Archives par mot-clé : Aveyron

Cézens (Cantal) : sabotage du projet d’éoliennes industrielles

Carladez Le mât de mesure installé pour le projet éolien
a été sectionné

La Dépêche, 12 janvier 2022

Le mât de mesure installé sur la commune de Cézens dans le Cantal, aux portes du Carladez aveyronnais, a été sectionné.

Installé en octobre dernier pour étudier un projet d’implantation de vingt éoliennes* de 190 m et 200 m de hauteur au pied du rocher de Ronesque, soit aux portes du Carladez Aveyronnais, le mât de mesure est tombé, dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, volontairement sectionné par des opposants.

Une action non revendiquée qui n’arrête pas le combat de l’association « Vent de Crête » réunissant élus et citoyens contre ce projet, qui rencontrera ce vendredi 14 janvier Pierre Ignace, maire de Mur-de-Barrez pour évoquer cette problématique et proposer une réunion d’information sur le chef-lieu du Carladez en Aveyron.

* NdT : soit 14 éoliennes de 190 m sur le plateau de Vernet à Badailhac et six éoliennes de 200 m à Escoubiac au pied du rocher de Ronesque à quelques encablures de l’Aveyron. Le projet est mené par l’entreprise canadienne Boralex.

Marcillac (Aveyron) : trancher les yeux de l’Etat

Marcillac : des caméras de vidéoprotection vandalisées
près de la salle des fêtes

Centre Presse Aveyron, 15 décembre 2021 (extrait)

Alors que le projet d’installation de caméras de protection à Marcillac avait fait couler beaucoup d’encre en son temps, il semblait que leur mise en service voici quelques semaines avait apaisé les tensions.

« Ce n’est malheureusement pas le cas », indique le maire Jean-Philippe Périé vent debout contre les actes de « vandalisme » perpétrés sur le parking de la salle des fêtes. « Dans la nuit du 14 décembre, une caméra a été volée après avoir été arrachée de son support à l’aide d’un marteau professionnel, une deuxième caméra installée sur un autre site a eu son câble d’alimentation sectionné. Les horaires font penser à une action concertée et les outils utilisés qu’il s’agit bien d’un acte délibéré et réfléchi. »

Une plainte a été déposée à la brigade de gendarmerie de Marcillac… tandis qu’une action en justice a été intentée contre la pose desdites caméras par leurs opposants.

Villefranche-de-Rouergue (Aveyron) : le ministère inspectera ses cendres

Villefranche-de-Rouergue : l’Inspection académique cible d’un incendie
La Dépêche, 2 janvier 2021

Un incendie, certainement criminel, a totalement détruit les bureaux de l’Inspection académique, dans le quartier du Tricot, à Villefranche-de-Rouergue, le 1er janvier 2021 au soir. Il était aux alentours de 19 heures, en ce premier jour de l’année, dans le quartier du Tricot, à Villefranche-de-Rouergue, lorsque des passants ont donné l’alerte en voyant des flammes s’échapper du local de l’inspection académique, enclavé entre l’école primaire Robert-Fabre et le collège Francis-Carco.

Les pompiers, très rapidement sur les lieux, ont déployé tous leurs efforts pour essayer de maîtriser l’incendie. Malheureusement l’ensemble de la toiture a été détruit et les murs très endommagés.
Continuer la lecture de Villefranche-de-Rouergue (Aveyron) : le ministère inspectera ses cendres

Pierrefiche (Aveyron) : sabotage du projet d’antenne 4G et distanciation

Aveyron : les embases de l’antenne 4G sabotées à Pierrefiche
Midi Libre, 30 septembre 2020

L’implantation d’une antenne relais de téléphonie mobile 4G au Puech de la Resse, non loin du village de Pierrefiche, refait parler d’elle. Ses embases ont été sabotées, a priori, dans la nuit de dimanche à lundi.

Pourtant, mardi 29 septembre, personne ne semblait au courant… Jean-Paul Delaitte, du Carl (Collection contre l’antenne de la Resse du Larzac) assure : « J’ai toujours prôné qu’il fallait rester dans la légalité, d’ailleurs nous avons saisi le tribunal administratif pour faire stopper les travaux. J’ai toujours dit aussi que s’il se passait quelque chose, je l’aurais déconseillé et que, surtout, je ne voulais pas le savoir. » Quoi qu’il en soit, le socle qui devait accueillir l’antenne relais a bel et bien été saccagé. Ce sont même les ouvriers qui devaient installer l’antenne qui ont prévenu la gendarmerie lundi matin. À la gendarmerie désormais de faire la lumière sur ce saccage. Une enquête a été ouverte.