Archives de catégorie : Technopolice

Canada : l’État géolocalise en masse pour mieux confiner

Données personnelles: le comité de l’Éthique convié à
une réunion d’urgence

Journal du Québec, 10 janvier 2022 (extrait)

Le comité parlementaire fédéral de l’Éthique se réunira d’urgence cette semaine pour discuter des questions entourant la collecte de données personnelles de géolocalisation par Santé Canada.

Durant la période des Fêtes, Santé Canada a confirmé qu’il s’est servi des données de géolocalisation de 33 millions d’appareils cellulaires pour mieux mesurer et évaluer les impacts des mesures sanitaires, comme le confinement et le couvre-feu de l’année dernière, sans en avoir fait part au public.

Le 17 décembre dernier, quelques jours avant cette révélation, le gouvernement publiait un appel d’offres pour trouver une entreprise en mesure de lui fournir les données de géolocalisation des Canadiens pour «contribuer à la réponse à la pandémie de COVID-19».

Lire la suite

La technopolice de Google Maps…

Google Maps : le mafieux Gioacchino Gammino intercepté près de Madrid
France Info, 7 janvier 2022

Un chef de la mafia italienne a été arrêté en Espagne après 20 ans de cavale. Il avait refait sa vie sous un faux nom. Il s’était évadé d’une prison de Rome, et ce sont des photos de Google Maps qui ont permis de l’identifier.

Gioacchino Gammino, 61 ans, un ancien chef de la mafia sicilienne en cavale depuis 20 ans, a été capturé aux portes de Madrid. Frappé d’un mandat d’arrêt pour meurtre, il a été appréhendé de la façon la plus inattendue qu’il soit, grâce à une image du site Google Maps, d’une rue de Galapagar, au Nord de Madrid, où on le voit en train de discuter devant une épicerie. Son visage est flouté, mais les enquêteurs parviennent à reconnaître un signe distinctif, une cicatrice sur le côté gauche du menton. Lire la suite

Suède : et voici le passe sanitaire sous-cutané

Covid-19. Une entreprise suédoise teste l’implantation du passe sanitaire sous la peau avec une puce
Ouest France, 21 décembre 2021

Grâce à une technologie sans fil, les micropuces électroniques peuvent stocker et diffuser des données, comme les puces de cartes de crédit par exemple. Le passe sanitaire pourrait être stocké de la même façon.

C’est donc ce que propose l’entreprise DSruptive Subdermals, spécialisée dans les implants de micropuces. La puce, de la taille d’un grain de riz, est implantée dans le bras ou sur la main. Sans batterie et sans signal, elle s’active uniquement au contact de capteurs.
Lire la suite

Martinique/Nouvelle-Calédonie : dans les colonies, les antennes flambent aussi (et pas que)

Le Diamant (Martinique), 24 novembre 2021. Destruction incendiaire du radar de la station Météo France et de l’antenne-relais située un peu plus loin.

Allez savoir pourquoi, mais par un beau matin de fin d’automne est venue s’immiscer une petite intuition : et si les antennes-relais étaient aussi prises pour cible dans les colonies ? Après tout, dans ces contextes comme ailleurs, pourquoi des révoltés n’identifieraient-ils pas à leur tour ces structures de la domination comme des cibles légitimes pour leurs propres raisons ? Si on sait déjà que plusieurs antennes-relais ont été incendiées dans l’île de la Réunion depuis trois ans, qu’en est-il par exemple des Antilles secouées par une vague d’émeutes ces dernières semaines, ou de la Nouvelle-Calédonie dans le Pacifique Sud, qui a connu de nombreuses attaques contre l’industrie minière de nickel, et où le troisième référendum sur l’indépendance est prévu ce dimanche ? Bien sûr, on se doute bien que ce genre de sabotages ne sont pas forcément mis en avant, ni par un pouvoir soucieux d’éviter toute publicisation excessive d’exemples potentiellement contagieux, ni par les démocrates aspirants gestionnaires qui souhaitent prendre les rênes du développement technologisé insulaire à sa place… mais ne dit-on pas aussi que qui cherche trouve ?
Lire la suite

Madrid (Espagne) : contre le pass covid et la digitalisation

traduit de l’espagnol de Indymedia Barcelone, 12 novembre 2021

Les vitres et la serrure d’un local de l’entreprise Telefónica* ont été détruites à Madrid. Contre le passeport Covid et la digitalisation.

Un petit geste de solidarité avec les compagnonnes de Bergame réprimées pour leur lutte contre pass sanitaire italien (Green pass).

NdT : géant espagnol des télécommunications

Saint-Héand (Loire) : l’antenne-relais réduite au silence [MaJ]

D’après un reportage télévisé de la chaîne localeTL7 du 6 novembre titré « Il faudra attendre encore avant d’avoir du réseau », et portant sur les réparations en cours, c’est à la fois une antenne Bouygues et celles de Free et SFR qui ont été touchées par ce sabotage incendiaire. Quant au chef de chantier, il n’a pu que déplorer la grande quantité de câbles à acheminer sur place puis remplacer (jusqu’au sommet avec nacelle spéciale pour Bouygues) ainsi que l’absence de stocks disponibles de connecteurs, en cette veille de week-end. Tout cela risquant fort de prolonger la déconnexion du réseau plus longtemps qu’espéré par les opérateurs.

Panne sur les réseaux Bouygues et SFR après l’incendie
d’une antenne

Le Progrès/Radio Scoop, 3 novembre 2021

Ce mercredi, des milliers d’abonnés Bouygues et SFR sont privés d’internet et de téléphone sur un vaste secteur de l’agglomération stéphanoise. La cause : un incendie qui a touché un site Bouygues télécom sur la commune de Saint-Héand dans la nuit de mardi à mercredi.

Au lieu-dit « la Pierre de la Bauche », l’antenne Bouygues et son local technique ont été la proie des flammes. D’après Bouygues Télécom, la panne touche les abonnés des secteurs nord-est et nord de Saint-Etienne, depuis Saint-Just-Saint-Rambert jusqu’à Rive-de-Gier, en passant par Saint-Chamond, La Grand-Croix ou encore Lorette. Selon la préfecture de la Loire, ces clients se trouvent principalement dans un secteur comprenant les communes de Montrond-les-Bains, Saint-Galmier, La Fouillouse Saint-Héand et Andrézieux-Bouthon. 

S’il appartient à Bouygues Télécom, les clients des opérateurs SFR et Free rencontrent, eux aussi, des difficultés pour se connecter au réseau, puisque les trois opérateurs partagent des infrastructures passives.
Lire la suite

Zaventem (Belgique) : les bureaux de l’entreprise de technologie Devoteam en cendres

(Extrait de Het Laatste Nieuws (HLN),  6 octobre 2021,
traduit du néerlandais)

Dans un immeuble de bureaux de la Belgicastraat à Zaventem [Brabant flamand], le troisième étage a été lourdement endommagé par un incendie mardi soir. Un gardien a remarqué l’incendie et a prévenu les secours. Il n’y a eu aucune victime. Selon le parquet, l’incendie a été déclenché au niveau de la société de technologie Devoteam.

Mercredi matin, le parquet de Halle-Vilvorde a envoyé un expert incendie dans la zone industrielle de Keiberg pour connaître les circonstances exactes. Après une visite sur place, l’expert en incendie désigné est arrivé à la conclusion qu’il y avait des indices d’intention malveillante, soit que le feu avait été délibérément allumé.  À la suite de l’incendie, le troisième étage de l’immeuble de bureaux a été placé sous scellés.

Devoteam est une entreprise de 500 employés en Belgique [leader international du conseil en stratégie numérique,  plates-formes technologiques et cyber-sécurité, couvrant notamment les domaines du cloud, de l’automatisation et de l’exploitation des données]. Le PDG Benny Moonen est surpris que les incendiaires s’en soient pris à son entreprise : « Cet incendie nous cause beaucoup de tracas. Il va maintenant falloir chercher de nouveaux bureaux dans le quartier. On ne sait pas encore si ce sera temporaire ou permanent. Dans ce bâtiment, nous occupions les deuxième et troisième étages. Le second étage a subi des dégâts de fumée et d’eau, mais le troisième étage a été complètement détruit. »

Roubaix (Nord) : le Digitruck de Huawei sur le grill

Roubaix: le «digitruck» installé sur la place
de la Liberté incendié

La Voix du Nord/20Minutes, 23 et 25 octobre 2021

Le Digitruck, un espace de formations gratuites pour aider les passants à mieux gérer leurs appareils numériques, aura tenu cinq jours à Roubaix. Installé lundi dernier sur la place de la Liberté, le conteneur du géant de l’électronique Huawei a été incendié dans la nuit de vendredi à samedi.

Ce samedi matin, les policiers du commissariat de Roubaix procédaient aux premières constatations après l’incendie, dans la nuit, du container installé depuis quelques jours. Depuis début juillet, le Digitruck sillonne les villes des Hauts-de-France pour dispenser « des formations gratuites aux personnes en difficulté face au numérique », explique Huawei, organisateur de l’événement. Après une escale à Lens, dans le Pas-de-Calais, le conteneur a été garé à Roubaix et les partenaires de Huawei, Simplon et Close the Gap, ont commencé à recevoir les habitants. Mais tout s’est arrêté brusquement après que, dans la nuit de vendredi à samedi, des individus non identifiés ont mis le feu après avoir pillé l’endroit.
Lire la suite

Athènes (Grèce) : attaque aux molotovs contre le Secrétariat général des systèmes d’information (MaJ)

Presse grecque (Ekathimerini), 21 octobre – Des anarchistes ont revendiqué sur Indymedia Athènes l’attaque incendiaire contre le Secrétariat général des systèmes d’information à Moschato, près du Pirée au sud d’Athènes, le 10 octobre dernier.

Ce groupe entendait notamment se montrer solidaire des 14 compagnons arrêtés ou sous surveillance sur la base de leur ADN. Environ sept molotovs ont été lancés en tout, touchant aussi bien le parking que le bâtiment qui abrite les bureaux et le data center du gouvernement grec hébergeant l’ensemble des données de son site officiel (gov.gr).


Attaque contre le Secrétariat général des systèmes d’information (KEPYO) de Moschato le 10 octobre 2021
retraduit du grec de Indymedia Athènes, 20 octobre 2021

L’État-major est organisé, équipé et en place.

Pendant la pandémie, alors que le gouvernement Mitsotákis restreignait notre liberté de toutes les manières possibles, il a non seulement armé de ses forces répressives, mais a aussi procédé au renforcement de son hégémonie électronique.

Au prétexte de fournir des services de vidéoconférence pour répondre aux besoins de l’enseignement à distance, les données de 1,6 million d’utilisateurs de la plateforme WebEX ont été remises à Cisco, qui peut les réutiliser à ses propres fins commerciales. Nos vies, grâce à la télémétrie, sont constamment transformées en marchandises et revendues à toute partie intéressée. Elles sont classées par catégorie et stockées indéfiniment.
Voir la suite

Orléans (Loiret) : et voici les caméras à détecteur de « sons anormaux »

Sécurité : la ville d’Orléans va tester des détecteurs
de sons anormaux

France bleu, 2 octobre 2021

Actuellement, les 220 caméras de la ville fournissent à la police municipale de l’image mais pas de son : c’est impossible pour des raisons techniques et surtout juridiques – pour le respect de la vie privée, il est en effet interdit d’enregistrer des conversations dans la rue… D’où l’idée de se doter d’un moyen qui permettrait de repérer les bruits suspects, comme les détonations, les bris de glace, les cris de détresse, les accidents, etc.

C’est ce que propose la start-up orléanaise Sensivic, basée au Lab’O, qui a conçu un logiciel basé sur des détecteurs de sons et capable de définir le paysage sonore habituel d’une ville. Lorsqu’un son anormal se produit, cela déclenche une alerte, qui pourrait être reliée au système de vidéosurveillance de la ville : c’est l’expérimentation qui va bientôt avoir lieu au CSO, le centre de sécurité orléanais, là où la police municipale gère les images diffusées par les caméras.
Lire la suite

Pont-l’Évêque (Calvados) : Et les gendarmes inventèrent le « permis internet »…

A Pont-l’Evêque, les gendarmes remettent le permis internet
aux enfants de l’école Bon Pasteur

Le pays d’Auge, 1er juillet 2021

Sur internet aussi, il faut s’assurer d’être en sécurité ! Près de 80 enfants de CM1 et CM2 de l’école du Bon Pasteur à Pont-l’Évêque (Calvados) ont désormais en tête les règles indispensables pour naviguer sans la sphère numérique sans problème grâce au permis internet.

Il leur a été remis ce mardi 29 juin 2021 par les gendarmes de la communauté de brigades de Pont-l’Évêque. Une opération de la Gendarmerie nationale menée conjointement avec Axa Prévention ; Aurélien Dubost, agent général de l’agence Axa de Pont-l’Évêque, a remis des enceintes aux nouveaux diplômés.

Le gendarme Christophe Lelandais, référent scolaire de la Cob, avait rencontré les élèves pour une séance de sensibilisation et de prévention aux risques du web. Après la diffusion d’un DVD et un temps d’échange, les élèves devaient répondre à un test de 10 questions. L’équivalent du code, pour le permis voiture !
Lire la suite

Suresnes (Hauts-de-Seine) : caméras « à détection de comportements suspects »

À Suresnes, la vidéosurveillance va détecter
« les comportements suspects »

actuHautsdeSeine, 21 mars 2021

Black Mirror pour les uns, avancée technologiques pour les autres… Comme à chaque fois où l’intelligence artificielle est mise en place, le débat sur la place de l’humain dans le dispositif est relancé. À Suresnes (Hauts-de-Seine), les commentaires vont bon train ces derniers jours depuis que la municipalité a annoncé, dans le journal municipal, « expérimenter la mise en oeuvre d’algorithmes sur des caméras dômes de son système de vidéoprotection placées sur la voie publique. »

Une expérimentation mise en place qui doit permettre « la détection en temps réel des personnes présentant un comportement suspect et de favoriser la constatation des infractions routières. » Ce partenariat a été passé avec la société XXII Group, installée sur la commune. Un échange de bons procédés, l’entreprise poursuivant le développement de son outil en conditions réelles et la Ville ne déboursant pas un centime. Concrètement, de l’intelligence artificielle sera ajoutée sur les caméras de la ville.
Continuer la lecture de Suresnes (Hauts-de-Seine) : caméras « à détection de comportements suspects »

Reims (Marne) : en plein dans le mille [mis à jour]

Deux caméras visées par des tirs, à Reims
L’Union, 24 et 26 janvier 2021 (extraits)

Selon une information confirmée ce dimanche par le commissariat de Reims, deux caméras de surveillance de la ville ont été prises pour cible, place Mozart (quartier Wilson), dans la nuit de jeudi à vendredi. L’une d’entre elles est totalement détruite, l’autre seulement endommagée, mais inopérante également. Toutes les deux auraient fait l’objet de tirs par une arme à plomb. Une enquête a été ouverte par les services de police. Aucune interpellation n’a eu lieu pour le moment.

En 2017, deux caméras avaient ainsi été vandalisées à Orgeval, Cette fois-là, les personnes avaient escaladé les mâts à quatre mètres de hauteur pour aller casser les caméras. Un an auparavant, une caméra avait été dégradée par incendie à Croix-Rouge. Chaque dégradation a un coût pour la municipalité. Cela dépend de la nature des dégâts, si c’est le dôme, le bloc, l’alimentation, l’ensemble du dispositif qui sont touchés… Cela se compte en tout cas en milliers d’euros. À Orgeval, en 2017, le préjudice était estimé entre 7 à 10 000 euros par caméra. Rien à voir cependant avec le coût d’installation initial.

Lors du premier mandat, la majorité municipale de Reims a installé 217 caméras pendant cinq ans. En 2021, il est prévu d’améliorer le maillage de la vidéosurveillance avec l’arrivée de 22 caméras supplémentaires. Parallèlement, pour gagner en temps et en efficacité, la ville a mis en place une étude et le développement avec une entreprise nationale d’un logiciel de reconnaissance qui a la capacité de reconnaître un certain nombre d’éléments dans la limite de ce qui est fixé par la réglementation. 56 000 types de véhicules différents ont été rentrés dans la base de données du logiciel, allant de la marque, la couleur à l’année. Il suffit de rentrer quelques données du véhicule recherché, dans le cadre de la réquisition, et dans la quasi-instantanéité, sont obtenus tous les éléments correspondant, captés par les caméras, dans la période prédéfinie.

« New Deal mobile » : 20.000 nouvelles antennes 4G et 12.000 pylônes…

Dans le cadre du New Deal mobile, accord signé en janvier 2018 entre l’Etat français et les opérateurs de téléphonie mobile, Orange, Free, SFR et Bouygues se sont engagés en échange du renouvellement à titre gracieux de plusieurs fréquences accordées dix ans plus tôt, à installer 5000 nouvelles antennes-relais 4G chacun d’ici 2026 en zones blanches (aucun opérateur) et grises (un seul opérateur) comme le long de tous les axes de transport routiers et ferroviaires prioritaires. Ce qui fait près de 12.000 pylônes et 20.000 antennes supplémentaires planifiés, puisque 2000 de ces pylônes accueilleront en commun celles des quatre opérateurs.
Continuer la lecture de « New Deal mobile » : 20.000 nouvelles antennes 4G et 12.000 pylônes…

Flandre (Belgique) : drones et caméras thermiques pour Noël

Covid : la Flandre annonce des mesures très strictes pour les fêtes de fin d’année
Le Vif/RTBF, 10 décembre 2020

Plusieurs provinces flamandes ont annoncé qu’elles prendraient des mesures très strictes pour les fêtes de fin d’année. Une zone de police du Limbourg compte même déployer des drones pour s’assurer du respect de l’interdiction des feux d’artifice et des mesures sanitaires.

Selon VTM, la zone de police Carma (As, Bocholt, Bree, Genk, Houthalen-Helchteren, Kinrooi, Oudsbergen et Zutendaal) avait déjà fait usage de drones l’année passée pour détecter des feux d’artifice illégaux pendant la période des fêtes de fin d’année. Ces appareils avaient également été déployés au cours du printemps dernier pour surveiller le respect des mesures sanitaires en vigueur pour lutter contre la propagation du coronavirus.
Continuer la lecture de Flandre (Belgique) : drones et caméras thermiques pour Noël