Archives de catégorie : Allemagne

Brême (Allemagne) : la camionnette du constructeur de taules en fumée

traduit de l’allemand de endofroad, 23 septembre 2021

« Ce sont des entreprises comme Spie, WISAG, Massak, Sodexo […] qui à travers leur collaboration maintiennent la domination de l’État en vie. »

Inspirés par les compagnons qui ont déjà soulagé Dussmann Service GmbH de trois véhicules en début d’année, nous avons attaqué SPIE dans la nuit de lundi à mardi et incendié une camionnette devant leur agence de Sielhof.

Rien dans le cadre de la filière nucléaire française, ainsi qu’au travers de la coopération avec RWE dans l’extraction de lignite dans la forêt de Hambach, SPIE est déjà une cible légitime.
Mais p
our nous, SPIE est avant toute une chose : un profiteur de prison.
Lire la suite

Allemagne : quelques brèves de septembre

Dresde : les bureaux d’étude du collabo des taules en fumée !
traduit de l’allemand de chronik, 17 septembre 2021

L’avancée de la construction d’une prison à Zwickau se heurte depuis longtemps à une résistance offensive. Elle a déjà touché de nombreuses entreprises ayant participé à la construction, à la conception ou à la logistique. Une attention particulière a été accordée à l’entreprise de BTP Hentschke Bau, dont le patron avait également attiré une attention particulièrement négative à travers ses dons à l’AfD. Mais un projet d’une telle envergure compte sur la participation de beaucoup d’acteurs et nous ne voudrions pas qu’on nous reproche d’en avoir oublié un ! Nous nous sommes donc occupés, dans la nuit du 16 au 17 septembre, du bureau d’ingénierie Rathenow dans le quartier de Albertstadt avec quelques litres d’essence. Nous avons brisé deux vitres et avons déposé des dispositifs incendiaires dans les pièces. Nous espérons que cet incendie a permis d’entraver le bon déroulement d’autres projets de prison et que l’entreprise comprenne : ceux qui se font du fric sur la construction de taules devront en assumer les conséquences ! Sur place, nous avons en plus trouvé une bagnole de bourges, à laquelle nous avons foutu le feu sans hésiter.
Lire la suite

Berlin (Allemagne) : deux fourgonnettes de Vonovia en fumée

Traduit de l’allemand de chronik, 4 août 2021

Dans la nuit du 3 au 4 août 2021, nous avons incendié des véhicules de l’entreprise Vonovia dans les quartiers de Berlin Mitte et de Lichtenberg.

Il n’y a pas grand-chose à rajouter de plus sur Vonovia. Ce sont des requins de l’immobilier et de grands capitalistes qui pèsent des milliards. Ils prévoient actuellement de reprendre Deutsche Wohnen pour la troisième fois. Dans le capitalisme, il existe de nombreuses entreprises et personnes responsables qui assurent sa pérennité par leur existence. Vonovia, comme beaucoup d’autres, est à l’évidence l’un d’entre eux.

Pourtant, cet incendie criminel n’est pas un acte de vengeance contre leur politique d’entreprise.
Lire la suite

Berlin (Allemagne) : deux camionnettes de fachos en cendres

Traduit de l’allemand de chronik, 6 août 2021

(Berliner Zeitung, extrait). Tôt ce vendredi matin, deux camionnettes ont pris feu sur l’ancien site de la Stasi dans la Ruschestrasse à Berlin-Lichtenberg. Les véhicules étaient garés dans une cour, ont précisé les pompiers. Le compartiment moteur d’un des fourgons était en feu, en touchant l’arrière de l’autre.

Les camionnettes avaient été louées auprès d’une société de location. Dans le cas présent, une brigade de l’Office d’État des enquêtes criminelles (Landeskriminalamt) a pris en charge l’enquête, en soupçonnant un incendie volontaire. [Et pour cause, puisqu’on peut apprendre par un autre article de presse qu’elles contenaient rien moins que du matériel de propagande du parti populiste d’extrême-droite AfD…]
Voir les belles photos

Altena (Allemagne) : des voitures de flics sous les feux de la critique

traduit de l’allemand de chronik, 31 juillet 2021 (extrait)

(Focus). Dans la région de Rhénanie-du-Nord-Westphalie à Altena, des inconnus ont incendié deux voitures de patrouille de la police dans un parking souterrain vendredi 30 juillet. L’incendie, qui a totalement détruit les deux véhicules, a été découvert vers 12h30. En plus du poste de police, il y a aussi des magasins et des appartements dans le complexe immobilier au dessus du parking, qui a été en grande partie évacué par les pompiers pour éteindre le feu. Tous les locataires et utilisateurs de l’immeuble ont pu regagner leur logement après extinction.

Cet incendie à Altena, qui a été durement touchée par les inondations catastrophiques il y a quelques semaines, a provoqué de longs embouteillages autour des lieux de l’incendie, bloquant la Lenneuferstraße jusqu’à environ 15 heures. Les responsables estiment le montant des dégâts à plus de 100 000 euros. Aucune information n’a encore pu être donnée sur d’éventuels dommages au parking souterrain. La Sécurité d’Etat de Hagen a ouvert une enquête.


Lire la suite sur une troisième voiture de flics incendiée

Schwalmstadt (Allemagne) : sabotage contre le chantier d’autoroute

La forêt de Dannenrod après l’abattage des arbres pour faire place à l’autoroute A49

Des engins de chantiers de l’A49 mis hors service
traduit de l’allemand de Chronik, 4 juillet 2021

(HNA).
À Treysa, un quartier rattaché à Schwalmstadt dans la région de Hesse, des engins de chantier ont été endommagés par des inconnus sur le chantier de la A49 ce week-end [l’autoroute pour laquelle la forêt de Dannenrod a été rasée malgré la lutte]. Selon la police, les dégâts s’élèvent à 150 000 euros.

Cinq véhicules et équipements de chantier différents sur le chantier de construction de l’A 49 près de Treysa ont été gravement endommagés par des inconnus le week-end dernier. La police soupçonne un lien avec les manifestations contre la poursuite de la construction de l’A 49. La sûreté de l’État de la police criminelle de Homberg a repris l’enquête.
Lire la suite

Wanted interconnectés

Saarlouis, petite bourgade allemande de 35 000 habitants située à une cinquantaine de kilomètres de Metz (Moselle), ne fait pas souvent parler d’elle de ce côté-ci en dehors des manuels d’histoire. Les nostalgiques d’une France expansionniste se souviendront par exemple que cette ville-forteresse fondée par Vauban en 1680 est restée un morne poste frontalier jusqu’à la chute de l’empire napoléonien en 1815, avant de redevenir hexagonale par deux fois lors de l’occupation forcée de la région de la Sarre ayant suivi chaque guerre mondiale (1920-1935, 1945-1956). Quant aux plus autoritaires, ils écraseront certainement une larme en découvrant que Saarlouis fut la ville de naissance de Marx-père, né sujet du Royaume de France et mort sujet du Royaume de Prusse, alimentant peut-être la vindicte de son fameux rejeton contenue dans sa lettre à Engels du 20 juillet 1870 lors de la guerre franco-prussienne, quelques mois avant que la Commune de Paris ne vienne rebattre les cartes : « Les Français ont besoin d’une raclée. Si les Prussiens l’emportent, la centralisation du pouvoir d’Etat favorisera la centralisation de la classe ouvrière allemande… la suprématie allemande déplacerait [enfin] le centre de gravité du mouvement ouvrier ouest-européen en le transférant en Allemagne. »

Oubliée de beaucoup, Saarlouis a pourtant refait parler d’elle le 2 juillet dernier, lorsque le journal Bild a publié deux photos du visage d’un inconnu (masqué) en pleine action, capté par une caméra de vidéosurveillance, sous ce titre retentissant : « Prime de 2000 euros offerte. Qui connaît cet incendiaire d’antennes-relais ? ». Jusqu’alors plutôt discrète sur des faits qu’elle n’avait pu entièrement taire, et certainement lasse de faire chou blanc, c’est donc aux lecteurs d’un torchon populiste que la police a décidé de faire confiance pour l’aider dans ses recherches, n’ignorant pas qu’une bonne partie de son lectorat est justement composé des milliers d’ouvriers et de leurs familles de l’usine automobile Ford-Europe, qui fait vivre la bonne ville de Saarlouis depuis une cinquantaine d’années. Rien de nouveau sous le soleil en tout cas, puisque la pratique délatoire du journal du groupe Springer et son étroite collaboration avec la police remonte aux lointaines et tumultueuses années 60 contre les dits « groupes extraparlementaires », ce qui lui avait d’ailleurs valu de nombreux déboires, y compris explosifs.
Lire la suite

Allemagne : les belles brèves de la mi-juin

Berlin : les véhicules de l’expert-incendie mandaté par le proprio du Rigaer 94 partent en fumée !
traduit de l’allemand
de chronik, 14 juin 2021

(Tagesspiegel). Mardi après-midi, plusieurs véhicules ont été incendiés dans le quartier de Marzahn. Selon des informations du Tagesspiegel, il s’agit de voitures de la société d’ingénierie d’un consultant en protection-incendie, agissant également sur ordre du propriétaire de la Rigaer 94. La police enquête à présent pour déterminer si l’attaque a à voir avec l’inspection de sécurité incendie de la Rigaer 94 prévue jeudi.


Lire la suite

Allemagne : les belles brèves de fin mai/début juin

Brême : les véhicules de la police anti-émeute partent
en fumée

traduit de l’allemand de chronik, 6 juin 2021

(Weser-Kurier). Dimanche matin, des inconnus ont mis le feu à plusieurs voitures de la police anti-émeute à Brême. Selon les déclarations de la police, vers 2h40, plusieurs engins incendiaires auraient été lancés de l’arrière de l’enceinte du commissariat sur les véhicules garés-là. Trois fourgons et un bus ont ainsi été réduits en cendres et quatre voitures de patrouille ont été endommagées par la chaleur. La Sûreté de l’État enquête sur d’éventuels mobiles politiques.

Les politicien-ne-s de Brême condamnent cette attaque. Le sénateur de l’Intérieur, Ulrich Mäurer (SPD), l’a par exemple qualifiée de « folie absolue », puisqu’il s‘agirait d’une attaque contre « notre sécurité à tous ». On ne sait certes pas qui est derrière, mais certains éléments « indiqueraient qu’il s’agit d’une attaque de la gauche radicale », selon la police. Depuis quelques temps, il y aurait une augmentation des délits politiques contre des institutions étatiques, des entreprises immobilières, l’armée fédérale ainsi que des instituts financiers au niveau national. « La spirale de la violence tourne toujours plus vite », a déclaré Mäurer.
Lire la suite

Berlin (Allemagne) : saboter à la source le complexe industriel de Tesla

Lundi 17 mai 2021, le célèbre patron milliardaire de SpaceX et de Tesla Elon Musk s’est déplacé à Grünheide, petite ville située à l’est de la capitale allemande dans le Brandebourg, afin de visiter le site de sa future usine de voitures électriques de luxe, qui sera sa quatrième « Gigafactory » dans le monde (après celles des Etats-Unis et de Chine), exploitant 12 000 personnes. Il a annoncé son ouverture programmée pour fin 2021, où Tesla devrait y produire d’un côté 500 000 voitures du Model Y, mais aussi des cellules de batteries pour en faire à terme la plus grande usine d’Europe en la matière.

La nuit du 25 au mercredi 26 mai vers 3 heures, ses beaux projets avaient toutefois un peu de fumée dans l’aile et prendront un peu de retard. En effet, à environ 250 mètres du site de l’usine Tesla de Berlin/Grünheide –et plus précisément à proximité immédiate de l’autoroute A10 au niveau de la sortie Freienbrink –, le groupe Volcan a incendié avec succès six câbles électriques à haute tension (110 000 volts) de la compagnie Edis qui alimentaient le chantier et se trouvaient dans un couloir dédié derrière une clôture.
Lire la suite et la revendication

Munich (Allemagne) : saboter l’industrie de guerre à la source

traduit de l’allemand de chronik, 21 mai 2021

Couper le jus aux producteurs de guerre !
Foutre un coup de pied au cul des fournisseurs d’énergie !

Le 21 mai 2021, nous avons attaqué le réseau d’électricité et de fibre optique de la compagnie Stadtwerke (SWM) dans l’Est de Munich. Le principal objectif de cette action était la société d’armement Rohde & Schwarz située près de la gare de l’Est, à qui nous avons heureusement pu couper le jus pour au moins 24 heures.

Rohde & Schwarz est l’une des nombreuses entreprises qui tirent leurs profits de la production d’armes, de la guerre et de la mort, et qui contribuent à ce que depuis des années l’Allemagne figure parmi les 5 premiers exportateurs d’armement au classement mondial.
Lire la suite du communiqué et ce qu’en dit la presse

Allemagne : quelques brèves de début mai

Berlin : La vitre du local de la CDU en morceaux
traduit de l’allemand de chronik, 30 avril 2021

(RBB). Des inconnus ont attaqué une permanence de la CDU berlinoise dans le quartier de Marzahn-Hellersdorf dans la nuit de vendredi. La façade a été souillée et la vitre brisée en grande partie. Manifestement des pots de peinture noire ont été lancés contre la façade et à l’intérieur du bureau et un tag „#ennemi des locataires!“ a été laissé à côté de la vitre brisée.

Pas plus tard que la semaine dernière une attaque similaire avait eu lieu contre le bureau des citoyens du député CDU au Bundestag Jan-Marco Luczak. Là aussi les mots „ennemi des locataires“ avaient été tagués sur la façade et la vitrine.

Luczak avait coordonné la demande en révision contre le plafonnement des loyers, déposée par 284 députés des fractions CDU/CSU et FDP au Bundestag. Il y a deux semaines, le tribunal constitutionnel fédéral a finalement annulé ce plafonnement des loyers à Berlin. Cette décision a provoqué un mouvement de protestation de milliers de Berlinois-e-s.
Lire la suite

Allemagne : les belles brèves d’avril

Brême : Trois voitures de Dussmann réduites en cendres
traduit de l’allemand de chronik, 1er avril 2021

Il y a des entreprises comme Spie, WISAG, Massak, Sodexo… ou en l’occurrence comme Dussmann, qui par leur collaboration maintiennent en vie la domination étatique. C’est une erreur de penser que des entreprises telles que Dussmann Service GmbH seraient neutres. Elles prennent la décision de faire du profit sur l’avilissement et l’exploitation d’êtres humains. Elles assument consciemment d’empoisonner et de détruire les corps de prisonnier-e-s.
Dussmann est une entreprise sous-traitante. Elle fournit le „ravitaillement“ dans les centres de rétention et dans les prisons. La moindre assistance fournie à ce système est une contribution à une société qui a besoin des taules et de leur ordre. C’est aussi pour ces supposément petites contributions au système que les entreprises devraient être rappelées à leur responsabilité si nous voulons vivre dans un monde anti-autoritaire. Les taules sont remplies de personnes qui, de toute façon, ont déjà vécu aux marges de la société. La taule doit dissuader, discipliner les gens, et ainsi préserver la prétendue paix sociale.
Continuer la lecture de Allemagne : les belles brèves d’avril

Berlin (Allemagne) : ça chauffe la veille de l’expulsion

traduit de l’allemand de chronik, 25 mars 2021

(Berliner Zeitung). La protestation contre l’expulsion programmée du bar de quartier Meuterei a connu une escalade dans la nuit de mercredi 24 à jeudi 25 mars. Des vandales ont mis le feu dans plusieurs quartiers de la ville. Des voitures de luxe ont brûlé, ainsi que des véhicules d’entreprises immobilières, des containers à poubelles et l’entrée d’un poste de police municipale !

► A Lichtenberg, dans la rue Gotlindestraße la Mercedes Citaro d’une entreprise de travaux urbains a brûlé vers 1h.
► A Prenzlauer Berg dans la rue Süderbrokerweg une BMW a entièrement brûlé vers 1h30.
► A Mitte, dans la rue Hannoverschen une Porsche Cayenne tout terrain a brûlé vers 1h30.
► A Reinickendorf, dans la rue Brusebergstraße, une fourgonnette d’une entreprise immobilière a brûlé vers 2h. Une voiture garée devant a aussi été atteinte par les flammes.
► A Reinickendorf, dans la rue Lübener Weg, des inconnus ont placé des pneus de voiture devant la porte d’entrée de la police municipale (Ordnungsamt, OA, voir ci-contre) du quartier. L’entrée a été gravement endommagée et le bâtiment enfumé.
Continuer la lecture de Berlin (Allemagne) : ça chauffe la veille de l’expulsion

Allemagne : nouvelles brèves de mars

Büdelsdorf (Schleswig-Holstein) : Les vitres d’un appartement de service de la police défoncées
traduit de l’allemand de chronik, 16 mars 2021

(SHZ). La plaque d’égout a réduit une vitre en miettes et est restée dans le bureau : dans la nuit du lundi 15 au mardi 16 mars, des inconnus ont attaqué un appartement de service de la police à Büdelsdorf, au rez-de-chaussée d’une maison de trois étages dans la rue Ulmenstraße.
Personne n’a été blessé, le bureau n’est utilisé que de jour. Le ou les auteurs ont pris une plaque de fonte pesant une quinzaine de kilos d’un conduit d’évacuation à proximité de l’appartement pour le lancer dans la fenêtre du bureau de police. Les faits se sont probablement produits vers 1h30.
Continuer la lecture de Allemagne : nouvelles brèves de mars

Allemagne : les belles brèves de début mars

Krefeld (Rhénanie-du-Nord-Westphalie) : Feu à l’agence Pôle Emploi !
traduit de l’allemand de chronik, 8 mars 2021 (extrait)

(Rheinische Post). Le feu dans le Pôle emploi (Agentür für Arbeit) de la rue Normannstraße est dû à un incendie volontaire, la police en est convaincue. Le département de sécurité intérieure de Krefeld s’est saisi de l’enquête.
Pour rappel : lundi soir vers 23h25, une femme a vu des lueurs de flammes à l’intérieur du bâtiment dans la rue Normannstraße. Les pompiers appelés sur place ont réussi à éteindre rapidement le feu dans un bureau au rez-de-chaussée. « Selon les premières constatations, il s’agirait d’un incendie volontaire » a déclaré la police mercredi. Le feu dans le Pôle emploi rappelle un incendie survenu il y a un mois. C’est pourquoi la police recherche un homme à l’aide de photos. Le 7 février, celui-ci aurait mis le feu à l’intérieur d’une agence de voyage dans la rue Steinstraße à Emmerich. Vers 22h40, l’incendiaire avait brisé la porte vitrée de l’agence pour ensuite placer un engin incendiaire allumé à l’avance dans le local. Une armoire avec des prospectus avait ainsi pris feu.
Continuer la lecture de Allemagne : les belles brèves de début mars

Allemagne : quelques brèves de février

Flensbourg (Schleswig-Holstein) : le gentrificateur perd ses véhicules
traduit de l’allemand de Chronik, 21 février 2021

(SHZ). Dimanche soir vers 20h, une voiture de service de l’investisseur hôtelier de Flensbourg, Jan Duschkewitz, est partie en fumée à Holsteingang près du vieux lycée.

Jan Duschkewitz est un investisseur dans le très contesté hôtel de la gare. Des autonomes ont annoncé que pour chaque arbre abattu, une voiture serait incendiée.

En janvier déjà, plusieurs véhicules d’entreprise de Duschkewitz avaient été dégradés. Son entreprise, de même que l’établissement de son co-investisseur, Ralf Hansen, sont actuellement sous protection policière.
Continuer la lecture de Allemagne : quelques brèves de février

Munich (Allemagne) : une évasion à la prison de Stadelheim

traduit de l’allemand de Zündlumpen, 18 février 2021

Mardi 9 février, un détenu s’est évadé de la prison munichoise de Stadelheim. Selon les médias, il s’est caché dans un camion de livraison qui avait livré des marchandises à l’intérieur, puis a quitté la prison en matinée malgré la surveillance des porcs des forces de la justice. Malheureusement, il a été repris quelques heures plus tard près du domicile familial.

En 1986, six prisonniers avaient réussi à s’évader de Stadelheim avec de fausses clés en utilisant les points faibles des portes, puis à travers un puits d’alimentation souterrain qui menait au réseau des égouts. Au début des années 90, deux prisonniers s’étaient évadés en franchissant le mur de la prison de six mètres de haut. La situation avait été favorisée par une cabane de chantier dont les prisonniers avaient su profiter. Malheureusement, l’un des deux s’était blessé au pied en sautant dans le vide, et ils avaient été repris. Selon le porc-en-chef de la taule de Stadelheim, la méthode la plus répandue pour sortir de cette prison reste toutefois de s’évader lors des « extractions », quand on est baluchoné pour se rendre par exemple au tribunal, chez le médecin, à l’hôpital, etc.
Continuer la lecture de Munich (Allemagne) : une évasion à la prison de Stadelheim

Allemagne : quelques brèves de janvier

Berlin : Un camion de Strabag part en fumée
traduit de l’allemand de Chronik, 17 janvier 2021

Depuis la réserve mortifère de la cité HLM du quartier de Marzahn [grand ensemble constitué de modules produits et assemblés de façon industrielle dans le Berlin-est de l’alors RDA], nous envoyons des saluts solidaires aux défenseureuses de la forêt de Dannenrod [voir ici], et en particulier à celleux qui ont atterri en prison pour cela. Pour donner un effet matériel à cette solidarité, dans la nuit du 16 au 17 janvier nous avons brûlé un camion du service de remise en état des routes de Strabag dans la Märkische Allee.

Contrairement à la grande entreprise en bâtiment Strabag, nous ne voyons aucun bénéfice dans le massacre d’arbres et d’animaux. Cette entreprise qui a le monopole dans la destruction d’espaces aussi bien urbains que naturels n’a pas de scrupules à ravager sur son passage tout ce qui fait obstacle aux investisseurs. Que ce soient des terrains en friche à Berlin ou une forêt pour la construction d’une autoroute.
Continuer la lecture de Allemagne : quelques brèves de janvier

Allemagne : les mystérieuses auto-combustions d’antennes-relais

[synthèse de la presse régionale allemande du début de l’année]

Keltern, 31 décembre 2020. Dans le Bade-Wurtemberg, une antenne-relais de 50 mètres de haut située dans la carrière de Keltern s’est enflammée vers 19h40 sur la Regelbaumstrasse, comme l’a constaté une patrouille de la brigade de maîtres-chiens de la police de Pforzheim, qui avait été appelée pour cet incendie. Il est rapidement devenu évident que le feu s’est propagé jusqu’à la partie supérieure.
Continuer la lecture de Allemagne : les mystérieuses auto-combustions d’antennes-relais

Leipzig (Allemagne) : le fourgon du constructeur de taules Spie part en fumée

traduit de l’allemand de chronik, 15 janvier 2021

Une nouvelle fois, un véhicule d’une entreprise impliquée dans la construction de la nouvelle prison de Saxe-Thuringe à Zwickau est parti en flammes. Le Mercedes Vito de cette entreprise internationale du bâtiment se trouvait dans la rue Tiefe à l’Est de Leipzig, lorsque, peu après minuit, des inconnus ont brisé une vitre et placé un engin incendiaire à l’intérieur.

Le transporter a entièrement brûlé. La police a annoncé des dégâts s’élevant à 20 000 euros. En décembre, un véhicule de la même entreprise [il s’agit donc de Spie] avait déjà été incendié à Leipzig. Sur les pages internet d’extrême-gauche, la filiale d’un grand consortium de construction français est citée sur une liste des „profiteurs des taules“ .
Continuer la lecture de Leipzig (Allemagne) : le fourgon du constructeur de taules Spie part en fumée