Archives par mot-clé : Gard

Saint-Jean-du-Gard (Gard) : la Légion débarque dans les Cévennes

Le domaine de Bannière, à 4 km de Saint-Jean-du-Gard, en voie d’acquisition par l’État au profit du 2e régiment de la Légion Étrangère de Nîmes

La Légion étrangère en mode mitraillette dans les Cévennes ?
Libération, 9 mai 2022

Une possible acquisition immobilière par le corps d’armée, d’abord envisagée comme un centre de repos puis un camp d’entraînement, met la population de Saint-Jean-du-Gard en émoi.

Imaginez Antoinette dans les Cévennes croisant soudain un détachement de légionnaires en armes. C’est ce que redoute le collectif Vallées cévenoles démilitarisées, qui s’oppose à un projet d’acquisition foncière à Saint-Jean-du-Gard par la Légion étrangère. Un régiment de Nîmes « naturellement tourné vers la ruralité et la rusticité offerte par le pays cévenol », assurait l’armée dans une plaquette lors de sa présentation de l’offre d’achat en décembre. Et quoi de mieux pour des soldats parfois un peu chamboulés par leurs opérations extérieures qu’un « centre de repos et de réhabilitation » mais aussi « de formation » et même « un lieu de vacances pour les familles » de ces képis blancs. Quitte à, « dans un second temps », faire « des exercices sans matériel » sur cette ferme de Bannières Bas, à 4 kilomètres de Saint-Jean-du-Gard, des bâtiments en bon état, une grange à aménager en dortoir et 12 hectares, 7 de forêts et 5 de terres agricoles, en contrebas de la « corniche des Cévennes ».
Lire la suite

Saint-Julien-de-Cassagnas (Gard) : promenons-nous sur les voies…

De Salindres à Barjac, fixe et portable en panne
jusqu’à ce vendredi soir

Midi Libre, 12 novembre 2021

Entamée ce jeudi, la panne de réseau qui concerne le secteur autour de Salindres, Barjac, Allègre-les-Fumades, ou encore Gagnières et Bessèges trouve sa source dans un nouvel acte de malveillance sur des câbles situés le long de la voie ferrée.

« Le portable passe par intermittence, confirme la maire d’Allègre-les-Fumades, Geneviève Coste. En revanche, il n’y a plus aucun téléphone fixe ni internet. Je sais que c’est la même chose à Brouzet-lès-Alès ou à Saint-Jean-de-Maruéjols. »

« La panne concerne 6000 clients, confirme Véronique Fontaine, responsable d’Orange auprès des collectivités territoriales du Gard. C’est une nouvelle fois au niveau de la voie ferrée, aux alentours de Saint-Julien-de-Cassagnas : la dernière fois, ils avaient utilisé une hache. Cette fois-ci, ils ont apparemment usé de moyens plus sophistiqués pour trancher la fibre. Ce devrait être réglé dans la journée », confirme la responsable d’Orange.

Nîmes (Gard) : saboter le train train quotidien

Un dépôt de bus saccagé à Nîmes
France bleu Gard Lozère/Midi Libre, 18 octobre 2021

Ce lundi matin, plusieurs lignes du réseau Tango, le réseau de transports en commun de Nîmes, n’ont pas été desservies.

Le saccage de onze bus s’est produit au sein du dépôt d’un sous-traitant des transports en commun de Nîmes Métropole situé au mas de Cheylon. « C’est un acte de vandalisme. Des vitres ont été brisées et des sièges lacérés. Les onze véhicules sont inopérants. Huit autocars sont concernés » détaille Ludovic Martin, directeur général de Tango-Transdev.

Au total, vingt-sept vitres de onze d’entre eux ont été vandalisées. Les faits se sont déroulés ce week-end, entre samedi soir, très tard, lorsque le dernier véhicule est entré au dépôt, et ce lundi, 5 h 30, lorsqu’un agent a pris son service et découvert les dégâts.  Ce lundi, ces bus (sur les lignes 52, 71, 72, 104, 203A, 210, 220 A et 228) auraient dû principalement transporter vers Nîmes des collégiens et lycéens, cinq cents environ, de la Vaunage, Redessan, Rodilhan, Manduel, Saint-Gilles ou encore Poulx, mais également des personnes allant sur leur lieu de travail. Le trafic a été fortement perturbé.
Lire la suite

Carsan (Gard) : ça connecte… donc ça sabote

Carsan : Des actes de vandalisme sur le coffret de
la fibre optique

Midi Libre, 9 septembre 2021

Le village de Carsan a été récemment raccordé à la fibre optique et déjà des actes de vandalisme ont été commis sur le coffret Orange situé à l’entrée nord du village. Les faits se sont produits dans la nuit du mardi 7 au mercredi 8 septembre. Le coffret a été ouvert et les fils ont été sectionnés. Une partie du village se trouve donc privé de connexion à internet. La situation devrait rapidement revenir à la normale, le temps que les techniciens réparent et reconnectent les fils.

Alès (Gard) : fermer l’école à coups de pierres

L’école Paul-Langevin d’Alès victime d’un acte de vandalisme
France Bleu, 25 mars 2021 (extrait)

Le personnel de l’école Paul-Langevin à Alès a découvert le bâtiment vandalisé ce jeudi matin. Des vitres ont été brisées dans la nuit. Aucune intrusion n’a eu lieu, ni aucun vol. L’école a dû être partiellement fermée : seule une dizaine d’élèves est accueillie aujourd’hui, ceux dont les parents ne pouvaient pas assurer la garde.

Une quinzaine de fenêtres double vitrage ont été brisées par des pierres d’au moins deux kilos lancées à l’arrière du bâtiment. Dans un premier temps, les ouvertures seront bouchées le temps de commander et de remplacer le matériel. Principale difficulté : ramasser tous les débris de verre qui se sont dispersés partout pour la sécurité des enfants. (…) La mairie porte plainte et chiffre les dégâts à au moins 5.000 euros.

Alès (Gard) : feu à volonté contre les yeux de l’Etat

Alès. Trois caméras de vidéosurveillance détruites au fusil
en trois semaines
Objectif Gard, 3 mars 2021 (extrait)

À chaque fois, il faut compter entre 3 000 euros et 5 000 euros de réparation. En trois semaines, trois caméras de vidéoprotection de la ville d’Alès ont été détruites, par des individus.

Le même scénario se reproduit systématiquement : un individu le visage dissimulé par une cagoule approche de la caméra située sur un mât avant de viser au fusil et tirer. Un mode opératoire qui est survenu une fois au quartier des Cévennes et deux fois à celui des Près-Saint-Jean.

Nîmes (Gard) : une prisonnière se mutine et grimpe sur le toit

Nîmes : une détenue parvient à se hisser sur le toit
de la prison après avoir frappé des surveillants
Midi Libre, 22 décembre 2020 (extrait)

Les surveillants de la maison d’arrêt de Nîmes ont mené une opération d’interpellation d’une détenue ce dimanche 20 décembre. Le contexte ? La personne avait réussi à se hisser de la cour de promenade sur le toit de la prison. Selon nos informations, elle avait des revendications à faire valoir, a-t-on appris ce lundi 21décembre.

Elle aurait frappé des surveillants qui tentaient de l’interpeller et de la menotter pour la conduire au quartier disciplinaire. Une enquête a été ouverte sur les violences exercées contre le personnel pénitentiaire.

Alès (Gard) : visite nocturne au tribunal

Vandalisme au palais de justice : deux voitures dégradées
Objectif Gard, 15 juillet 2020

Une enquête est en cours au commissariat d’Alès après la découverte d’actes de vandalisme sur le parking fermé du palais de justice de la ville. Les dégradations ont été découvertes ce mercredi matin lorsque le personnel est arrivé sur place et a constaté que des vitres et des pare-brises étaient cassés. Deux voitures de l’administration judiciaire ont été visées, mais aussi différents objets se trouvant sur ce parking qui est situé à l’arrière du tribunal de la ville. Les investigations ont été confiées au commissariat d’Alès.