Archives de catégorie : Antimilitarisme/Guerre

Russie : les attaques incendiaires continuent contre les bureaux d’enrôlement

Shchelkovsky (Moscou)
Le 18 mai, deux molotovs ont volé à l’intérieur du commissariat militaire de Shchelkovsky, près de Moscou. Les deux bureaux ont été endommagés par les flammes, dont les archives du bureau d’enregistrement et d’enrôlement militaire.

Volgograd

Le 15 mai, des inconnus ont visé le bureau d’enrôlement militaire à Volgograd.
Au moins un « molotov » a volé dans le sous-sol d’un centre de recrutement, où un incendie s’est déclaré en consumant la pièce de 20 mètres carrés. Personne n’a été arrêté.

Pronsk (Riazan)
À peine une heure plus tard, un message est arrivé concernant un incendie de la porte et du cadre des fenêtres du bureau d’enregistrement et d’enrôlement militaire du village de Pronsk, dans la région de Riazan.
Personne n’a été arrêté.
Lire la suite

Omsk & Tcherepovets (Russie) : deux nouveaux bureaux d’enrôlement aux molotovs

Après ceux de Nijnevartovsk, Zubova Polyana, Voronej, Sverdlovsk, Ivanovo et Lukhovitsy (Moscou), deux nouveaux bureaux de recrutement militaire ont été incendiés aux molotovs à Omsk et Tcherepovets. Ce sont les septièmes et huitièmes du genre à subir le même sort en Russie depuis l’invasion de l’Ukraine.

Omsk (Sibérie), 13 mai 2022

La nuit du 13 mai 2022 à Omsk (Sibérie), des  inconnus ont lancé plusieurs molotovs à travers les fenêtres du bureau d’enregistrement et d’enrôlement militaire du district central, au 74 de la rue Pouchkine. Au moins deux fenêtres ont été brisées. Un des locaux du bureau d’enregistrement et d’enrôlement militaire a pris feu et une surface de 30 mètres carrés aurait cramé. Il est également rapporté que « certains documents d’archives ont été endommagés ».
Lire la suite

Moscou (Russie) : « Si le jour s’éteint à jamais… »



Le 2 mai 2022 en plein cœur de Moscou
, sur la place de la Révolution près du monument à Karl Marx, un inconnu a jeté un molotov contre les véhicules anti-émeutes de l’OMON (forces spéciales du ministère de l’intérieur russe) qui sont généralement garés-là. Les flammes ont réussi à ronger l’un d’entre eux pendant plusieurs minutes avant d’être éteintes.

L’inconnu a malheureusement été immédiatement arrêté. Il s’agit de Vitaly Koltsov, 45 ans, père de trois enfants et diplômé en philosophie, qui avait déjà participé à des rassemblements antigouvernementaux en 2017, il a été arrêté pour avoir désobéi aux flics, et en 2019 pour avoir violé « l’ordre établi » de tenir des rassemblements.

Qu’est-ce qui a poussé Vitaly à se lancer dans une attaque radicale anti-guerre au cœur de Moscou, avec une probabilité de presque 100 % d’être arrêté ? Une épigramme écrite par lui-même peut fournir un début de réponse :

Si le jour s’éteint à jamais
Notre gloire ne s’effacera pas
La mort n’arrive qu’une fois,
Choisissons-le à notre goût
Pour voir à la fin,
Comment le désert a été illuminé
Par nos cœurs ardents
Dans la lumière montante.
Lire la suite

Nijnevartovsk (Russie) : un sixième bureau d’enrôlement aux molotovs

A Nijnevartovsk, dans la lointaine Sibérie occidentale, un nouveau bureau d’enrôlement militaire a subi une attaque incendiaire, après ceux des régions de Zubova Polyana, Voronej, Sverdlovsk, Ivanovo et Lukhovitsy (Moscou).

La nuit du 3 mai 2022 peu avant 3h30,  des inconnus ont en effet ont jeté deux molotovs contre l’entrée du bureau d’enregistrement et d’enrôlement militaire de la rue Mira à Nijnevartovsk. Si le premier molotov s’est d’emblée éteint, le second a par contre enflammé les boiseries, avant que le feu ne soit étouffé par des policiers venus à la rescousse  avec des extincteurs. Un autre molotov inutilisé aurait été retrouvé sur les lieux.

Les inconnus ont réussi à s’échapper, et la police recherche désormais deux personnes pour cet attaque qualifiée d’ « incendie criminel« .

[A partir du site anarchiste russe a2day, 4 mai 2022]

Leipzig (Allemagne) : une antenne-relais part en fumée contre le militarisme

traduit de l’allemand de Zuendlappen, 2 mai 2022

Nous avons attaqué les chemins de fer allemands (Deutsche Bahn, DB) en tant que partie de la logistique de guerre en Europe. Nous n’avons pas oublié que cette entreprise (même si elle tente actuellement de blanchir son image avec des livraisons « humanitaires » en Ukraine) participe depuis des années à la livraison d’armes. Nos ami.e.s du Rojava, en particulier, sont tué.e.s tous les jours avec des armes fournies par la DB. La coopération entre les chemins de fer allemands et le régime fascisant d’Erdogan est étroite.

Ainsi, dans la nuit du 28 au 29 avril, nous avons mis le feu à une antenne-relais de la DB à Markkleeberg. La ligne sur laquelle se trouve l’antenne a été et est toujours utilisée pour la livraison d’armes. Nous essayons ainsi de contrer la logique de guerre actuelle avec nos moyens et souhaitons que les dégâts matériels soient les plus importants possibles. Lorsque la ligne n’est pas utilisée pour le transport de véhicules militaires, des voitures, du charbon et d’autres matières premières destructrices y sont envoyés avec assiduité dans le monde entier.
Lire la suite

Biélorussie/Russie : des nouvelles de la « guerre du rail »

Stopper
les wagons
traduit du russe du site anarchiste a2day, 15 avril 2022

Le 14 avril 2022, les groupes de partisans “Busly lyatsyats” [Буслы ляцяць, soit Les cigognes en vol *]  rapportent avoir mené des actions de guérilla dans les régions de Smolensk et Briansk (Russie), à une cinquantaine de kilomètres de la frontière Biélorusse, afin de ralentir le transport ferroviaire des troupes de Poutine. À la suite d’actions menées à bien, des dispositifs de signalisation, de centralisation et de blocage ont été détruits sur plusieurs tronçons ferroviaires. Plusieurs armoires de relais de signalisation sont détruites.

A cette fin, des engins incendiaires artisanaux ont été installés dans les armoires-relais du système de signalisation ferroviaire, déclenchés à l’aide d’un retardateur par minuterie, avant de brûler complètement l’équipement interne des armoires.

Il y a également eu d’autres actions contre le chemin de fer russe, dont personne, à notre connaissance, n’a pris la responsabilité. Il peut s’agir soit de partisans de la résistance russe ou biélorusse, soit de saboteurs ukrainiens. L’objectif est maintenant le même : arrêter l’agression et affaiblir l’État russe autant que possible, ce qui pourrait donner à la population une chance de faire une révolution sociale et de structurer la société sur des principes différents.

Récemment, on a appris la détention de trois Biélorusses pour avoir provoqué un incendie des armoires relais entre les gares de Borisov et Novosady, qui s’est produit le 25 mars. Les saboteurs sont tombés sur un groupe de troupes intérieures qui se trouvaient en patrouille dans la forêt, et ont ouvert le feu pour tuer [NdT : de plus, la nuit du 30 mars, trois habitants de Bobruisk, âgés de 27 à 28 ans ont été arrêtés puis un autre le 1er avril dans le district de Borisov, accusés par le ministère de l’Intérieur biélorusse d’avoir commis les sabotages de voies ferrées du 25 mars à Borisov et du 28 mars dans le district d’Osipovichi. Trois des quatre ont été blessés par les flics lors de leur arrestation puis hospitalisés, notamment après avoir reçu une balle dans les genoux].
Lire la suite

Zubova Polyana (Russie) : un cinquième bureau d’enrôlement militaire part en fumée

Des molotovs lancés contre un bureau d’enrôlement
militaire en Mordovie

traduit du russe de a2day, 19 avril 2022

Dans la nuit du 18 avril, des inconnus ont attaqué le Commissariat militaire des districts de Zubovo-Polyansky et Torbeevsky –  situé dans le village de Zubova Polyana, à deux heures et demie de Saransk.

Vers 3 heures du matin, le vigile a senti de la fumée dans l’immeuble, s’est précipité dans la rue et a vu des bureaux aux premier et deuxième étages être engloutis par les flammes. Les pièces (40 m²) où étaient stockées les données des recrues militaires ont été endommagées, plusieurs ordinateurs ont été détruits, un des bureaux entièrement incendié.

Plus tard, 4 molotovs ont été retrouvés sur place. Les assaillants n’ont laissé aucune trace (il n’y a pas de caméras ni d’alarmes au bureau d’enregistrement et d’enrôlement militaire). Une enquête pénale a été ouverte en vertu de la partie 2 de l’article 167 du Code pénal de la Fédération de Russie (destruction ou détérioration délibérée de biens). Il n’y a pas encore de déclarations officielles. Nous espérons que l’assaillant est resté en liberté.
Lire la suite

Belomestnoye (Russie) : saboter les communications entre la police et les forces militaires

Traduit de l’ukrainien du compte Telegram de Боец Анархист (Anarchiste combattant), 18 avril 2022

Aujourd’hui, des informations ont été reçues sur l’incendie la nuit du 17 au 18 avril d’un mât d’une antenne de téléphonie mobile dans le village de Belomestnoye (région de Belgorod). Ce village est situé en Russie, à trente kilomètres de la frontière ukrainienne juste au nord de Kharkiv. L’action a été planifiée et réalisée par le groupe Anarchiste Combattant-Slobozhanshchina (БОАК-Слобожанщина).

Les câbles qui assuraient le fonctionnement de l’antenne-relais ont été incendiés grâce à des chiffons imbibés d’un mélange incendiaire.

L’attaque contre les tours de téléphonie mobile dans les zones frontalières cause non seulement des dommages économiques à la Fédération de Russie dans son ensemble (particulièrement importants suite aux sanctions et les difficultés de racheter de nouveaux équipements), mais perturbe également les communications entre la police et les forces militaires.  Depuis la guerre de Géorgie en 2008 (lorsqu’une colonne de chars se rendant à Gori était à l’arrêt, et n’avait pu avancer que parce qu’un officier muni un téléphone portable l’avait rejointe en véhicule, vu que les communications de l’armée ne fonctionnaient pas), ce n’est plus un secret pour personne que compte tenu du détournement de fond des budgets, y compris de l’armée, les militaires et la police doivent souvent combler leurs lacunes en matière de sécurité en utilisant des ressources civiles.
Lire la suite

Zhuravychi/Mykolaïv (Ukraine) : l’Etat fait son sale travail, comme tous les autres

Ukraine : des étrangers maintenus en centre de rétention
malgré les bombardements

Infomigrants, 5 avril 2022

Des étrangers toujours enfermés dans les centres de rétention ukrainiens malgré les bombardements. C’est ce que révèle Human Rights Watch dans un rapport, rendu public lundi 4 avril. Selon l’ONG, des dizaines de personnes continuent d’être privées de leurs mouvements alors que l’Ukraine subit quotidiennement des frappes russes sur son territoire et que des milliers de civils ont péri dans les affrontements.

Si le centre de Tchernihiv, près de la frontière biélorusse, a été vidé de ses occupants depuis le début de l’offensive russe le 24 février, celui de Mykolaïv, au sud de l’Ukraine, à une centaine de kilomètres d’Odessa, et de Zhuravychi, au nord du pays à une quarantaine de kilomètres de Loutsk, fonctionnent encore. Deux régions touchées par le conflit, où des explosions ont encore été entendues ces dernières semaines.

« Nous avons contacté les autorités ukrainiennes à ce sujet, mais nous n’avons reçu aucune réponse à ce jour », explique Nadia Hardman. Bien sûr, nous mesurons les conditions difficiles qui règnent actuellement, mais cela ne justifie pas le maintien en détention des immigrés. » Les membres de HRW n’ont pas pu entrer en contact avec les personnes retenues dans le centre de Mykolaïv. « Ce qui est très préoccupant car cette région est le théâtre d’actions militaires majeures », insiste Nadia Hardman.
Lire la suite

Russie/Ukraine : Bref aperçu de la Résistance à la guerre

Bref aperçu de la Résistance à la guerre en Russie et en Ukraine
nowarsolidarite, 2 avril 2022
(Article écrit par des anarchosyndicalistes russes)

Le conflit militaire russo-ukrainien actuel a conduit à une explosion sauvage du nationalisme le plus dégoûtant et le plus caverneux des deux côtés de la ligne de front. En Russie, le Pouvoir appelle à « écraser » l’ennemi, en Ukraine – à se battre pour la « mère patrie » jusqu’au dernier homme. Dans les deux États, la propagande cherche à « déshumaniser » l’ennemi autant que possible et, malheureusement, de nombreux citoyens ordinaires tombent dans ce piège tendu par les dirigeants. Même de nombreux « gauchistes » et « anarchistes » se précipitent avec empressement pour soutenir l’effusion de sang, intoxiqués par le poison patriotique. Malheureusement, c’est toujours le cas au début des guerres menées par les États. Il suffit de se rappeler les cortèges hystériques des masses qui défilaient [au cri de « A Berlin » ou « A Paris] à la veille puis lors des premières semaines de la Première Guerre mondiale. Puis plusieurs années de guerre s’écoulèrent – et [en 1917] les masses, exaspérées par les difficultés, la tromperie et la souffrance – supprimèrent presque le monde des États et du Capitale, qui avait donné lieu à cette guerre … Maintenant, hélas, nous sommes infiniment loin de tout cela. Certes, cela semblait aussi très loin en août 1914 …

Les actions des gens de Russie et d’Ukraine contre les « opérations militaires », les hostilités, la destruction et les effusions de sang, méritent d’autant plus d’attention et de respect. Le mois écoulé depuis l’invasion de l’Ukraine par les troupes russes permet déjà un bref aperçu des principales formes et méthodes des protestations contre la guerre.

Lire la suite

Munich (Allemagne) : attaque contre la guerre et le réarmement

traduit de l’allemand de Zündlappen, 28 mars 2022

Dans la nuit de dimanche à lundi 28 mars vers 2h05, un agent de sécurité a entendu le bruit de vitres brisées sur un bâtiment commercial dans le secteur de la Ganghoferstraße. Après avoir localisé l’endroit en question, l’agent de sécurité a remarqué plusieurs vitres brisées ainsi que différentes inscriptions (contre la guerre et le réarmement). Les dégâts matériels s’élèvent à plusieurs milliers d’euros.

Ce bâtiment héberge l’entreprise KPMG, qui conseille l’armée allemande. Dans le même bâtiment se trouve également la société TechConnect, qui produit des logiciels pour les systèmes de missiles. Sur le bâtiment se trouvait le tag « Sabotage War ». Une vingtaine de vitres ont été endommagées ou détruites sur les deux façades du bâtiment.

Biélorussie : des opposants à la guerre dans la bataille du rail

Au Bélarus, les opposants à la guerre en Ukraine engagent
la bataille du rail

Libération, 24 mars 2022 (extrait)

Dans le pays qui sert de base arrière à l’invasion russe de l’Ukraine, les actes de sabotage contre le réseau ferré se multiplient. La société, l’armée et même le régime rechignent à envoyer des soldats combattre aux côtés des Russes, mais la pression de Moscou augmente.

Le 19 mars, les liaisons ferroviaires entre le Bélarus et l’Ukraine se sont interrompues. Les voies qui mènent vers la frontière, depuis Brest, Louninets, Kalinkavitchy et Homiel, ont été mises hors d’usage par un groupe de « Bélarusses honnêtes », comme les a nommés le chef des chemins de fer ukrainiens. Le blocage aurait duré au moins jusqu’à lundi soir, peut-être davantage. Depuis les premiers jours de la guerre, et l’utilisation du Bélarus comme une base arrière et une rampe de lancement de missiles par les forces russes, un groupe de saboteurs s’attaque au réseau ferré.

Selon Bypol, une organisation qui regroupe d’anciens membres des forces de sécurité passés à l’opposition, le réseau s’attaque en priorité aux équipements de signalisation et d’automatisation des voies, faciles à endommager et coûteux à remplacer. Le 1er mars, deux armoires de commande auraient été incendiées près de Homiel, la grande ville du Sud-Est où transitent beaucoup de forces russes, et de Baranavitchy, où a été installé un centre commun d’ entraînement militaire russo-bélarusse . Le 15 mars, c’est près de Brest, à la frontière polonaise, et de Vitebsk, à la frontière russe, que ces armoires auraient été mises hors d’usage. « Il est en notre pouvoir d’agir pour arrêter la guerre et nous libérer de l’occupation des troupes russes. C’est notre devoir », affirme Bypol sur l’application de messagerie Telegram en appelant à la mobilisation. Chacun est invité à se porter volontaire pour des actions, via un chatbot.

Lire la suite

Berlin (Allemagne) : sabotage du trafic ferroviaire, contre Tesla, la guerre et le Tren maya

Lundi 21 mars à 6h, un sabotage incendiaire de câbles de la compagnie publique allemande de chemin de fer Deutsche Bahn s’est produit aux abords de la gare de Berlin-Wuhlheide. Il a provoqué de nombreuses annulations et retards de trains sur la ligne régionale RE1 vers Francfort-sur-Oder, sur celle vers l’aéroport de la capitale, et aussi du trafic ferroviaire longue distance (Eurocity depuis la Pologne). L’ensemble du trafic n’a été rétabli que mardi vers 16h.

Ce sabotage a été revendiqué contre l’inauguration prévue le lendemain de l’usine Tesla (soit la plus grande usine de voitures électriques d’Europe) en présence d’Elon Musk, du chancelier allemand Olaf Scholz et de son ministre de l’Economie et du Climat (du parti des Verts), mais aussi contre la guerre en Ukraine avec la livraison de pétrole et charbon russe à l’Allemagne via des wagons-citernes, et en solidarité avec les opposants à la construction du Tren Maya au Mexique (ligne de chemin de fer de 1 500 km qui traversera la Péninsule du Yucatán), auquel cette même Deutsche Bahn est associée.

Voici une traduction du long communiqué de revendication, publié sur Kontrapolis le 21 mars 2022.


Ceci est plus qu’une déclaration d’intention

Ce matin, à la veille du lancement de la production de Tesla sur la commune de Grünheide, en banlieue de Berlin, nous avons saboté le service de navette du RE1 vers Falkensee avec un incendie près de la gare ferroviaire du S-Bahn de Wuhlheide. Selon DB, l’incendie de deux conduits de câbles a perturbé l’Airport Express, le RB 2 et d’autres liaisons. La cible de notre sabotage était les 3000 navetteurs qui travaillent dans la Gigafactory de Tesla. Nous avons tenté d’interférer avec la préparation du démarrage des opérations le 22 mars 2022 et la remise publique des véhicules Tesla à ses clients. C’est notre contribution à la protection de l’eau et du climat.

Aujourd’hui, 25e jour de la guerre contre l’Ukraine, nous avons brièvement interrompu le transport de wagons-citernes remplis de pétrole russe. Le but de notre action étaient les dizaines de trains avec du pétrole et du charbon russes qui circulent vers la capitale. Chaque wagon-citerne et leur financement prolonge la guerre. Chaque jour, l’Allemagne transfère jusqu’à un milliard d’euros à la Russie pour le transfert d’énergie. C’est notre contribution à la protection du climat et à la fin de la guerre.

Lire la suite

Publication : Guerre à la guerre

Cliquer sur l’image pour ouvrir le pdf

Guerre à la guerre. Perspectives anarchistes et internationalistes, 28 pages A4, mars 2022

Sommaire

  • Contre la guerre et la mobilisation militaire – Notes préliminaires sur l’invasion de l’Ukraine
  • La guerre commence ici
  • A la brutalité de la guerre
  • Logiques de guerre
  • Le désespoir est obsolète
  • Fragments pour une lutte insurrectionnelle contre le militarisme et le monde qui en a besoin
  • La guerre commence ici : paralysons son infrastructure, là où
    nous le pouvons

[trouvé sur Indymedia Lille, 22 mars 2022 – où se trouve une version en couleur]

Ukraine : un profiteur technologique de guerre

L’Ukraine utilise le sulfureux logiciel de reconnaissance
faciale de ClearView AI
Le Temps (Suisse), 15 mars 2022

C’est une surprise. Fortement critiquée pour son système de reconnaissance faciale, l’entreprise américaine ClearView AI collabore depuis peu avec les autorités ukrainiennes. Son logiciel doit permettre d’identifier des Russes présents sur son territoire, qu’ils soient vivants ou décédés. Ce rapprochement entre les autorités ukrainiennes et la firme new-yorkaise a été initiée par cette dernière qui, selon des révélations de l’agence Reuters , a offert ses services gratuitement au pays attaqué par la Russie.

L’Ukraine a commencé samedi à utiliser le logiciel de ClearView AI, notamment pour identifier des personnes à des barrages (checkpoints). Le but est d’identifier des Russes, sans doute pour démasquer des combattants infiltrés parmi les civils et voulant se livrer à des actes de sabotage. Le directeur de ClearView AI, Hoan Ton-That, a précisé qu’il n’offrira pas ses servives aux autorités russes.

Lire la suite