Archives de catégorie : Avis aux amateurs

« Papa aimant arrive dans la famille nucléaire »

Quelques nouvelles du projet International Thermonuclear Experimental Reactor (ITER), basé à Cadarache (70km de Marseille). Le rêve de toute-puissance continue, les transports pharaoniques sont déjà là. Nike le nuke.

On apprend via Le Monde, ce mercredi 2 novembre que la Russie vient d’envoyer vers Marseille une « bobine de champ poloïdal », soit un gigantesque aimant de 200 tonnes et de 9 mètres de diamètre pour participer au projet nucléaire ITER. La cargaison est partie le 1er novembre et devrait arriver d’ici une quinzaine de jours. Ce qui dérange le plus les journaflics du Monde, en tous cas qui nous vaut leur écrit, c’est le fait que ce transfert ne prend pas en compte l’embargo actuel de la Russie suite à la guerre en Ukraine. Car selon Leonid Khimchenko, directeur adjoint pour les questions techniques au Centre ITER en Russie, quand il s’agit des intérêts nucléaires des états « Nous sommes tous une même famille ». Nous voilà rassurés.

Alors quel est ce projet international qui nous vaut tant de bons sentiments ? C’est ITER, un projet de recherche dont le site, Cadarache, se trouve aux portes de Marseille, ou plus exactement à 70km, à côté de Manosque et de Ste-Tulle. Des scientifiques aussi ingénieux qu’ambitieux ont trouvé une nouvelle idée pour nous ménager un avenir avec toujours plus d’énergie nucléaire : construire un gigantesque donut en métal, appelé le « Tokamak » dans lequel ils prévoient de produire du plasma pour créer une fusion nucléaire, pour essayer d’imiter… le soleil, en toute humilité.

Lire la suite

Coupures, rationnement, délestages : il y a de l’électricité dans l’air

Téléphone et internet en première ligne en cas de
coupures de courant en France
Le Figaro, 2 septembre 2022

Les opérateurs télécoms s’inquiètent pour la continuité de leurs services en cas de rupture d’alimentation. Les propos d’Agnès Pannier-Runacher, la ministre de la Transition énergétique, au sortir du Conseil de défense sur l’énergie vendredi, n’ont en rien rassuré les opérateurs télécoms. Quel sort leur sera réservé en cas de coupures de courant ? Seront-ils épargnés si des mesures de délestages étaient mises en place ? Le problème est simple : sans électricité, leurs équipements ne fonctionnent pas. Et sans les équipements des opérateurs, plus de téléphone fixe ou mobile, ni de connexion à internet.

«Les télécoms seront épargnés. Les mâts ont des batteries à autonomie limitée, on ne peut pas se permettre qu’un relais téléphonique soit éteint, en cas d’urgence», affirme une source gouvernementale. La France compte plus de 53.000 « points hauts » dédiés à la téléphonie mobile, avec des particularités géographiques. Ceux qui sont implantés dans des villes – c’est-à-dire la très grande majorité – sont généralement installés sur des toits d’immeubles. Ces sites sont généralement équipés d’onduleurs qui garantissent une tension électrique constante et sont dotés de petites batteries. Leur autonomie varie de quelques minutes à une ou deux heures, selon leur taille. Tout dépendra donc de la durée des coupures d’alimentation, si coupure il y a. En outre, tous les sites ne disposent pas de batteries.

Lire la suite

Quiberon (Morbihan) : quand les opérateurs se planquent dans des pylônes-arbres

À Quiberon, Bouygues et SFR s’installe sur le pylône-arbre
de la rue du Port de pêche
Le Télégramme, 23 juin 2022 (extrait)

Les opérateurs de téléphonie mobile Bouygues et SFR sont en train de s’installer sur le pylône-arbre de la rue du Port de pêche à Quiberon.

Les opérateurs Bouygues et SFR en train d’équiper le pylône-arbre, de Port Maria. Les fausses branches ont été provisoirement enlevées pour permettre les branchements.

Jerome Ange, directeur général de l’entreprise Toweo*, l’opérateur d’infrastructures en charge du projet, était sur les lieux, lundi 20 juin, pour s’assurer du bon déroulement des opérations : « Les techniciens travaillent actuellement. Il va ensuite y avoir une phase de test, mais l’antenne sera opérationnelle d’ici une quinzaine de jours ». La précédente équipe municipale avait fait le choix d’un pylône arbre pour une meilleure intégration dans le paysage.

Ndlr : Toweo se vante d’être l’un des premiers opérateurs d’infrastructures de télécommunication comme les antennes-relais, et a notamment installé des pylônes-arbres à Camiers (Pas-de-Calais), Neufchâtel-Hardelot (idem) ou Arzon (Morbihan) et Quiberon (idem). Aux Etats-Unis, des antennes de télécommunications sont régulièrement planquées sous forme de cactus, pins, palmiers ou araucarias, en croix géantes face à des églises, en hampes de drapeau ou en enseignes de station essence.
Voir d’autres implantations de pylônes-arbres

Avis aux amateurs : Goodyear, collabo officiel de la BAC

Mireval (Hérault) :centre d’essai de 180 hectares de Goodyear, où l’entreprise met à la disposition des flics ses pistes et ses pilotes essayeurs.

Mireval (Hérault) : des policiers formés à la conduite en mode dégradé sur le circuit Goodyear
Midi Libre/France Bleu, 4 juin 2022 (extraits)

Vendredi 3 juin, sur le circuit Goodyear de Mireval, la sous-préfète, Elisa Bassa, représentant la préfecture de l’Hérault et la société Goodyear, représentée par Rémi Granier, manager et administrateur du site de Mireval, ont signé le renouvellement d’un partenariat initié en 2013*.

Objectif, continuer à permettre aux fonctionnaires de police de se perfectionner aux techniques de conduites en situation dégradée. Le tout, lors de sessions qui se déroulent sur les infrastructures héraultaises du manufacturier américain de pneumatiques. Pour cette journée ensoleillée de fin de semaine, ce sont trente policiers de la voie publique et de la BAC (Brigade anti-criminalité) venus de Sète, Béziers, Agde et Montpellier, encadrés par des instructeurs de la police nationale et des pilotes professionnels de Goodyear, qui ont participé à des ateliers de conduite ainsi qu’à des techniques professionnelles d’interception. Comme le précisait le commissaire divisionnaire Alain Fabre à la fin de la session, « une centaine de policiers qui a été formée depuis que le partenariat existe avec Goodyear ». Rémy Granier, manager Goodyear du site, considère que ce partenariat « permet d’impacter le tissu local. » 

* « Fort d’une première expérience concluante menée avec les sapeurs-pompiers du secteur, le manufacturier Goodyear qui dispose d’un centre d’essais à Mireval, près de Montpellier, a décidé de mettre à disposition ses pistes et l’expérience de ses pilotes essayeurs pour dispenser des stages de perfectionnement de conduite aux policiers de l’Hérault. Une convention a été signée entre l’État et le groupement d’intérêt économique Goodyear Mireval, une première en France. » (Le Figaro, 9 octobre 2013)

Besançon (Doubs) : et voici venu… le « fraudomètre »

Transports et fraude : Ginko met en place son
« fraudomètre »,
une première en France
France3 BFC/Ma Commune/Est Républicain, 9 mai 2022

Lier technologie et sciences comportementales pour réduire la fraude. À compter de ce lundi 9 mai et jusqu’en juillet 2022, est mis en place un fraudomètre sur le réseau Ginko de transports en commun de Besançon.

C’est une première en France assure Kéolis Besançon Mobilité (une filiale de la SNCF) qui a développé ce système avec l’aide d’un cabinet spécialisé en sciences comportementales à Lyon, et de la direction innovation du groupe Keolis au niveau national. Dans le jargon des sciences comportementales, on appelle ça le « nudge ». Une méthode douce destinée à faire adopter aux individus un comportement plus vertueux, sans les contraindre. En attendant, petite précision : le « nudge » n’empêche pas les contrôles dans les bus, et est même couplé à leur renforcement. Dans le monde des transports, c’est une petite révolution.
Lire la suite

Saint-Jean-du-Gard (Gard) : la Légion débarque dans les Cévennes

Le domaine de Bannière, à 4 km de Saint-Jean-du-Gard, en voie d’acquisition par l’État au profit du 2e régiment de la Légion Étrangère de Nîmes

La Légion étrangère en mode mitraillette dans les Cévennes ?
Libération, 9 mai 2022

Une possible acquisition immobilière par le corps d’armée, d’abord envisagée comme un centre de repos puis un camp d’entraînement, met la population de Saint-Jean-du-Gard en émoi.

Imaginez Antoinette dans les Cévennes croisant soudain un détachement de légionnaires en armes. C’est ce que redoute le collectif Vallées cévenoles démilitarisées, qui s’oppose à un projet d’acquisition foncière à Saint-Jean-du-Gard par la Légion étrangère. Un régiment de Nîmes « naturellement tourné vers la ruralité et la rusticité offerte par le pays cévenol », assurait l’armée dans une plaquette lors de sa présentation de l’offre d’achat en décembre. Et quoi de mieux pour des soldats parfois un peu chamboulés par leurs opérations extérieures qu’un « centre de repos et de réhabilitation » mais aussi « de formation » et même « un lieu de vacances pour les familles » de ces képis blancs. Quitte à, « dans un second temps », faire « des exercices sans matériel » sur cette ferme de Bannières Bas, à 4 kilomètres de Saint-Jean-du-Gard, des bâtiments en bon état, une grange à aménager en dortoir et 12 hectares, 7 de forêts et 5 de terres agricoles, en contrebas de la « corniche des Cévennes ».
Lire la suite

Avis aux amateurs : Orange déploie les flics de demain dans ses « 5G Lab »

GR 100, le robot autonome de surveillance fabriqué par les Bordelais de Running Brains fait partie des projets qui expérimentent la 5G au sein du « 5G Lab » d’Orange à Eysines (Bordeaux Métropole)

Robot autonome de surveillance, télémédecine, vidéosurveillance : Orange teste la 5G dans son « Lab » bordelais
La Tribune, 20 avril 2022

« OK, c’est bien, mais à quoi ça sert ? » Que l’on soit chef d’entreprise ou simple particulier, c’est un peu la question que tout le monde se pose quand on en vient à parler de cette fameuse 5G tant vantée par les opérateurs télécoms sans que l’on n’en perçoive encore les applications concrètes. Et c’est pour répondre à ces interrogations qu’Orange déploie ces derniers mois des « 5G Lab » dans les grandes villes françaises. C’est à Eysines, dans la banlieue de Bordeaux, que le 8e « 5G Lab » vient d’ouvrir ses portes sur 200 m2 pour évangéliser les acteurs économiques, co-créer des cas d’usages et les tester.

Car une première précision s’impose : « La 5G, par définition, a été créée pour les usages BtoB ! », rappelle un cadre français de Cradlepoint, filiale d’Ericsson spécialisée dans la fabrication de routeurs 4G et 5G. Cette technologie d’avenir est en effet présentée comme la voie royale pour numériser tous les grands secteurs de l’économie, de l’énergie aux transports, en passant par l’automobile, la banque ou encore la santé. Avec Cradlepoint, qui compte cinq salariés en France dont deux à Mérignac, deux entreprises locales ont témoigné des potentialités de la 5G : Running Brains, marque de l’entreprise de robotique Génération Robots, elle-aussi basée à Mérignac, et Nomadeec, société bordelaise spécialisée dans la télémédecine notamment grâce à la réalité mixte.

Lire la suite

[Tract] : La construction d’une nouvelle prison commence à Noisy-le-Grand (93)

La construction d’une nouvelle prison commence
à Noisy-le-Grand (93)

Cliquer sur l’image pour ouvrir le tract

À Noisy-le-Grand une SAS va commence à sortir de terre. Derrière cet acronyme se cachent de nouvelles places d’enfermement donc plus de prisonnier-es. D’après ses concepteurs cette « Structure d’Accompagnement vers la Sortie » est un dispositif de plus pour favoriser « l’insertion », et aider à l’« autonomisation des personnes détenues ». 24 nouvelles prisons de ce type sont prévues sur le territoire, faisant partie du plan prison national, où 15 000 nouvelles cellules doivent être construites d’ici à 2027.

La liste des collabos à la construction de cette nouvelle prison ici, au verso du tract

Contrairement aux discours du ministère, ces petites prisons ne seront pas dans des immeubles lambdas en centre-ville, avec de nombreuses peines en semi-liberté. En réalité, vu les réticences locales à voir des taulard-e-s déambuler dans les rues, la plupart seront reléguées en périphérie, certaines étant même prévues sur des domaines pénitentiaires pré-existants. De toute manière quelle que soit la hauteur des murs et la présence ou non de miradors et barbelés, sortir sans permission restera une évasion.
Lire la suite

Belgique : l’Etat veut doubler ses places de prison pour sans-papiers

Quatre nouveaux centres fermés pour personnes en séjour
irrégulier forcées au retour

Belga, 23 mars 2022 (extrait)

Le gouvernement fédéral a approuvé la construction de trois nouveaux centres fermés [centres de rétention belges] et un centre de départ, créant ainsi plus de 500 places supplémentaires affectées au retour forcé de personnes en séjour irrégulier. Les autorités libèrent 100 millions d’euros pour un plan stratégique. Les nouveaux centres – prévus à Jabbeke, Zandvliet, Jumet et Steenokkerzeel – devraient permettre de presque doubler le nombre de places pour [expulser] les personnes en séjour illégal d’ici 2030.

« Cette décision historique marque un véritable tournant. Nous créons plus de capacité de retour que jamais et pouvons faire un pas de géant dans la politique de retour de notre pays», soulignait le Secrétaire d’Etat à la Migration Sammy Mahdi. Les trois nouveaux centres pour migrants illégaux se situent à Jumet (près de Charleroi), à Zandvliet (près d’Anvers) et à Jabbeke (près de Bruges). Ce dernier remplacera d’ailleurs l’actuel centre fermé de Bruges. Un centre de départ sera par ailleurs établi à Steenokkerzeel (Zaventem): les personnes n’y resteront idéalement qu’un jour ou deux pour permettre un retour rapide vers le pays d’origine. Le gouvernement fédéral a approuvé rapidement le marché public pour le développement de ce projet.
Lire la suite

Avis aux amateurs : le chantier du CRA d’Orléans commence

À Olivet, la construction du premier centre de rétention administrative de la région est lancée
La République du Centre, 22 mars 2022

Le premier centre de rétention administrative de la région Centre doit entrer en service en 2023, près d’Orléans. Les travaux ont débuté ces derniers jours sur le site choisi par le ministère de l’Intérieur, en lisière du campus universitaire de La Source. 

Des grilles ont été installées pour délimiter le périmètre. Plusieurs engins de chantier ont déjà imprimé la marque de leurs chenilles dans la terre, traçant des allées au milieu de ce qui reste de végétation. La construction du futur centre de rétention administrative (CRA) a officiellement débuté à Olivet. Ces bâtiments du ministère de l’Intérieur, destinés à accueillir les étrangers en situation irrégulière et en attente d’expulsion, doivent entrer en service en 2023.

Situé en lisière du campus de La Source, le long de la ligne de tram, ce centre s’étendra sur près de 4.700 mètres carrés et aura une capacité de 90 places. Il comprendra 1.200 mètres carrés de bureaux destinés à accueillir les effectifs de la police de l’air et des frontières (PAF). Le budget des travaux est évalué, dans l’appel d’offres, à plus de 12 millions d’euros.

Lire la suite

Avis aux amateurs : 608 nouvelles cibles

608 nouveaux sites mal ou pas couverts vont être équipés
d’antennes 4G

Ouest France, 16 février 2022

Cédric O, secrétaire d’État chargé de la Transition numérique et des Communications électroniques, a signé ce mercredi 16 février 2022 un nouvel arrêté ministériel pour améliorer la couverture des territoires ruraux mal couverts par la téléphonie mobile. Un autre arrêté similaire avait également été signé en décembre. Les opérateurs Bouygues Telecom, Free Mobile, Orange et SFR ont 24 mois maximum pour proposer une couverture de téléphonie mobile dans 608 nouveaux sites [voir la liste ici et ].

Au titre du plan baptisé New Dealmobile, chaque opérateur a l’obligation de déployer 5000 nouveaux sites mobiles d’ici 2026, à raison de 600 à 800 sites par an, en construisant de nouveaux pylônes dans les zones arrêtées par les pouvoirs publics.

Lire la suite

Los Angeles (États-Unis) : à l’assaut des diligences ferroviaires

Les pillages de wagons de marchandises explosent à
Los Angeles

AFP, 14 janvier 2022

Des dizaines de wagons de marchandises sont fracturés chaque jour à Los Angeles par des voleurs qui profitent de leur arrêt pour piller les colis qu’ils transportent, laissant sur les rails des milliers de cartons éventrés et de produits achetés sur internet qui n’arriveront jamais à destination.

Selon les étiquettes trouvées vendredi 14 janvier par une équipe de l’AFP sur une voie proche du centre-ville, facilement accessible depuis les rues voisines, la plupart des grandes sociétés américaines de vente à distance et de messageries (Amazon, Target, UPS, Fedex, etc.) étaient concernées par ces vols qui ont explosé depuis quelques mois.

Les voleurs profitent que les longs convois ferroviaires soient immobilisés sur les voies pour grimper sur les conteneurs de marchandises, dont ils font facilement sauter les verrous à l’aide de pinces. Ils n’ont alors plus qu’à se servir en colis, abandonnant derrière eux de nombreux produits difficiles à revendre ou trop bon marché, comme des tests pour le Covid, des meubles ou des médicaments.

Lire la suite

Decathlon : dans la série boîtes collabo…

Traversées de la Manche : Decathlon retire ses kayaks
de la vente à Calais et Grande-Synthe

France24/La Voix du Nord, 17 novembre 2021

Alors que les traversées de la Manche se multiplient ces derniers mois, les kayaks pouvant être utilisés par des migrants pour rejoindre les côtes anglaises ont été retirés de la vente dans les magasins Decathlon de Calais et Grande-Synthe, a indiqué l’enseigne, mardi 16 novembre, confirmant une information de la Voix du Nord.

« L’augmentation récente des tentatives de traversée a effectivement amené nos équipes de Decathlon Calais à s’interroger quant à la position à tenir sur la mise en vente de produits pouvant être détournés de leur usage sportif et servir d’embarcations pour traverser la Manche », affirme la marque sollicitée par le quotidien régional. L’enseigne spécialisée dans les articles de sport indique que « ce n’est pas la conception qui est donnée à ces produits, ni leur utilité première ». Decathlon indique que la décision a été prise « au magasin » et « validée par l’entreprise ».

De son côté, la préfecture du Pas-de-Calais indique qu’« aucune mesure d’interdiction n’est envisagée ». En juillet, cette même préfecture encadrait pourtant la vente à emporter de carburant, afin de limiter la possibilité aux migrants d’utiliser des embarcations équipées de moteurs hors-bord. La sous-préfète de Calais, Véronique Deprès-Boudier, avance la difficulté pour « encadrer juridiquement » une interdiction de vente d’embarcations légères.
Lire la suite

Orléans (Loiret) : et voici les caméras à détecteur de « sons anormaux »

Sécurité : la ville d’Orléans va tester des détecteurs
de sons anormaux

France bleu, 2 octobre 2021

Actuellement, les 220 caméras de la ville fournissent à la police municipale de l’image mais pas de son : c’est impossible pour des raisons techniques et surtout juridiques – pour le respect de la vie privée, il est en effet interdit d’enregistrer des conversations dans la rue… D’où l’idée de se doter d’un moyen qui permettrait de repérer les bruits suspects, comme les détonations, les bris de glace, les cris de détresse, les accidents, etc.

C’est ce que propose la start-up orléanaise Sensivic, basée au Lab’O, qui a conçu un logiciel basé sur des détecteurs de sons et capable de définir le paysage sonore habituel d’une ville. Lorsqu’un son anormal se produit, cela déclenche une alerte, qui pourrait être reliée au système de vidéosurveillance de la ville : c’est l’expérimentation qui va bientôt avoir lieu au CSO, le centre de sécurité orléanais, là où la police municipale gère les images diffusées par les caméras.
Lire la suite

Les millions palpés par les baveux au service de la machine à expulser

Business de l’expulsion : Les avocats au service de la Préf’
touchent des millions

A bas les CRA, 10 août 2021

Il n’y a pas que les boites qui se font des thunes sur les sans-papiers, certains avocats se font une spécialité de collaborer avec la préfecture dans sa basse besogne. 6ème et dernier volet de notre série sur les boîtes collabos.

En juin 2018, la Préfecture de police relançait un appel d’offre pour la représenter dans les « contentieux des étrangers devant les juridictions judiciaires et administratives ». En gros défendre l’État et donc attaquer les sans paps dans les procédures concernant les détenus en CRA, dans les dossiers d’obligation de quitter le territoire (OQTF), etc.

Montant total de ce marché : 7,2 millions d’euros ! Un pactole que se partagent une poignée de cabinets, tous dûment référencés dans le résultat de l’appel d’offre consultable ici.
Lire la suite