Archives par mot-clé : Brême

Brême (Allemagne) : la camionnette du constructeur de taules en fumée

traduit de l’allemand de endofroad, 23 septembre 2021

« Ce sont des entreprises comme Spie, WISAG, Massak, Sodexo […] qui à travers leur collaboration maintiennent la domination de l’État en vie. »

Inspirés par les compagnons qui ont déjà soulagé Dussmann Service GmbH de trois véhicules en début d’année, nous avons attaqué SPIE dans la nuit de lundi à mardi et incendié une camionnette devant leur agence de Sielhof.

Rien dans le cadre de la filière nucléaire française, ainsi qu’au travers de la coopération avec RWE dans l’extraction de lignite dans la forêt de Hambach, SPIE est déjà une cible légitime.
Mais p
our nous, SPIE est avant toute une chose : un profiteur de prison.
Lire la suite

Allemagne : les belles brèves de fin mai/début juin

Brême : les véhicules de la police anti-émeute partent
en fumée

traduit de l’allemand de chronik, 6 juin 2021

(Weser-Kurier). Dimanche matin, des inconnus ont mis le feu à plusieurs voitures de la police anti-émeute à Brême. Selon les déclarations de la police, vers 2h40, plusieurs engins incendiaires auraient été lancés de l’arrière de l’enceinte du commissariat sur les véhicules garés-là. Trois fourgons et un bus ont ainsi été réduits en cendres et quatre voitures de patrouille ont été endommagées par la chaleur. La Sûreté de l’État enquête sur d’éventuels mobiles politiques.

Les politicien-ne-s de Brême condamnent cette attaque. Le sénateur de l’Intérieur, Ulrich Mäurer (SPD), l’a par exemple qualifiée de « folie absolue », puisqu’il s‘agirait d’une attaque contre « notre sécurité à tous ». On ne sait certes pas qui est derrière, mais certains éléments « indiqueraient qu’il s’agit d’une attaque de la gauche radicale », selon la police. Depuis quelques temps, il y aurait une augmentation des délits politiques contre des institutions étatiques, des entreprises immobilières, l’armée fédérale ainsi que des instituts financiers au niveau national. « La spirale de la violence tourne toujours plus vite », a déclaré Mäurer.
Lire la suite

Allemagne : quelques brèves de début mai

Berlin : La vitre du local de la CDU en morceaux
traduit de l’allemand de chronik, 30 avril 2021

(RBB). Des inconnus ont attaqué une permanence de la CDU berlinoise dans le quartier de Marzahn-Hellersdorf dans la nuit de vendredi. La façade a été souillée et la vitre brisée en grande partie. Manifestement des pots de peinture noire ont été lancés contre la façade et à l’intérieur du bureau et un tag „#ennemi des locataires!“ a été laissé à côté de la vitre brisée.

Pas plus tard que la semaine dernière une attaque similaire avait eu lieu contre le bureau des citoyens du député CDU au Bundestag Jan-Marco Luczak. Là aussi les mots „ennemi des locataires“ avaient été tagués sur la façade et la vitrine.

Luczak avait coordonné la demande en révision contre le plafonnement des loyers, déposée par 284 députés des fractions CDU/CSU et FDP au Bundestag. Il y a deux semaines, le tribunal constitutionnel fédéral a finalement annulé ce plafonnement des loyers à Berlin. Cette décision a provoqué un mouvement de protestation de milliers de Berlinois-e-s.
Lire la suite

Allemagne : les belles brèves d’avril

Brême : Trois voitures de Dussmann réduites en cendres
traduit de l’allemand de chronik, 1er avril 2021

Il y a des entreprises comme Spie, WISAG, Massak, Sodexo… ou en l’occurrence comme Dussmann, qui par leur collaboration maintiennent en vie la domination étatique. C’est une erreur de penser que des entreprises telles que Dussmann Service GmbH seraient neutres. Elles prennent la décision de faire du profit sur l’avilissement et l’exploitation d’êtres humains. Elles assument consciemment d’empoisonner et de détruire les corps de prisonnier-e-s.
Dussmann est une entreprise sous-traitante. Elle fournit le „ravitaillement“ dans les centres de rétention et dans les prisons. La moindre assistance fournie à ce système est une contribution à une société qui a besoin des taules et de leur ordre. C’est aussi pour ces supposément petites contributions au système que les entreprises devraient être rappelées à leur responsabilité si nous voulons vivre dans un monde anti-autoritaire. Les taules sont remplies de personnes qui, de toute façon, ont déjà vécu aux marges de la société. La taule doit dissuader, discipliner les gens, et ainsi préserver la prétendue paix sociale.
Continuer la lecture de Allemagne : les belles brèves d’avril

Allemagne : les belles brèves du début de l’année

Brême : douze attaques contre le secteur immobilier
et la police

traduit de l’allemand de de.indymedia, 26 décembre 2020

En réaction au jugement contre les Trois du banc public, nous avons mené une série d’attaques offensives à Brême. Les objectifs étaient des véhicules et des bureaux d’entreprises immobilières et un poste de police.

Les trois du banc public sont entre autre accusé-e-s d’avoir planifié des attaques contre des véhicules de Vonovia. Ce consortium loue aussi des milliers d’appartements à Brême et s’illustre par les augmentations de loyers et les expulsions locatives par la force – c’est une entreprise pleine de réussite selon les critères capitalistes, qui rentabilise effectivement le logement des locataires. Dans la perspective des locataires, c’est une association exploiteuse de merde.

A côté des grands consortiums immobiliers, les agences parviennent aussi à pousser les loyers et les prix de l’immobilier toujours plus vers le haut. Elles profitent directement de la valorisation et de l’expulsion dans l’espace urbain et sont une solide partie intégrante de la ville des riches. Là, les bourges peuvent acheter des maisons et des appartements pour ensuite les louer le plus cher possible.
Continuer la lecture de Allemagne : les belles brèves du début de l’année

Brême (Allemagne) : une voiture de keufs en fumée devant leur tanière

Une voiture de patrouille incendiée
traduit de l’allemand de endofroad, 29. Oktober 2020

Notre rage est plus forte que votre répression ! Feu dans la tanière du lion. Voiture de patrouille incendiée sous son nez !

Nous sommes peureux.ses / Nous sommes malin.e.s / Nous sommes chaotiques / Nous sommes pros / Nous sommes jeunes / Nous sommes vieille-vieux / Nous sommes déjanté.e.s / Nous sommes angoissé.e.s / Nous sommes courageux-euses / Nous méprisons vos dialogues et voulons voir vos tables rondes en flammes !

Nous avons appris que des flics de Brême étaient à Berlin et ont appuyé leurs collègues lors de la brutale expulsion de la Liebig 34. Nous ne voulons pas laisser passer ça sans un mot. C’est pourquoi nous avons mis le feu sur leur parking devant leur commissariat occupé 24h/24 (lien vers l’article de presse locale du 27 octobre *). Nos genoux en tremblent encore…
Continuer la lecture de Brême (Allemagne) : une voiture de keufs en fumée devant leur tanière

Brême (Allemagne) : la caisse d’une société immobilière en fumée

Mieux vaut tard que jamais : solidarité enflammée avec les squats et les émeutes à Leipzig – voiture d’agence immobilière incendiée
traduit de l’allemand de Diymedia, 20 septembre 2020

Les flics ont expulsé des maisons squattées les 3 et 4 septembre. Les squats ont été ouverts dans le contexte du Chantier de lutte sociale, un week-end d’action, de discussion et de réflexion autour du slogan « pour une société solidaire ! Contre la gentrification, le fascisme et la répression ! ». En solidarité avec les squatteurs/squatteuses et toutes les personnes qui se sont attaquées aux porcs, nous avons, dans la nuit du 19 septembre, incendié une voiture de Hansestadt Bremen Immobilien dans le quartier de Neustadt à Brême.
Continuer la lecture de Brême (Allemagne) : la caisse d’une société immobilière en fumée

Achim (Allemagne) : un chantier d’Amazon saboté

Achim à côté de Brême : sabotage d’un chantier Amazon

traduit de l’allemand de geistige-gefaehrdungen, 19 août 2020
(extraits)

À la fin de l’année dernière, Amazon a conclu un contrat d’achat pour un site commercial près de l’autoroute A27 à Achim. Si on va là-bas, on voit d’immenses grues et d’autre matériel lourd s’élever dans les airs pour faire sortir du sol un gigantesque hangar d’acier et de béton. Là où il y a peu il y avait encore des terres en friche, 2000 personnes accompliront à l’avenir un travail mal payé sous une surveillance permanente, dans un hangar éloigné de tout – jusqu’à être bientôt complètement remplacées par des robots. Les Pôle emploi [Arbeitsamt] se frottent les mains à l’idée de pouvoir contraindre en masse des personnes à bosser chez Amazon.
Continuer la lecture de Achim (Allemagne) : un chantier d’Amazon saboté