sentiment n’est pourtant pas justifié mais provient de l’amalgame dont, dans ce contexte, j’ai du mal à me séparer, entre solitude et régime d’isolement. Il m’est pourtant simple de constater que l’isolement est à la solitude ce que la lobotomie est à la méditation.

L’être humain étant un animal grégaire, le lien social est pour lui-elle un besoin vital. L’isolement s’apparente donc à de la torture. Non pas une torture physique existant par un fait ou un acte, mais une torture plus pernicieuse, invisible, permanente existant par cette absence continue. Les seules personnes que l’on entrecroise brièvement, avec qui on se dit réciproquement des « bonjour », des « tenez », des « merci » sont les surveillant.es. Tout est dans l’énoncé ! Aussi cordiales, polies et arrangeantes que peuvent être ces personnes (ce qui n’est pas forcément le cas partout et tout le temps), les surveillant.es, comme le nom l’indique, ne sont pas nos pair.es, ielles sont nos preneur.euses d’otage dont les seules revendications sont vénales (les salaires). S’attacher à cet ersatz de rapports sociaux, que je ne puis et ne veux me résigner à abandonner, soit dit en passant, se rapproche plus du syndrome de Stockholm qu’autre chose.
Lire la suite

Montreuil : visite surprise aux constructeurs de prisons

Indymedia Nantes, 17 mai 2021

Mardi 11 mai vers 14h, une trentaine de personnes se sont réunies entre deux averses à Montreuil (93), avec des tracts, une banderole, des affiches, de la peinture et un peu d’inspiration.

Quelques rues du bas Montreuil se souviendront de leur passage (éclair) mais surtout l’entreprise Egis au 4 rue Dolorès Ibarruri, qui en faisant son blé dans la construction des prisons, récolte aussi un relooking gratuit !

A la revoyure !
Voir les autres photos

Pantin/Paris : visites nocturnes à des constructeurs de prisons!

Indymedia Nantes, 17 mai 2021

Des prisons en plus ! clame t-on a chaque nouveau gouvernement. Il y a ceux qui ont l’honneur de les programmer et ceux qui gèrent la construction. C’est toujours les mêmes excuses: faire face à la surpopulation, aux conditions indignes, à l’encellulement collectif.

Mais chaque cellule construite est un pas vers plus de personnes envoyées en prison quotidiennement  par la justice. Une réponse répressive de l’Etat qui ne se lasse pas d’enfermer toujours plus les pauvres et les récalcitrants. Par contre celles et ceux participent à leur construction, ceux qui décident, commandent et les imaginent (pas celles et ceux qui sont exploités sur les chantiers) sont tranquilles et capitalisent sur la misère des autres.

Histoire de troubler leur tranquillité, on en a visité deux d’entre eux en ce début du mois de mai.
Découvrir les bonnes adresses visitées

Saint-Quentin-Fallavier (Isère) : rendre visite aux matons

Saint-Quentin-Fallavier : le véhicule d’un agent incendié
sur le parking de la prison
Le Dauphiné Libéré, 16 mai 2021 (extrait)

C’est le mirador qui a donné l’alerte. Vers 22 h 30 ce samedi 15 mai, l’agent en poste a aperçu un départ de feu derrière le mess réservé au personnel du centre pénitentiaire de Saint-Quentin-Fallavier. Il a rapidement été établi qu’il s’agissait d’une voiture incendiée, celle d’un agent, stationnée sur le parking clôturé qui est réservé aux membres du personnel.

Lire la suite

Seine Saint Denis : incendie contre un profiteur de taules à Bagnolet !

Indymedia Nantes, 15 mai 2021

Dans la nuit du 9 au 10 mai 2021, nous avons mis le feu à un utilitaire de Bouygues garé rue Robespierre. Les flammes l’ont dévoré avidement et ont laissé une belle carcasse. Nous espérons que le spectacle du véhicule brûlé à fait plaisir à celles et ceux qui doivent vivre dans cette rue sans cesse en travaux pour accueillir des habitant-e-s plus riches pour chasser les plus pauvres, et qui se font déjà harceler par les flics et les CRS qui n’arrêtent pas d’envahir les immeubles et d’occuper le carrefour.

Nous détestons l’entreprise Bouygues de tout notre cœur, car chacune de ses activités est une raison de plus de la détester.
Lire la suite

Claudio Lavazza extradé en France

Le compagnon anarchiste Claudio Lavazza, après avoir passé quasi 25 années dans les prisons de l’Etat espagnol, a été extradé à la fin de la semaine dernière vers la France, où il a une condamnation pendante de 10 ans de prison (la procédure de cumul des peines qui établira la période effective qu’il lui reste à purger, est en cours).

Concernant les condamnations qu’il a accumulées lors de sa participation [à la fin des années 70] aux Proletari Armati per il Comunismo (PAC), ce matin la cour d’assises en appel de Milan a déclaré la peine prescrite !
Lire la suite

Des infos sur les personnes arrêtées le 8 décembre 2020

Quelques nouvelles des potes des arrestations du 8/12
IAATA, 5 mai 2021

Des infos sur les personnes arrêtées le 8 décembre 2020 lors de l’opération de police dans le cadre d’une enquête pour association de malfaiteurs terroriste. Trois sont toujours enfermées, deux ont été libérées sous contrôle judiciaire (CJ) le 23 avril et le contrôle judiciaire continue pour les deux autres inculpés.

C’est difficile d’avoir des nouvelles directes et fraiches. L’instruction est toujours en cours, nous partons donc du principe que tous les échanges avec les proches (parloirs, courriers, appels) sont scrutés par le juge d’instruction et la DGSI.

Trois des 7 personnes arrêtées le 8 décembre 2020 lors de l’opération de police dans le cadre d’une enquête pour association de malfaiteurs terroriste sont toujours enfermées, elles sont considérées par l’administration pénitentiaire comme DPS (Détenu.es Particulièrement Surveillé.es) et l’un d’entre eux est toujours à l’isolement depuis le début de son incarcération. Deux autres personnes ont été libérées sous contrôle judiciaire (CJ) le 23 avril suite à une demande de mise en liberté acceptée par le juge d’instruction, iels sont toujours poursuivi.es. Le contrôle judiciaire continue pour les 2 autres inculpés qui étaient ressortis en décembre après la GAV de 3 jours.

Continuer la lecture de Des infos sur les personnes arrêtées le 8 décembre 2020

Bologne (Italie) : la vitrine des matons en miettes

Bologne, 2 mai 2021 – C’est arrivé une fois de plus, pour la quatrième fois depuis son inauguration le 5 novembre 2019. Des pierres et des actes de vandalisme se sont produits contre le local de l’Anppe, l’association nationale de matons (associazione nazionale di polizia penitenziaria)  située via Ferrarese 11/C. Les dégâts se montent à trois mille euros.

L’action de ces inconnus remonte au 1er mai ou à la nuit précédente, et la Digos (DGSI) et le service d’investigation de la Pénitentiaire sont intervenus sur place. « Nous pensons que derrière ce nouvel épisode se trouvent des motivations politiques, mais nous n’avons aucun suspect pour le moment » a déclaré le responsable de la structure. Avant les pierres, le local avait déjà reçu des injures ces derniers mois (« Fascistes, assassins, amnistie* »).

NdT : « amnistie », certainement pour les prisonniers protagonistes des mutineries ravageuses dans les prisons italiennes en mars 2020 (voir ici et ).

[Traduit de l’italien. Extrait du journal local, Il resto del carlino, 2 mai 2021]

Carcassonne (Aude) : saisir l’occasion de la gestion du Covid-19

Isolé pour Covid, un détenu s’évade de la prison de
Carcassonne

France bleu/Midi Libre, 28 avril 2021 (extrait)

Un prisonnier de 22 ans a profité des règles sanitaires pour s’enfuir. Isolé dans une cellule, en tant que cas contact, le jeune homme a réussi à desceller un barreau [au milieu de la nuit], avant de se faufiler sur les toits, pour passer ensuite le mur d’enceinte. Ce détenu de 22 ans était incarcéré pour des faits de vols avec effraction.

Pour le syndicat Ufap Unsa justice et son secrétaire Pierre Journet, « c’est l’exploitation d’une série de failles structurelles, amplifiées par la crise du Covid, qui ont permis à un des pensionnaires de s’évader de la maison d’arrêt de Carcassonne. Ce détenu a profité des règles sanitaires mises en place pour combattre la propagation du virus »
Continuer la lecture de Carcassonne (Aude) : saisir l’occasion de la gestion du Covid-19

Espagne : Lisa est sortie de prison !

Notre compagnonne Lisa a été arrêtée le 13 avril 2016, accusée d’un braquage de banque à Aachen (Allemagne). En juin 2017, elle a été condamnée à 7 ans et 6 mois de prison. Après avoir passée la première partie de la peine en Allemagne, elle a été extradée en décembre 2018 à Madrid, puis transférée en Catalogne (dans la prison de Brians I) selon ses liens familiaux.
En novembre 2019, elle a obtenu le troisième degré de détention [équivalent à la semi-liberté] dans la section ouverte de la prison de Wad Ras à Barcelone, mais le procureur de l’Audiencia Nacional avait fait appel. Malgré tout, le régime de semi-liberté avait été confirmé au cours de l’été 2020.

Après trois ans et demi de prison plus une année et demie en prétendu régime de semi-liberté, lundi 19 avril 2021 Lisa Dorfer a obtenu une remise en liberté conditionnelle, après avoir effectuée les 2/3 de la peine. Cette mesure peur être révoquée ou suspendue à tout moment si les autorités décident que les conditions ne sont pas remplies.
Continuer la lecture de Espagne : Lisa est sortie de prison !

Les chantiers de nouvelles prisons se multiplient (+ une liste de bonnes adresses)

[Note : Le programme immobilier pénitentiaire prévoit la création nette de 15 000 places de prison supplémentaires, avec la mise en chantier d’ici 2022 de 7000 premières places (livrées ou à un stade avancé de construction à cette échéance) et 8000 places supplémentaires portant sur 16 opérations de constructions qui seront lancées d’ici 2022 (en vue d’une livraison entre 2025 et 2027).Dans le PDF ci-joint se trouvent les emplacements précis des sites des futures prisons de Muret (Haute-Garonne), Rivesaltes (Pyrénées-Orientales), Entraigues-sur-la-Sorgue (Vaucluse), Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis), Saint-Laurent du Maroni (Guyane), Nîmes (Gard), Le Muy (Var), Pau (Pyrénées-Atlantiques), Noiseau (Val-de-Marne), Trélazé (Maine-et-Loire), Crisenoy (Seine-et-Marne), Vannes (Morbihan), Donchery (Ardennes), Toul (Meurthe-et-Moselle), Arras (Pas-de-Calais).
A la fin de cet article se trouve également une liste détaillée des entreprises de BTP, cabinets d’architectes, bureaux d’ingénierie et d’étude qui ont d’ores et déjà remporté les appels d’offres des chantiers d’une vingtaine de futures prisons]

Le gouvernement dévoile les huit sites [supplémentaires]
retenus pour la construction de nouvelles prisons

France Bleu, 19 avril 2021

Le « Plan 15.000 places » de prison voulu par Emmanuel Macron se précise. Dans un communiqué envoyé ce lundi 19 avril, le gouvernement présente les sites retenus pour la construction de nouvelles prisons. Le Premier ministre, Jean Castex, doit se rendre ce mardi 20 avril sur le chantier de construction d’un centre pénitentiaire à Lutterbach (Haut-Rhin).
Continuer la lecture de Les chantiers de nouvelles prisons se multiplient (+ une liste de bonnes adresses)

[Tract] : Signaux de fumée printaniers

Indymedia Nantes, 16 avril 2021

Signaux de fumée printaniers

Le 19 mai prochain, après une incarcération préventive de huit mois à la prison de Nancy, les larbins de l’État passeront l’anarchiste B. en procès pour l’incendie de deux antennes-relais pendant le grand confinement. Or s’il est bien connu que la solidarité c’est l’attaque, voilà en tout cas une bonne occasion de ne pas laisser ce compagnon seul face aux crapules en toge, tout en poursuivant l’œuvre de démolition urgente du vieux monde…

Salins-les-Bains (Jura), 10 avril 2020. Alors que l’auto-enfermement bat son plein un peu partout dans le monde, un anarchiste gravit les pentes du Mont Poupet. Fort de ses idées et de sa détermination, il fait partir en fumée les deux grandes antennes-relais diffusant les ondes de la police, de la gendarmerie et des opérateurs de téléphonie mobile, avant de disparaître dans la nuit comme il était venu. Ce n’est d’ailleurs pas le seul, puisqu’au moins 174 antennes ont officiellement été sabotées aux quatre coins du territoire depuis un an, dont la moitié par incendie. Et ce, bien entendu, sans compter les sabotages de fibre optique ou de centraux téléphoniques, ni ceux contre les fournisseurs de câbles et d’équipements électroniques.
Continuer la lecture de [Tract] : Signaux de fumée printaniers

Seysses (Haute-Garonne) : beau comme un plan qui fonctionne à merveille

Près de Toulouse, le détenu casse sa fenêtre et s’évade de
la maison d’arrêt

La Dépêche, 15 avril 2021

Son plan a fonctionné à merveille. Dans la nuit de mercredi à jeudi,  un prisonnier de la maison d’arrêt de Seysses s’est évadé. Peu avant 4 heures du matin, ce détenu, dont la cellule est située au premier étage du bâtiment des courtes peines, casse le pied de sa table et se sert de ce manche pour forcer sa fenêtre. Après quelques minutes d’effort, il réussit à dégonder la lucarne puis se hisse à l’extérieur du bâtiment. Une fois dehors, ce trentenaire dont la peine devait se terminer en septembre 2021, saute le grillage et disparaît des radars

Pendant ce temps, une alarme se déclenche mais le surveillant chargé d’observer les caméras ne remarque rien d’inhabituel. « Ces alarmes sont défaillantes. Neuf fois sur dix, elles sonnent pour rien. Il a cru que c’était une nouvelle fausse alerte », confie David le représentant local du syndicat des surveillant(e)s pénitenciers (SPS).
Continuer la lecture de Seysses (Haute-Garonne) : beau comme un plan qui fonctionne à merveille

Barcelone (Espagne) : une lettre de Danilo

Lettre de Danilo, accusé de l’incendie d’un fourgon de police à Barcelone
Indymedia Nantes, 16 avril 2021

En février, l’incarcération du rappeur Pablo Hasél et les émeutes à Linares, en Andalousie, suite au tabassage d’un homme et sa fille par des flics en civil ont été l’étincelle d’un bref moment de révolte dans le territoire ibérique, notamment en catalogne. Les raisons vont au-delà de la liberté d’expression: haine de la police, refus du couvre-feu, situation économique et sociale, etc. Le samedi 27 février une émeute à lieu dans le centre de Barcelone: banques et commerces défoncés, DABs cramés, affrontements et barricades contre les schmits, et léger incendie d’un camion de police. Niveau répressif, de nombreuses blessées, une centaine d’arrestations, et une douzaine de personnes incarcérées, dont huit compagnon·nes arrêtées le 27 février et le 1er mars pour l’incendie du camion.
Pour plus d’infos: presxs27febrer.noblogs.org

27/03/2021
Salut tout le monde !

Je suis Danilo, un des arrêté·e·s lors de la manif du 27 février. Comme beaucoup de gens savent déjà, j’écris depuis Brians 1 (Martorell). Aujourd’hui ça fait un mois qu’on a été arrêté.e.s je voulais publier un écrit plus tôt mais je devais me faire une meilleure idée de ce qui allait se passer, autant pour moi que pour les autres, aussi recevoir des nouvelles du dehors, etc.
Continuer la lecture de Barcelone (Espagne) : une lettre de Danilo

[Tract] : Contre la construction d’une nouvelle prison en Seine-Saint-Denis (et partout ailleurs…)

Contre la construction d’une nouvelle prison en Seine-Saint-Denis (et partout ailleurs…), 8 pages, A5, mars 2021

Extrait de la conclusion :

La construction d’une prison révèle tout un pan de ce qui est nécessaire à son existence. En effet, un lieu d’enfermement ne sort pas de nulle part, il ne peut voir le jour que par le travail d’un ensemble de personnes et d’entreprises. Certaines sont déjà connues pour avoir mené les études d’impact du projet (Egis, Technosol, Even conseil, CDVIA, B&L évolution, cabinet Earth avocats). D’autres vont bientôt être choisies pour la conception et la construction, peut-être parmi les entreprises du BTP comme Bouygues, Eiffage ou Vinci qui continuent de construire de nombreux lieux d’enfermement. À cela s’ajoutent celles qui fourniront les éléments spécifiques comme les portes, les serrures, les barreaux, les meubles, les barbelés, les systèmes de surveillance et de brouilleurs d’ondes, etc. Avant le début du chantier, il est possible de saboter la machine qui se met en branle. Car ces entreprises ont des bureaux, des lieux de productions, des entrepôts, des véhicules, ainsi que du matériel, des données informatiques et du personnel circulant entre ces différents sites. Autant de cibles disséminées sur le territoire qui offrent des prises concrètes et accessibles pour enrayer le processus de construction.
Continuer la lecture de [Tract] : Contre la construction d’une nouvelle prison en Seine-Saint-Denis (et partout ailleurs…)

La Talaudière (Loire) : blocage contre les parloirs avec plexi

Loire : weekend de Pâques tendu à la prison de La Talaudière
France bleu, 10 avril 2021 (extrait)

Le weekend de Pâques a été particulièrement tendu à la prison de La Talaudière, dans la Loire. Samedi vers 17 heures, 43 détenus ont refusé de réintégrer leurs cellules après la promenade. Parmi leurs revendications, la suppression des plexiglass au parloir, installés à cause de l’épidémie de Covid-19, mais que certains détenus et leurs familles vivent mal. Certains ont aussi demandé l’installation de consoles Xbox dans les cellules.

Le blocage a duré plus de trois heures, jusqu’à l’intervention des Equipes régionales d’intervention et de sécurité (ERIS), des surveillants pénitentiaires chargés du maintien de l’ordre en prison. Les détenus sont finalement remontés en cellules vers 21 heures. Les deux hommes considérés comme les meneurs de ce mouvement de protestation ont été transférés, et les membres de ERIS sont restés à la prison tout le weekend, lundi inclus.

Montreuil (Seine St Denis) : poisson d’avril contre Eiffage et toutes les prisons !

Indymedia Nantes, 4 avril 2021

Ce 1er avril un banc de poissons s’est attaqué à un camion benne d’Eiffage à Montreuil. Un poisson marteau a défoncé le pare-brise, un poisson scie s’en ai prit aux pneus et une pieuvre a laissé un message clair : Eiffage, constructeur de tôle, A bas les prisons, Crève la taule.

Eiffage se fait de la tune en construisant des prisons et des centre de rétention (CRA). Ce geste se veut une riposte solidaire avec celles et ceux qui luttent contre ce monde et ceux et celles sur qui la répression s’abat comme dans l’association de malfaiteur de décembre dernier et sur les révoltés du CRA du Menil-amelot en janvier dernier.

Au clair de lune ou en journée il reste plein de camionnettes Eiffage à couler !

Un gang de poisson à contre-courant

Châtillon-sur-Chalaronne (Ain) : saisir l’occasion…

À 65 ans, elle chipe le camion des pompiers pour fuir sa
maison de retraite

Le Progrès, 29 mars 2021

C’est ce qui s’appelle prendre la poudre d’escampette ! Samedi, aux alentours de 20 heures, une résidente de la maison de retraite La Montagne, située à Châtillon-sur-Chalaronne, a fui son établissement en improvisant un plan digne de la grande évasion.

Le chant des sirènes ? Toujours est-il que cette pensionnaire, âgée de 65 ans, n’a pas hésité à s’échapper à l’aide d’un véhicule appartenant au corps des sapeurs-pompiers, stationné devant son établissement. Sollicités dans le cadre d’une opération de secours, il était déjà trop tard quand ces derniers ont pris conscience de la situation. La sexagénaire, aussi alerte que déterminée, avait déjà pris le volant de leur ambulance en direction… de son ancien domicile.

C’est là, à Beauregard, après une « course-poursuite » de près d’une demi-heure, que la fugitive a été retrouvée. Prise en charge par les gendarmes de la brigade de Vonnas, la résidente, troublée, a passé la soirée à l’hôpital de Villefranche-sur-Saône après y avoir été évacuée… par les sapeurs-pompiers.

 

Caen (Calvados) : manif et parloir sauvages

[reçu par mail, 27 mars 2021]

Une cinquantaine de personnes s’est retrouvée [samedi 27 mars] place St Sauveur suite à un appel à manif sauvage. Choix avait été fait de discuter ensemble de ce que nous allions faire, avec une proposition tout de même : se diriger vers la Maison d’arrêt en solidarité avec les prisonniers et prisonnières et en opposition à la construction de la nouvelle taule à Ifs et contre l’enfermement en général.

Des gens préfèrent rejoindre le rassemblement des intermittents et intermittentes place du théâtre, où une autre cinquantaine de personnes écoutent de la musique pour défendre la culture et contre la réforme du chômage. Après quelques appels à partir vers la taule, sans surprise, la culture ne se joindra pas à la fête.

30 individus sont tout de même partis en cortège, générant une longue file de bagnole derrière elles et eux, vers la Maison d’arrêt pour un parloir sauvage. Slogans et quelques échanges avec les taulards vont avoir lieu pendant 30 minutes environ.

Détruisons toutes les prisons !