Archives de catégorie : Dans les publications

[Tract] : Il n’y a pas que la nouvelle piscine qui déborde…

[reçu par mail le 18 juin 2022]

Il n’y a pas que la nouvelle piscine qui déborde :
pour en finir avec le nucléaire et son monde

Cliquer sur l’image pour ouvrir le pdf

Depuis des décennies, l’industrie nucléaire, lorsqu’elle n’arrive plus à s’en débarrasser discrètement, accumule les déchets radioactifs. Edf, à court de sites pour stocker les combustibles usés produits dans ses centrales, décide en 2019 de construire une nouvelle piscine d’entreposage. Le site de BellevillesurLoire est d’abord visé mais, face à un début de fronde locale, les nucléaristes se replient sur une terre qu’ils jugent davantage conquise : le Cotentin. Ce sont quelques 130 cœurs de réacteurs usés qui seraient ainsi stockés par l’électricien sur le site de retraitement des combustibles nucléaires de La Hague géré par son complice historique Orano.

(…) Cette piscine d’entreposage de combustibles n’est qu’un infime maillon de la chaîne nucléaire. Et si c’est heureux que dans une presqu’île tellement sous l’emprise de l’industrie nucléaire et de l’Etat surgisse une opposition au projet, pour nous, ce n’est pas seulement cette piscine qu’il faut stopper mais l’industrie nucléaire qui produit les tonnes de déchets ou de combustibles qui finissent par s’y entreposer. C’est surtout ce monde nucléarisé dont la piscine d’entreposage de combustible n’est qu’une verrue supplémentaire que nous voulons abattre. Un monde absurde, qui mesure le bonheur à la taille des écrans plats, à la multiplication des antennes relais, un monde de réseau de marchandises et de données, qui maintient partout exploitation, domination et guerres. Un monde toujours plus dévoreur d’énergie, de terres rares et de minerais. Le nucléaire n’est qu’une manifestation particulièrement mortifère et concentrée de l’État et du capital lorsqu’ils se déploient.

Quelques anarchistes réfractaires au meilleur
des mondes nucléaires

[Extrait, ouvrir le PDF pour lire le tract en entier]

Publication : Avis de tempêtes n°54 – juin 2022

Cliquer sur l’image pour ouvrir le pdf

Avis de tempêtesbulletin anarchiste pour la guerre sociale n°54 (juin 2022) vient de sortir.

« Que les forces armées interviennent en cas de catastrophes tout sauf « naturelles » est déjà la donne. Qu’elles se préparent à y faire face de façon accrue (qu’on songe simplement aux déplacements forcés de populations, aux guerres pour les ressources ou aux explosions de révolte que les conséquences du réchauffement climatique ne peuvent qu’exacerber) n’est pas non plus une nouveauté. Mais qu’on soit désormais officiellement passés d’une guerre de l’économie à une économie de guerre l’est peut-être davantage. L’une des conséquences est certainement d’en prendre acte, en ne regardant plus d’un même œil placide toutes ces petites entreprises qui pullulent autour de nous en participant nolens volens à la militarisation en cours. Et de leur signifier ce que nous en pensons, chacun à notre manière. »

Lire la suite et tous les anciens numéros sur :
avisdetempetes.noblogs.org

[Reçu par mail]

Soleil noir n°3, bulletin apériodique anarchiste – mars 2022

Cliquer sur l’image pour ouvrir le pdf

[Reçu par mail, 1er juin 2022]

« Avec pas mal de retard à la livraison numérique, voici le n°3 de Soleil noir de mars dernier qui circule déjà en format papier depuis cette date…

Vous y trouverez des textes autour du pass sanitaire, des luttes qui s’y sont opposées et de leurs contradictions, de la révolte en Guadeloupe et Martinique, de la Nouvelle droite, de Youssef mort en détention à Caen, de la solidarité avec Claudio Lavazza qui attend son procès, des dispositifs de contrôle des frontières, des élections et de leur éternelle absurdité, et enfin quelques brèves d’actions directes menées contre ce monde de merde…
SN »

Pour leur écrire : soleilnoir-caen_at_riseup.net
On peut télécharger ici le n°1 de juillet 2020 et là le n°2 de mai 2021

[Affiche] Athènes (Grèce) : Solidarité avec les anarchistes en butte à la répression à Munich

Affiche collée à Athènes

Solidarité avec les anarchistes en butte à la répression à Munich

Au petit matin du mardi 26 avril *, la police allemande a perquisitionné 4 domiciles de compagnons à Munich, ainsi que la bibliothèque anarchiste Frevel et une imprimerie. L’ensemble des machines et du matériel présents dans l’imprimerie ont été emportés dans des camions, tandis que dans les domiciles et la bibliothèque anarchiste, la plupart des publications, des documents personnels, des ordinateurs, des téléphones, des imprimantes et des supports de stockage numériques ont été confisqués.

Trois personnes sont accusées de « former une organisation criminelle » (article 129). Dans l’argumentation officielle de cette accusation, les flics pointent un refus des accusés de s’intégrer dans la société, leur rejet de l’État et de ses institutions, leur croyance en la violence comme moyen de lutte légitime, et plus précisément, leur participation à la création et à la distribution de l’hebdomadaire anarchiste Zündlumpen. Deux des accusés ont été arrêtés brièvement. Un prélèvement d’ADN a été ordonné pour tous les trois accusés.
Lire la suite

Publication : Avis de tempêtes n°53 – mai 2022

Cliquer sur l’image pour ouvrir le pdf

Avis de tempêtesbulletin anarchiste pour la guerre sociale n°53 (mai 2022) vient de sortir.

« Face aux rouleaux compresseurs de la civilisation industrielle et du progrès, un des derniers mondes sensibles peuplé d’imaginaires terrifiants et de fantaisies enchantées est en train de disparaître sous nos yeux : celui des forêts. Celles qui ont pu être le domaine des seigneurs où s’alignaient les pendus, et le refuge où fuir les persécutions. Celles qui ont pu être l’obscurité où abandonner sa progéniture affamée, et le havre touffu d’où partir à l’assaut de l’existant. Celles qui ont pu abriter les mystères peuplés de dryades et de lycanthropes, et voir passer les bâtisseurs de navires de guerre et autres maîtres des forges venus les dépouiller en masse. Celles qui ont vu à Sherwood des bandits audacieux détrousser les riches, en Ariège des Demoiselles au visage de suie incendier et piller des châteaux, en Courlande des révolutionnaires continuer de porter leurs coups féroces contre la tyrannie tsariste, mais aussi assister dans les Alpes ou en Pologne à la mort de froid de migrants traqués par les garde-frontières européens.
Au fond, les forêts sont ambiguës jusque dans leur étymologie même, puisque la foresta a d’abord signifié les espaces extérieurs non utilisés par les villageois –à tel point que le mot sauvage vient lui-même de silvaticus, c’est-à-dire sylvestre–, avant de désigner les vastes zones boisées réservées à la noblesse et aux monastères en étant protégées des usages paysans. Par un étrange renversement de sens du mot foresta, l’inconnu dangereux que la civilisation romaine ne parvenait pas à asservir, en est venu à qualifier au bout de quelques siècles le territoire par excellence de la domination religieuse et féodale, avant de devenir finalement un nom générique et plutôt flou. »

Lire la suite et tous les anciens numéros sur :
avisdetempetes.noblogs.org

[Reçu par mail]

Publication : Avis de tempêtes n°52 – avril 2022

Cliquer sur l’image pour ouvrir le pdf

Avis de tempêtesbulletin anarchiste pour la guerre sociale n°52 (avril 2022) vient de sortir.

« Dénoncer superficiellement le contrôle technologique dont se sert l’État chinois ou l’actuelle lancée guerrière de la Russie, en laissant supposer que le contrôle capillaire en vigueur de ce côté-ci et ses multiples « opérations anti-terroristes et humanitaires » à travers la planète seraient tout même le moins pire à souhaiter, n’a pas beaucoup de sens. Certes, on ne peut raisonnablement affirmer que se battre sur un territoire dominé par un État omniprésent et suréquipé serait équivalent à se battre sur un territoire contrôlé par un État moins à jour. Mais cela n’empêche pas que dans chacun des deux cas, l’un des pièges mortels à éviter est de participer volontairement, par nos combats mêmes, au réajustement en cours ou à l’accommodement de la domination (dont la caricature réside certainement sous nos latitudes dans les luttes pour des technologies plus inclusives garanties par l’État). C’est pour cela qu’il faut porter toute notre attention, en essayant de frapper là où ça fait mal, vers où le système pourrait moins facilement rebondir en reculant légèrement afin de mieux reprendre le contrôle par la suite. En somme, il ne s’agit pas simplement de nous rendre incontrôlables ou ingouvernables, mais de pouvoir viser directement dans ses angles morts à l’aide d’un effort d’analyse et de projectualité. »

Pour lire tous les anciens numéros : avisdetempetes.noblogs.org

[Reçu par mail]

[Tract] : Caen, Le combat se joue dans la rue !

[Reçu par mail, 13 avril 2022
Tract d’appel au rassemblement du dimanche 24 avril à 21h
place du théâtre (Caen)]

Le combat se joue dans la rue !

« Il n’est pas de sauveurs suprêmes.
Ni dieu, ni césar, ni tribun »,
Une vielle chanson

Les résultats du premier tour des élections présidentielles, qui n’avaient de toute façon rien de réjouissant à offrir si ce n’est l’oraison funèbre des vieux partis du PS et des Républicains, sont donc tombés. Dans une pâle réédition de 2017, nous devrions déléguer notre pouvoir et marcher au pas derrière le gendre idéal et, surtout, l’État et le Capital, ou bien s’abandonner dans les affres du racisme et d’un ‘’anti-système’’ complice au règne de la hiérarchie et de l’argent. Une autre possibilité est d’exprimer sans attendre notre révolte.

Le système électoral et leur démocratie sont des illusions, où on nous exhorte à nous identifier aux préoccupations du pouvoir, d’en accepter la langue de bois et l’agenda. Tout cela révèle ce que les élections n’ont jamais cessé d’être : un moment synonyme de passivité où le goût pour la délégation et la résignation est stimulé. Nous devrions, chagrins ou enthousiastes, confondre nos intérêts avec ceux de l’ordre établi et éprouver de l’empathie pour des représentant-e-s qui se disputent un supplément de part de richesse et de pouvoir.
Lire la suite

[Tract] : La construction d’une nouvelle prison commence à Noisy-le-Grand (93)

La construction d’une nouvelle prison commence
à Noisy-le-Grand (93)

Cliquer sur l’image pour ouvrir le tract

À Noisy-le-Grand une SAS va commence à sortir de terre. Derrière cet acronyme se cachent de nouvelles places d’enfermement donc plus de prisonnier-es. D’après ses concepteurs cette « Structure d’Accompagnement vers la Sortie » est un dispositif de plus pour favoriser « l’insertion », et aider à l’« autonomisation des personnes détenues ». 24 nouvelles prisons de ce type sont prévues sur le territoire, faisant partie du plan prison national, où 15 000 nouvelles cellules doivent être construites d’ici à 2027.

La liste des collabos à la construction de cette nouvelle prison ici, au verso du tract

Contrairement aux discours du ministère, ces petites prisons ne seront pas dans des immeubles lambdas en centre-ville, avec de nombreuses peines en semi-liberté. En réalité, vu les réticences locales à voir des taulard-e-s déambuler dans les rues, la plupart seront reléguées en périphérie, certaines étant même prévues sur des domaines pénitentiaires pré-existants. De toute manière quelle que soit la hauteur des murs et la présence ou non de miradors et barbelés, sortir sans permission restera une évasion.
Lire la suite

Brochure : L’extinction de la rébellion

Cliquer sur l’image pour ouvrir le pdf

[reçu par mail]

L’extinction de la rébellion. Critique d’Extinction Rébellion, de la collapsologie et de l’idéologie de la résilience, 12 p. A4, mars 2022

Brochure compilant trois textes, et
diffusée à l’occasion des Marches pour le climat du mois de mars.

A imprimer soi-même ou à commander à :
jackdejean @ riseup.net

Publication : Guerre à la guerre

Cliquer sur l’image pour ouvrir le pdf

Guerre à la guerre. Perspectives anarchistes et internationalistes, 28 pages A4, mars 2022

Sommaire

  • Contre la guerre et la mobilisation militaire – Notes préliminaires sur l’invasion de l’Ukraine
  • La guerre commence ici
  • A la brutalité de la guerre
  • Logiques de guerre
  • Le désespoir est obsolète
  • Fragments pour une lutte insurrectionnelle contre le militarisme et le monde qui en a besoin
  • La guerre commence ici : paralysons son infrastructure, là où
    nous le pouvons

[trouvé sur Indymedia Lille, 22 mars 2022 – où se trouve une version en couleur]

Publication : Avis de tempêtes n°51 – mars 2022

Cliquer sur l’image pour ouvrir le pdf

Avis de tempêtesbulletin anarchiste pour la guerre sociale n°51 (mars 2022) vient de sortir.

« Au fil des guerres qui ont parsemé le siècle dernier, et dans lesquelles ont été pris les compagnons, c’est aussi envers et contre elles que bon nombre d’interventions subversives ont pu être mises en pratique en fonction de l’endroit où ils se trouvaient, comme celle de constituer des groupes de combat autonomes (généralement décentralisés et coordonnés), de bâtir des réseaux d’aide aux déserteurs des deux camps, de mener des sabotages de l’appareil militaro-industriel à l’arrière des fronts, de saper la mobilisation des esprits et de miner l’unité nationale, d’exacerber le mécontentement et le défaitisme en tentant de transformer ces guerres pour la patrie en insurrections pour la liberté. On nous dira peut-être que les conditions ont bien changé depuis ces expérimentations, mais certainement pas au point de ne pas pouvoir puiser dans cet arsenal là si on souhaite intervenir dans les hostilités, c’est-à-dire en partant d’abord de nos propres idées et projectualités, plutôt que du moindre mal consistant à soutenir le camp et les intérêts d’un Etat contre un autre. Car si nous sommes contre la paix des marchés, contre la paix de l’autorité, contre la paix de l’abrutissement et de la servitude, nous sommes évidemment aussi contre la guerre. Parce que paix et guerre sont en réalité deux termes qui recouvrent une même continuité de l’exploitation capitaliste et de la domination étatique. »

Pour lire tous les anciens numéros : avisdetempetes.noblogs.org

[Reçu par mail]

Brochure : Entre deux feux

Cliquer sur l’image pour ouvrir le pdf

[reçu par mail, 13 mars 2022]

Entre deux feux, Recueil provisoire de textes d’anarchistes d’Ukraine, de la Russie et de Biélorussie à propos de la guerre en cours, mars 2022, 64 p. A5

Sommaire :

p. 5 Entre deux feux
Des anarchistes de la région ukranienne à propos de la menace de
guerre imminente (février 2022)
p. 25 Anarchistes et guerre
Perspectives anti-autoritaires en Ukraine (février 2022)
p. 41 contre les Annexions et l’agression impériale
Déclaration d’Action Autonome en Russie (28 février 2022)
p. 45 entretien avec le comite de résistance à kyiv
Une coordination anarchiste dans l’Ukraine sous
les bombes 1 mars 2022)
p. 49 Combattant anarchiste sur l’attaque russe
(1 mars 2022)
p. 51 Vue d’ukraine, vue de Russie
Un exilé du Donbass et un révolutionnaire en Russie
racontent leurs histoires (5 mars 2022)
p. 61 actions radicales contre la guerre
En Russie et en Biélorussie (7 mars 2022)

[Recueil publié ici à titre contre-informatif, afin que chacun.e puisse prendre connaissance de ces prises de position sur place et en discuter, de façon aussi critique… ça va de soi.]

Affiche : Je ne vote pas

Cliquer sur l’image pour ouvrir le pdf

Affiche A4 couleur, trouvée sur Indymedia Lille, 10 mars 2022

Je ne vote pas

Je ne vote pas. Parce que je ne veux pas choisir un maître, choisir celui qui décidera à ma place de ce qui est bien pour moi, et me forcera à respecter ses choix, qu’il fera passer pour les miens. Je ne veux pas que la majorité détermine ma servitude, que le bétail construise les barrières qui le parquent et nomme ceux qui me dirigeront moi aussi, quoi que j’en pense.

Je ne vote pas parce que je ne veux pas du monde qu’ils m’imposent, je ne reconnais pas l’idée de nation, de peuple, de citoyenneté, considérant que les États s’arrangent toujours pour fabriquer des identités qui donnent l’illusion d’une unité dans une population. Ni ma nationalité, ni la langue que je parle, ni ma couleur de peau ne déterminent ce que je suis, et je ne reconnais pas les frontières de l’État dans lequel le hasard de la vie m’a fait naître. De même, je ne veux rien savoir d’un quelconque bien commun, car je ne veux faire partie d’aucune communauté, je ne veux avoir aucun devoir envers personne, et je veux choisir ceux avec qui je construis ma vie.

(Pour lire la suite, ouvrir l’affiche)