Archives de catégorie : Dedans/Dehors

Villepinte (Seine-Saint-Denis) : lettre de prison d’Ivan, « La solidarité c’est l’attaque »

Lettre d’Ivan depuis sa cellule. Il est incarcéré depuis quelques jours en détention préventive à la maison d’arrêt de Villepinte. Voici sa première lettre…

15 VI 2022

Je m’appelle Ivan, je suis anarchiste.
J’ai été arrêté par la SDAT (1) samedi 11 juin, vers 3h30, pas loin de chez moi, alors que je rentrais.
Je suis inculpé de six incendies de véhicules qui ont eu lieu à Paris et Montreuil entre janvier et juin, souvent revendiqués en solidarité avec des prisonnièr.e.s anarchistes (la dernière, la voiture d’une ambassade a été incendiée le soir de mon interpellation, dans le 17e.

Pendant des mois, les flics ont mis en place des filatures, des écoutes téléphoniques, ils ont installé une caméra dans l’entrée de mon immeuble, ils ont intercepté mon courrier (notamment les lettres des compas en prison) et regardé mon compte en banque.
Une autre personne (on se connaît seulement de vue mais il a toute mon estime) a été suivie, écoutée, etc. , aussi mais pas mis en cause. Courage, mon vieux !

L’enquête de la SDAT a commencé en février 2022 sur ordre de la procureure Laure-Anne Boulanger, du parquet de Bobigny.
Ils ont aussi sortis des tiroirs une autre enquête, classée, qui avait été menée par d’autres flics, sur une cinquantaine d’incendies de véhicules, revendiqués par les anarchistes, à Paris et environs, entre juin 2017 et 2021. La SDAT a “réuni” les deux enquêtes, mais la juge d’instruction (Stéphanie Lahaye du tribunal de Bobigny) a retenu seulement les six dernières actions. Pour les autres, je suis “témoin assisté”.
Lire la suite

Bure (Meuse) : banderole solidaire


Nique la diplomatie, les médias et le nucléaire !
Vive l’Attaque !

Manif-Est, 23 juin 2022

Dans la nuit du 10 au 11 juin, une personne suspectée d’être admin du site attaque.noblogs.org a été arrêtée puis placée en détention provisoire, et les médias ont lâché leur venin sur cette histoire. Il lui est reproché d’avoir mis le feu à 58 voitures entre 2017 et 2022 dans les « beaux quartiers » de Paris : voitures diplomatiques, voitures d’entreprises privées (Eiffage) ou publiques (Enedis, RATP) ou de médias (l’Est Républicain). Plus d’infos issues de la presse mainstream ici.
Ça nous a mis la rage.

Avec cette banderole, on envoie toute notre solidarité depuis Bure & que se propage la révolte.

PS : banderole vue en avant-première par l’hélico de la gendarmerie qui passait par là, en faisant son travail de répression…

Toul (Meurthe-et-Moselle) : sur la construction d’une nouvelle prison

Toul (Meurthe-et-Moselle). Emplacement programmé par l’État du chantier de la nouvelle prison : Pôle industriel Toul-Europe, en contrebas de la société Envie, sur un terrain voisin à l’Espace K

Permanence du député D. Potier taguée contre le capitalisme carcéral & ses promoteurs !
Indymedia Lille, 21 juin 2022

A l’entre-deux-tours, nous avons tagué la permanence du député-candidat Dominique Potier (Divers Gauche), au 27 avenue du Maréchal Foch à Toul, pour s’opposer au projet de nouvelle prison, qu’il soutient tant. Nous y avons tagué « Feu aux prisons », « Potier = promotteur de prisons » ; « crève la taule » ; « Prison : ni à Toul ni ailleurs ! » ; « A[narchie] ».
Dans ce contexte électoral, nous gardons en tête que ce soit lui ou le candidat RN qui remporte ces élections, ce projet pénitentiaire local, largement à l’initiative de Dominique Potier, répond plus largement à la volonté d’une classe dirigeante capitaliste dont le leitmotiv est de gouverner, contrôler et d’enfermer les personnes ne rentrant pas assez dans les normes du système qu’iels défendent (n’en déplaise au petit parvenu catho D. Potier issu de la classe paysanne).

Dominique Potier, député PS de la circo de Toul depuis 2012 et de nouveau candidat, fait partie des élu·es qui ont sauté sur l’occasion du Plan Prison pour construire une nouvelle taule dans le toulois*.
lire la suite

Hambourg (Allemagne) : les compagnons du Banc Public condamnés définitivement

traduit de l’allemand de Zündlappen, 6 juin 2022

Plus rapides que la presse, pour une fois. La procédure en cassation (nommé « révision » en allemand) du procès dit du Banc Public contre trois anarchistes de Hambourg, est maintenant terminée.

La Cour fédérale de justice (BGH) confirme la condamnation des deux compagnons de lutte qui avaient été placés en détention préventive jusqu’au prononcé du jugement, puis remis en liberté provisoire. Du coup, ils seront probablement incarcérés dans les prochains mois pour purger le reste de leur peine*. En ce qui concerne la condamnation de la compagnonne, il y aura une autre audience sur la question de la libération conditionnelle refusée jusqu’à présent. La date n’a pas encore été fixée.

D’autres informations suivront, dès que nous aurons fait le tri ou que nous en saurons plus.

Liberté et bonheur !

* NdT : Deux d’entre eux avaient en effet effectué 16 mois de prison préventive, avant que tous trois ne soient condamné.e.s le 5 novembre 2020 à respectivement 22, 20 et 19 mois de prison ferme, puis remis en liberté provisoire.

Royaume-Uni : déportation des demandeurs d’asile vers le Rwanda

La justice britannique autorise l’expulsion de demandeurs
d’asile vers le Rwanda

Le Monde/TV5 Monde, 11 juin 2022 (extraits)

A quelques jours des premiers départs prévus, la justice britannique a autorisé, vendredi 10 juin, le projet controversé du gouvernement d’envoyer au Rwanda des demandeurs d’asile, rejetant le recours d’associations de défense des droits humains. Le juge de la Haute Cour de Londres, Jonathan Swift, qui examinait l’affaire en urgence, a estimé « important, dans l’intérêt public, que la ministre de l’intérieur puisse mettre en œuvre des décisions de contrôle de l’immigration ».

En vertu de cet accord, Londres financera dans un premier temps le dispositif à hauteur de 120 millions de livres (144 millions d’euros). Le gouvernement rwandais a précisé qu’il proposerait aux migrants la possibilité « de s’installer de manière permanente au Rwanda s’ils le souhaitent ».
Lire la suite

Danemark : déportation de centaines de prisonniers vers le Kosovo

Le Danemark va délocaliser des centaines de prisonniers
au Kosovo

Libération, 27 avril 2022 (extrait)

Un accord signé avec le petit pays des Balkans va permettre au Danemark, partisan d’un strict contrôle des frontières, d’y transférer 300 détenus étrangers. Les ONG s’alarment du risque de violences dans des prisons saturées.

Il était déjà le premier pays européen à autoriser le renvoi de réfugiés syriens à Damas , l’un des seuls aussi, avec le Royaume-Uni de Boris Johnson, à vouloir externaliser les procédures d’asile hors de ses frontières, notamment en Afrique. Le Danemark, qui se targue de mettre en œuvre l’une des politiques migratoires les plus strictes d’Europe , a franchi mercredi une nouvelle étape dans le contrôle de ses frontières. Le Royaume d’Europe du Nord a signé un accord avec le Kosovo pour envoyer 300 détenus étrangers dans ce petit pays du sud des Balkans, comptant parmi les plus pauvres d’Europe, en échange du versement d’un « loyer » de 15 millions d’euros par an.

Cette mesure vise à soulager le système pénitentiaire danois, confronté à un problème de surpopulation carcérale. « Nous avons maintenant signé un accord novateur qui garantira une meilleure capacité dans nos prisons surpeuplées et soulagera la pression sur nos agents pénitentiaires », a indiqué dans un communiqué le ministre danois de la Justice, Nick Haekkerup. Depuis 2015, le pays scandinave a vu son nombre de détenus augmenter de 19 %, atteignant début 2021 les 4 000 individus, nombre excédant la capacité maximale théorique. D’ici 2025, 1 000 places pourraient manquer dans le système carcéral danois, soit 20 % de sa capacité actuelle. La crise est encore aggravée par la baisse du nombre de surveillants, ayant diminué de 18 % depuis 2015.

Lire la suite

Berlin (Allemagne) : incendie solidaire d’une camionnette Hertz

Berlin : incendie d’une camionnette de Hertz en solidarité
avec la grève de la faim de Michailidis et pas que

traduit de l’allemand de de.indymedia, 27 mai 2022

Avec des moyens simples, nous sabotons l’infrastructure de l’ennemi. Le fait que l’entreprise de location Hertz soit un adversaire n’a pas été connu qu’à travers l’attaque de sa filiale et d’autres incendies de sa flotte de véhicules à Athènes. La police grecque n’est pas la seule à être équipée de véhicules loués par Hertz à des tarifs préférentiels, et dans d’autres pays des policiers et des militaires, actifs ou non, bénéficient de son soutien, selon sa propre publicité.

Hertz fait partie des entreprises qui poussent à la mobilité obligatoire. Tout et tout le monde doit être disponible partout et tout de suite. Les services de livraison, les véhicules de location et Uber dominent désormais le trafic dans les villes. En outre, ils collectent des données sur les objets et les personnes en mouvement pour les ordinateurs de recherche de la police, et Hertz y participe également en filmant les conducteurs pendant leur trajet.

Dans la guerre sociale et dans la guerre Etat contre Etat, nous sommes sans drapeau du côté des opprimés contre les oppresseurs. Hertz est du côté du pouvoir, tantôt sous le drapeau grec des jeeps policières de l’OPKE [Groupe de prévention et de répression du crime, NdT], tantôt sous le drapeau américain des camions de la garde nationale, ou sous le drapeau du capital  de ses camionnettes en profitant en Allemagne de l’obligation faite aux pauvres de déménager sans cesse de leurs appartements trop coûteux.
Lire la suite

Malandrinos (Grèce) : sur la situation de Giannis Mihailidis & une lettre de prison

Thessalonique (Grèce), 3 juin : blocage de rue en solidarité avec Giannis Mihailidis

[reçu par mail, 3 juin 2022]

Solidarité avec Giannis Mihailidis, en grève de la faim
depuis le 23
mai !

Lundi le 23 mai, l’anarchiste Giannis Mihailidis détenu à la prison de Malandrinos en Grèce, entame  une grève de la faim pour obtenir sa libération conditionnelle. Dans une lettre qui annonce sa grève de la faim, il souligne, entre autres, que cette lutte pour sa liberté s’inscrit dans la lutte élargie contre l’État et le Capital, de laquelle son long emprisonnement l’a coupé.

Afin de soutenir cette initiative dans les rues, de nombreuses actions variées sont organisées sur tout le territoire grec. Pour que cet énième épisode de la lutte de notre compagnon ne soit pas passé sous silence, un appel à la solidarité internationale est lancé. Bien que nous sommes convaincus que la meilleure solidarité sera toujours de poursuivre et d’approfondir nos combats, nous pensons qu’il est utile d’observer de plus près l’histoire de la lutte de Giannis, l’hostilité avec laquelle il voit l’existant et les idées de liberté qu’il a toujours porté en lui des deux côtés des murs de la prison. Nous nous reconnaissons dans les réflexions de son parcours turbulent de révolte.  C’est l’occasion d’accompagner notre compagnon de manière plus franche pour un fragment de son combat, en utilisant les moyens que chacun choisit pour soi-même.

Vous trouverez ci-dessous un bref résumé de l’histoire de Giannis avec les autorités, ainsi qu’un lien vers sa lettre initiale annonçant sa grève de la faim, traduite vers l’anglais, l’allemand, l’italien, le français et l’espagnol. Nous encourageons la diffusion de cet appel à la solidarité auprès d’autres camarades et espaces.
Lire la suite

Leipzig (Allemagne) : incendie solidaire d’un véhicule Hertz

Traduit de l’allemand de chronik, 31 mai 2022

Dans la nuit du 30 au 31 mai, nous avons rassemblé quelque courage et avons incendié une voiture Hertz à Leipzig. Hertz est complice de la police grecque. Nous avons fait cela en solidarité et par affinité avec Giannis Michailidis, en grève de la faim depuis le 23 mai.

Des années de torture et d’enfermement derrière les barreaux, mais l’Etat grec n’en a pas encore fini avec Giannis. Ils continuent à prendre leur revanche pour sa position antagoniste et rebelle contre cet enfer de société capitaliste. Ils veulent le briser. Ils ne peuvent permettre à des prisonniers comme Giannis d’exister. Des prisonniers qui se révoltent, qui remettent ouvertement en question leur autorité, qui tentent (avec succès) de s’évader.
Lire la suite

Lyon (Rhône) : une Belle menée avec brio…

Un détenu s’évade de l’unité hospitalière
en tordant les barreaux

Le Progrès/Lyon capitale, 20 mai 2022

L’unité hospitalière sécurisée interrégionale (UHSI), qui accueille des détenus malades, à l’hôpital de Lyon Sud (Pierre-Bénite), a été le théâtre d’une spectaculaire évasion, tôt mardi matin.

Transféré de la maison d’arrêt de Corbas à l’hôpital pour recevoir des soins, un homme de 38 ou 39 ans est parvenu à s’échapper, vers 5 heures. Il aurait d’abord démonté le vérin de son lit médicalisé, pour tordre avec cet outil improvisé les barreaux à sa fenêtre et quitter sa chambre à l’aide de draps transformés en corde. Il aurait ainsi pu atteindre le toit d’un autre bâtiment et prendre la fuite.

Les surveillants se seraient aperçus de son évasion à la ronde suivante. C’est la quatrième fois que le trentenaire aurait été pris en charge au sein de l’UHSI. Il pourrait avoir fait des repérages lors de ses précédents séjours et avoir ainsi détecté des failles. Le fugitif aurait été condamné pour des faits de vol et serait en situation irrégulière.

Sollicitée, la direction interrégionale des services pénitentiaires ne s’exprime pas, dans l’immédiat, sur le dossier, compte tenu de l’enquête en cours, ouverte par le parquet.

Suisse : Elany est sortie de prison

[Elany et sa compagne ont été arrêtées en Suisse le 9 janvier dernier, puis seule la première maintenue en détention préventive, accusée de sabotage et d’incendie criminel d’une antenne de téléphonie mobile. Elle a été relâchée le 26 avril 2022, un juge de la détention estimant qu’il n’y avait pas assez de preuves pour la maintenir en prison plus longtemps, ce qui ne signifie pas que la procédure soit close pour autant. Voici une traduction de la première lettre qu’elle a écrite depuis l’extérieur à propos de sa situation]

Elany : à propos de mon incarcération
traduit de l’allemand de Zundlappen, 5 mai 2022

Ne devant plus passer davantage mon temps en taule, il est à présent possible de donner quelques détails sur mon arrestation. Le motif en a été qu’il existerait un fort soupçon de sabotage d’une antenne de téléphonie mobile. Je ne sais toujours pas comment la police s’est intéressée à moi, ou plutôt à nous. Mais le fait que le blog ait relaté divers cas de sabotage de pylônes de téléphonie mobile et que je portais sur moi des notes manuscrites pour un « manuel de sabotage » décrivant comment saboter des pylônes, des lampadaires, des distributeurs de billets et autres n’a pas aidé.

Au moins ça a permis d’attirer toute l’attention sur moi, de sorte que ma compagne a pu être rapidement relâchée (tout en ayant droit à quelques remarques validistes sur le fait que son état de santé excluait qu’elle soit en capacité de commettre des actes dangereux). Malgré les indices retenus à charge, les preuves manquent encore aujourd’hui. Pendant tout ce temps passé derrière les barreaux, aucune preuve n’a jamais pu être apportée que j’avais commis cet acte, ou même un acte quelconque. Le tribunal a donc estimé qu’une détention prolongée n’était pas appropriée tant qu’il n’y avait pas de preuves solides (à ma grande surprise, car nous connaissons tous les innombrables cas où des personnes croupissent en prison alors que les preuves sont minces ou inexistantes). Lire la suite

Paris : fêter son anniversaire dans les grandes largeurs

Paris : un détenu s’évade de l’hôpital Georges-Pompidou
Europe1/actu Hauts-de-Seine, 9 mai 2022 (extrait)

Il a pris la poudre d’escampette 48 heures avant son 26e anniversaire. Selon les informations recueillies par Europe 1, un détenu incarcéré à la maison d’arrêt de Nanterre dans les Hauts-de-Seine s’est évadé dimanche à la mi-journée de l’hôpital européen Georges-Pompidou à Paris, dans le 15e arrondissement, où il avait été transféré pour une visite médicale. Alors qu’il était menotté et surveillé par des agents de l’administration pénitentiaire, il est sorti des toilettes et s’est enfui en empruntant une porte ouverte vers le parking des urgences de l’hôpital.

Le détenu suivait un traitement habituel pour une pathologie au sein de l’établissement hospitalier. Toujours selon les informations d’Europe 1, il est défavorablement connu pour des délits de vol, d’escroquerie ou encore d’abus de confiance. Il n’a pour le moment pas été retrouvé. L’enquête a été confiée au troisième district de la police judiciaire.

Villenauxe-la-Grande (Aube) : évasion culturelle

Aube : un prisonnier s’évade lors d’une sortie au musée
Est Eclair/France3 Grand Est, 1er et 4 mai 2022 (extrait)

Un détenu du centre de détention de Villenauxe-la-Grande s’est fait la belle, vendredi matin, lors d’une visite au musée Camille-Claudel à Nogent-sur-Seine, aux alentours de 9h30 vendredi 29 avril 2022. Ils étaient cinq à participer à cette sortie. Le détenu a réussi à déjouer la vigilance des gardiens avant que la visite ne commence. Une évasion préparée en amont puisqu’un complice l’attendait en voiture, à proximité.

Cette évasion est intervenue trois jours avant celle d’un autre détenu dans des circonstances similaires à l’opéra de Nancy (Meurthe-et-Moselle). Après cet incident pour le moins fâcheux, une enquête a été immédiatement ouverte. Le fugitif était toujours recherché dans la soirée du mardi 3 mai. Âgé d’une trentaine d’années, l’évadé aurait pu sortir (normalement) de prison au mois de juillet 2023, après avoir purgé sa peine « pour faits de vol ».

Nancy (Meurthe-et-Moselle) : le plus beau des poèmes… la liberté

Un détenu en permission s’évade de l’Opéra
Est Républicain, 2 mai 2022 (extrait)

Un jeune détenu de Nancy, qui bénéficiait d’une permission pour participer à un spectacle à l’Opéra, n’a pas pu résister à l’appel de la liberté à l’issue de la représentation. Il s’est enfui en courant et n’a pas réintégré la prison. L’homme qui n’est pas considéré comme dangereux, était pourtant bientôt libérable.

L’affaire sort tellement de l’ordinaire qu’elle pourrait servir de scénario à un film.  Tout part d’un spectacle musical, « Le Fou d’Amour », qui a été créé afin de permettre à des habitants et des écoliers du quartier sensible du Haut-du-Lièvre à Nancy de monter sur la scène de l’Opéra.

Dix musiciens de l’orchestre symphonique les ont accompagnés lors d’une unique représentation donnée ce vendredi, en début de soirée, devant une salle comble. Un détenu de 22 ans de la maison d’arrêt de Nancy a également participé au spectacle. Il avait obtenu une autorisation de sortie spéciale d’un juge d’application des peines pour la durée de la représentation. Une intervenante d’une association culturelle l’a pris en charge à sa sortie de prison et l’a accompagné jusqu’à l’Opéra

Lire la suite

Saint-Maur (Indre) : prendre le vélo d’escampette

Un détenu activement recherché après son évasion
de la prison de Saint-Maur

Ouest-France, 26 avril 2022

Un détenu de la maison centrale de Saint-Maur (Indre) s’est évadé vendredi 22 avril 2022, pendant une sortie vélo en extérieur. D’après la gendarmerie, l’homme aurait faussé compagnie « à son encadrement » à hauteur de la commune de Saint-Chartier, soit à plus de trente kilomètres de l’établissement pénitentiaire.

Le détenu « disposait d’une permission de sortie délivrée par un juge d’application des peines », a indiqué le parquet de Châteauroux à nos confrères. Lors de cette sortie, il ne serait pas revenu à l’endroit spécifié et l’alerte a très vite été donnée. Il serait toujours en cavale actuellement, selon le média local.
Lire la suite