Category Archives: Vidéosurveillance

Limoges (Haute-Vienne) : les caméras se ramassent à la pelle [mis à jour]

La ville de Limoges porte plainte après la destruction de six caméras de surveillance
France bleu, 8 avril 2021 (extrait)

Des outils de vidéoprotection ont été les cibles de dégradations le week-end dernier à Limoges. Entre le 3 et le 5 avril, un ou plusieurs individus ont détruits six caméras dans le quartier de Beaubreuil, à Limoges. « Toutes les pistes sont ouvertes » nous fait-on savoir du côté du parquet de Limoges, qui précise que le ou les auteurs n’ont pas été retrouvés.

Ce n’est pas la première fois que des caméras sont détruites dans le quartier de Beaubreuil à Limoges. En septembre dernier, des impacts de balle avaient été constatés sur une caméra située sur un lampadaire haut de six mètres, seulement quelques jours après des saisies de stupéfiants. « L’an dernier, nous avons eu 9 caméras de détruites dans ce quartier » rappelle Cyril Sarlin, le directeur de la sécurité, prévention et salubrité à la villede Limoges. Cela coûte néanmoins à la collectivité, environ 5 000 euros par outil détruit.
Continue reading Limoges (Haute-Vienne) : les caméras se ramassent à la pelle [mis à jour]

Herblay-sur-Seine (Val-d’Oise) : cramer les yeux de l’Etat à la voiture-bélier

Une voiture incendiée projetée sur une caméra de vidéosurveillance à Herblay-sur-Seine
La gazette du Val d’Oise, 25 mars 2021

Les bandeaux de police encadrent le bout de terrain d’où s’échappe toujours une odeur âcre de brûlé ce jeudi 25 mars 2021 au matin, tandis que les traces de pneus laissées dans la terre et le grillage enfoncé et noirci témoignent du violent incident survenu la veille, à Herblay-sur-Seine (Val-d’Oise).

Au cours de la soirée du mercredi 24 mars, des individus se sont attaqués à une caméra de vidéosurveillance installée à l’angle des rues Châteaubriand et Michelet, juste en face de l’accueil de loisirs le Bois des Fontaines. Les faits sont survenus vers 21h40. Selon nos informations, une voiture incendiée a été projetée sur le mât supportant la caméra le faisant ainsi tomber, l’appareil étant détruit dans l’incendie. Aucun individu n’aurait été interpellé.
Continue reading Herblay-sur-Seine (Val-d’Oise) : cramer les yeux de l’Etat à la voiture-bélier

Suresnes (Hauts-de-Seine) : caméras « à détection de comportements suspects »

À Suresnes, la vidéosurveillance va détecter
« les comportements suspects »

actuHautsdeSeine, 21 mars 2021

Black Mirror pour les uns, avancée technologiques pour les autres… Comme à chaque fois où l’intelligence artificielle est mise en place, le débat sur la place de l’humain dans le dispositif est relancé. À Suresnes (Hauts-de-Seine), les commentaires vont bon train ces derniers jours depuis que la municipalité a annoncé, dans le journal municipal, « expérimenter la mise en oeuvre d’algorithmes sur des caméras dômes de son système de vidéoprotection placées sur la voie publique. »

Une expérimentation mise en place qui doit permettre « la détection en temps réel des personnes présentant un comportement suspect et de favoriser la constatation des infractions routières. » Ce partenariat a été passé avec la société XXII Group, installée sur la commune. Un échange de bons procédés, l’entreprise poursuivant le développement de son outil en conditions réelles et la Ville ne déboursant pas un centime. Concrètement, de l’intelligence artificielle sera ajoutée sur les caméras de la ville.
Continue reading Suresnes (Hauts-de-Seine) : caméras « à détection de comportements suspects »

Ring : les sonnettes policières connectées d’Amazon

Comment Amazon aide la police américaine à construire
un immense réseau de vidéosurveillance
BFM, 3 mars 2021 (extrait)

Les sonnettes connectées de la marque Ring, appartenant à Amazon, connaissent un large succès. Mais elles aident aussi à constituer un système de vidéosurveillance à l’échelle du pays, financé par les citoyens eux-mêmes.

Les États-Unis vont-ils bientôt rivaliser avec la Chine en matière de vidéosurveillance? Si le gouvernement de Pékin a installé 600 millions de caméras à travers le pays, les autorités américaines peuvent quant à elles s’appuyer sur les citoyens eux-mêmes. En trois ans, l’entreprise Ring, filiale d’Amazon spécialisée dans la vente de sonnettes connectées équipées de caméras, a considérablement fait grossir la quantité de données vidéo à disposition de la police, rappelle le Washington Post.

Selon le quotidien américain (propriété de Jeff Bezos, fondateur d’Amazon), plus de 2.000 services de police et de pompiers locaux ont noué un partenariat avec Ring aux Etats-Unis. Un chiffre qui confirme une autre analyse parue récemment, cette fois dans le Financial Times. Le nombre de partenariats s’élevait à 703 en 2019, et seulement 60 en 2018. Le Washington Post estime qu’Amazon noue désormais deux nouveaux partenariats chaque jour.

Continue reading Ring : les sonnettes policières connectées d’Amazon

Alès (Gard) : feu à volonté contre les yeux de l’Etat

Alès. Trois caméras de vidéosurveillance détruites au fusil
en trois semaines
Objectif Gard, 3 mars 2021 (extrait)

À chaque fois, il faut compter entre 3 000 euros et 5 000 euros de réparation. En trois semaines, trois caméras de vidéoprotection de la ville d’Alès ont été détruites, par des individus.

Le même scénario se reproduit systématiquement : un individu le visage dissimulé par une cagoule approche de la caméra située sur un mât avant de viser au fusil et tirer. Un mode opératoire qui est survenu une fois au quartier des Cévennes et deux fois à celui des Près-Saint-Jean.

Saint-Gratien (Val-d’Oise) : crever les yeux de l’Etat en deux temps

Un mât de caméra de surveillance attaqué à la disqueuse
La gazette Val d’Oise, 26 février 2021 (extrait)

Il est aux environs de 17h15, mercredi 24 février, lorsque les forces de l’ordre sont alertées que des individus s’attaquent au mât d’une caméra de vidéosurveillance au 31, rue des Raguenets. « Ils avaient installé une échelle pour atteindre la caméra et ont porté des coups dessus pour essayer de la briser« , selon Une habitante du quartier.

…Les incidents se sont poursuivis au cours de la nuit. Vers 1h15, des individus se sont à nouveau attaqués au mât de la caméra de vidéosurveillance qu’ils ont scié à l’aide d’une disqueuse. Une enquête a été ouverte.

Vénissieux (Rhône) : de l’audace, toujours de l’audace

Incendie d’une caméra de vidéo-surveillance aux Minguettes
Le Progrès, 26 février 2021

C’est pendant la nuit du 25 février vers 21h qu’une caméra de vidéo-surveillance installée sur la façade du 12 avenue Maurice-Thorez a été incendiée. Les habitants se demandent encore comment les incendiaires ont pu atteindre cet équipement urbain, à hauteur du 12etage de la tour des Minguettes.

Nantes : filmez donc, puisque ça arrange les flics…

Nantes. Lors d’une manif, il avait dégradé une caméra de surveillance : le suspect interpellé
Ouest France, 23 février 2021 (extrait)

La scène s’est passée le 16 janvier 2021, lors d’une manifestation contre la loi de sécurité globale, à Nantes. Un homme, visage masqué, était monté sur un mât support d’une caméra du Centre de supervision urbain (CSU), place du Pont-Morand, dans le centre-ville. Et l’a dégradée à coups de poing. En redescendant, il a été interpellé par la brigade anticriminalité, qui a tenté de le menotter.

Mais l’homme s’est rebellé, et a reçu l’aide d’un groupe de Black Blocs. Une vingtaine d’individus ont jeté des projectiles sur des policiers – pierres, bouteilles –, les obligeant à lâcher le suspect. L’homme a été extirpé par les Black Blocs puis a pris la fuite à pied. Quatre policiers ont déposé plainte, ainsi que la Ville de Nantes, pour dégradations sur la caméra. Le préjudice a été estimé à 1 200 €.

L’enquête avait alors été confiée à la Sûreté départementale. Le suspect, âgé de 26 ans, a été identifié par les enquêteurs, après l’exploitation de plusieurs images de vidéosurveillance et des réseaux sociaux. Il a été arrêté sur son lieu de travail, le 16 février, puis placé en garde à vue. Il sera convoqué devant la justice le 17 novembre 2021.

Reims (Marne) : en plein dans le mille [mis à jour]

Deux caméras visées par des tirs, à Reims
L’Union, 24 et 26 janvier 2021 (extraits)

Selon une information confirmée ce dimanche par le commissariat de Reims, deux caméras de surveillance de la ville ont été prises pour cible, place Mozart (quartier Wilson), dans la nuit de jeudi à vendredi. L’une d’entre elles est totalement détruite, l’autre seulement endommagée, mais inopérante également. Toutes les deux auraient fait l’objet de tirs par une arme à plomb. Une enquête a été ouverte par les services de police. Aucune interpellation n’a eu lieu pour le moment.

En 2017, deux caméras avaient ainsi été vandalisées à Orgeval, Cette fois-là, les personnes avaient escaladé les mâts à quatre mètres de hauteur pour aller casser les caméras. Un an auparavant, une caméra avait été dégradée par incendie à Croix-Rouge. Chaque dégradation a un coût pour la municipalité. Cela dépend de la nature des dégâts, si c’est le dôme, le bloc, l’alimentation, l’ensemble du dispositif qui sont touchés… Cela se compte en tout cas en milliers d’euros. À Orgeval, en 2017, le préjudice était estimé entre 7 à 10 000 euros par caméra. Rien à voir cependant avec le coût d’installation initial.

Lors du premier mandat, la majorité municipale de Reims a installé 217 caméras pendant cinq ans. En 2021, il est prévu d’améliorer le maillage de la vidéosurveillance avec l’arrivée de 22 caméras supplémentaires. Parallèlement, pour gagner en temps et en efficacité, la ville a mis en place une étude et le développement avec une entreprise nationale d’un logiciel de reconnaissance qui a la capacité de reconnaître un certain nombre d’éléments dans la limite de ce qui est fixé par la réglementation. 56 000 types de véhicules différents ont été rentrés dans la base de données du logiciel, allant de la marque, la couleur à l’année. Il suffit de rentrer quelques données du véhicule recherché, dans le cadre de la réquisition, et dans la quasi-instantanéité, sont obtenus tous les éléments correspondant, captés par les caméras, dans la période prédéfinie.

Plaisir (Yvelines) : s’en prendre directement aux larbins municipaux

Yvelines : jets de projectiles contre les installateurs
de caméras de vidéo-protection à Plaisir

infonormandie, 25 janvier 2021 (extrait)

Des employés d’une société qui procédaient à l’installation de caméras de video-protection pour le compte de la ville, rue du Valibout, dans le quartier du même nom, à Plaisir (Yvelines) ont été pris à partie ce lundi après-midi. Ils ont notamment reçu des projectiles et des jets de mortiers de la part d’un groupe d’une dizaine d’individus, selon leurs déclarations.

L’intervention des forces de l’ordre a mis en fuite les auteurs qui n’ont pas été retrouvés. Une enquête a été ouverte.

Soissons (Aisne) : abattre les yeux de l’Etat

Une caméra de videosurveillance cassée
et des policiers caillassés à Soissons

L’Union, 25 janvier 2021

Ce week-end, le mat au sommet duquel était perchée une caméra de vidéosurveillance a été mis au sol, dans le quartier prioritaire de Presles, près du “terrain rouge”, un espace situé entre les immeubles des rues Pierre-Curie et François-Mauriac. Les policiers se sont rendus sur place mais ils ont fait face à une trentaine d’individus et ont essuyé des jets de pierre. Une enquête est ouverte sur ces différents faits.

Toulouse : scier les yeux de l’État

Toulouse : ils tentent de scier le mât d’une caméra de vidéoprotection, 20 000€ de dégâts
La Dépêche, 23 décembre 2020 (extraits)

Deux hommes à scooter s’en sont pris au mât d’une caméra de vidéoprotection, dimanche, vers 19h, chemin de Lestang dans le quartier de la Reynerie à Toulouse. Munis d’une scie circulaire thermique, il se sont attaqués [attelés, sic] à leur besogne. L’arrivée des policiers de la brigade spécialisée de terrain (BST) du Mirail a mis fin à leurs desseins. Ils ont abandonné leur outil mais aussi leur scooter et ont pris la fuite en courant. Ils ont vite été interpellés.

Les deux découpeurs, âgés de 17 et 19 ans, tous deux déjà connus de la justice, ont été placés en garde-à-vue. A l’issue, le mineur a reçu une convocation pour réparation pénale. Le majeur, lui, sera jugé au mois de février. Leur balade dominicale risque de leur coûter cher,  puisque le préjudice est estimé à 20 000€. (…) Vendredi soir, déjà, dans le quartier d’Empalot, le même scénario s’était produit.

Compiègne (Oise) : en plein dans le mille !

Des tirs à la carabine sur des caméras de surveillance à Compiègne
Le courrier picard, 10 décembre 2020

Mardi 8 décembre, vers 21 heures, un homme a tiré avec une carabine en direction des caméras de vidéosurveillance, installées place Baudelaire, dans le quartier du Clos-des-Roses. Il en a détruit une, située sur un bâtiment, juste au-dessus du marché alimentaire.

La caméra était reliée au centre de supervision urbain intercommunal et venait d’être installée depuis seulement un mois, lors du passage du quartier de deux à cinq caméras… L’enquête a été confiée aux policiers de Compiègne. En avril 2019, deux caméras, dans ce même quartier, avaient été détruites à l’aide d’une disqueuse thermique.

Chambéry (Savoie) : crever les yeux de l’État au chariot de supermarché

Chambéry : au Biollay, deux caméras de vidéosurveillance visées par des incendies
Le Dauphiné, 3 décembre 2020 (extrait)

Dans la nuit du mardi 1er au mercredi 2 décembre, vers 1 h 30 du matin, les sapeurs-pompiers de Chambéry et la police nationale sont intervenus au centre social et d’animation du Biollay (Csab) et sur le square Louis Franchet d’Esperey pour des départs d’incendies.

Dans les deux cas, le ou les auteurs ont utilisé des chariots de supermarché remplis de tissus. Au Csab, le chariot a été posé à l’angle du bâtiment, sous la caméra fixée vers le toit. Le feu a attaqué les matières isolantes, la façade ayant été refaite il y a peu de temps. Aucun dégât n’a été constaté à l’intérieur, où une forte et tenace odeur de fumée persiste. Au square, le pylône qui soutient la caméra est placé au centre. Le chariot, également rempli d’objet divers, a été posé contre le poteau. Une plainte a été déposée par la Ville et la police nationale a ouvert une enquête.

 

Montbéliard (Doubs) : crever les yeux de l’Etat à l’engin de chantier (mis à jour)

Montbéliard : les violences urbaines reprennent dans le quartier de la Petite-Hollande
Est Républicain, 22 novembre 2020 (extrait)

Ce dimanche à la nuit tombée, le quartier de la Petite-Hollande a replongé dans les exactions. Un engin de chantier a été dérobé et utilisé pour détruire les nouvelles caméras de surveillance installées dans la semaine. Le « dumper » en question a ensuite été incendié.
Continue reading Montbéliard (Doubs) : crever les yeux de l’Etat à l’engin de chantier (mis à jour)

Quimper (Finistère) : scier les yeux de l’Etat

À Quimper, ils scient deux mâts de caméras de surveillance à la disqueuse
Ouest France, 19 novembre 2020

Ils ont opéré à la disqueuse sans fil. Mercredi 18 novembre, vers 22 h, deux jeunes gens ont été interpellés en train de scier les mâts de caméras de vidéo-protection, dans le quartier de Kermoysan à Quimper (Finistère). Les poteaux et les deux caméras ont été détruits. Ce sont des riverains, alertés par le bruit, qui ont alerté les forces de l’ordre. Les policiers de la brigade anticriminalité et de police secours ont interpellé les deux jeunes gens alors qu’ils tentaient de prendre la fuite à pied.
Continue reading Quimper (Finistère) : scier les yeux de l’Etat

Roubaix (Nord) : incendier puis scier les yeux de l’Etat

Roubaix : le mat d’une caméra de vidéosurveillance incendié puis scié
La Voix du Nord, 25 septembre 2020 (extrait)

Cholet (Maine-et-Loire) : Du bon usage du feu de voiture…

Cholet. Une caméra incendiée, policiers et pompiers caillassés
Le Courrier de l’Ouest, 6 septembre 2020 (extrait)

Les pompiers de Cholet ont été appelés samedi soir, peu avant 23 heures, sur le parking Jean-Monnet, avenue de l’Europe, pour une voiture en flammes. Sur place, les secours ont constaté que le sinistre avait été volontairement allumé au pied d’un mât surplombé d’une caméra de vidéosurveillance. La police, venue en renfort, a dû faire face à 15 à 20 jeunes gens aux visages dissimulés, essuyant insultes et jets de projectiles divers.

Transports : gare à la police de promiscuité

Transports en commun : multiplication des patrouilles
Dépêche du Midi, 6 août 2020

Gérald Darmanin a annoncé le doublement des patrouilles de gendarmes et policiers dans les transports en commun, « à partir d’aujourd’hui». En 2018, 320 000 patrouilles ont été effectuées par 2 500 policiers, selon le ministre qui entend aussi augmenter les effectifs à terme. Le ministre a également annoncé qu’un engagement sera pris entre les acteurs du secteur pour qu’il n’y ait plus de trains, bus, métros, trams, équipements de gare qui soient achetés « sans caméra de vidéoprotection».
Continue reading Transports : gare à la police de promiscuité

Bron (Rhône) : les yeux de l’Etat à la disqueuse

Des caméras de vidéosurveillance détruites à la disqueuse à Bron
Le Progrès, 1er août 2020

Une dizaine d’individus se sont attaqués dans la nuit de vendredi à samedi à des caméras de vidéosurveillance implantées à Bron. Ils ont scié à la disqueuse deux mâts à Terraillon, place Jean-Moulin.

Alertée, la BAC (brigade anticriminalité) a pu interpeller vers 1 heure du matin trois individus âgés de 18 à 21 ans, deux résidant dans le quartier, le troisième étant de Chassieu. Ils ont été placés en garde à vue. Bron compte aujourd’hui 59 caméras dont 35 sur la voie publique. Le nouveau maire Jérémie Breaud (LR) avait annoncé lors de la campagne municipale vouloir étoffer ce dispositif.

Ecouen (Val d’Oise) : avis aux amateurs !

Avec la multiplication des caméras de vidéosurveillance un peu partout, il existe bien entendu des centres qui ont monté des « licences professionnelles » pour former des techniciens en installation. Exemple avec celui d’Ecouen : « La toute nouvelle licence professionnelle est née du partenariat entre l’université Sorbonne-Paris-Nord, le Hub Nikola Tesla et le centre de formation CFA AFIA ».


La vidéosurveillance, un secteur qui recrute dans le Val-d’Oise
Le Parisien, 6 juillet 2020 à 15h54

Avec le développement de la vidéoprotection dans les grandes villes, territoires publics et entreprises privées cherchent des techniciens. Une licence professionnelle a été créée pour former leurs employés de demain.

De nombreux secteurs souffrent de la crise sanitaire, le numérique n’en fait pas partie. En Ile-de-France, des opportunités sont même à saisir. La semaine dernière, le Hub Nikola Tesla à Ecouen sélectionnait des candidats pour une formation en alternance à la vidéosurveillance.

Continue reading Ecouen (Val d’Oise) : avis aux amateurs !