Archives par mot-clé : Hérault

Avis aux amateurs : Goodyear, collabo officiel de la BAC

Mireval (Hérault) :centre d’essai de 180 hectares de Goodyear, où l’entreprise met à la disposition des flics ses pistes et ses pilotes essayeurs.

Mireval (Hérault) : des policiers formés à la conduite en mode dégradé sur le circuit Goodyear
Midi Libre/France Bleu, 4 juin 2022 (extraits)

Vendredi 3 juin, sur le circuit Goodyear de Mireval, la sous-préfète, Elisa Bassa, représentant la préfecture de l’Hérault et la société Goodyear, représentée par Rémi Granier, manager et administrateur du site de Mireval, ont signé le renouvellement d’un partenariat initié en 2013*.

Objectif, continuer à permettre aux fonctionnaires de police de se perfectionner aux techniques de conduites en situation dégradée. Le tout, lors de sessions qui se déroulent sur les infrastructures héraultaises du manufacturier américain de pneumatiques. Pour cette journée ensoleillée de fin de semaine, ce sont trente policiers de la voie publique et de la BAC (Brigade anti-criminalité) venus de Sète, Béziers, Agde et Montpellier, encadrés par des instructeurs de la police nationale et des pilotes professionnels de Goodyear, qui ont participé à des ateliers de conduite ainsi qu’à des techniques professionnelles d’interception. Comme le précisait le commissaire divisionnaire Alain Fabre à la fin de la session, « une centaine de policiers qui a été formée depuis que le partenariat existe avec Goodyear ». Rémy Granier, manager Goodyear du site, considère que ce partenariat « permet d’impacter le tissu local. » 

* « Fort d’une première expérience concluante menée avec les sapeurs-pompiers du secteur, le manufacturier Goodyear qui dispose d’un centre d’essais à Mireval, près de Montpellier, a décidé de mettre à disposition ses pistes et l’expérience de ses pilotes essayeurs pour dispenser des stages de perfectionnement de conduite aux policiers de l’Hérault. Une convention a été signée entre l’État et le groupement d’intérêt économique Goodyear Mireval, une première en France. » (Le Figaro, 9 octobre 2013)

Montpellier (Hérault) : les autorités s’inquiètent des sabotages contre leur chantier

Montpellier : vandalisme sur le chantier du Lien,
des moyens « de grande ampleur » pour identifier les auteurs
Midi Libre, 14 avril 2022

Engins de chantier incendiés, dégradés : depuis son lancement, le chantier du Lien (Liaison intercommunale d’évitement nord), à Grabels et Saint-Gély-du-Fesc, est la cible d’actes de vandalisme. Chaque fois, des plaintes ont été déposées. Le conseil départemental, maître d’ouvrage, dénonçait en décembre dernier des dégâts s’élevant à « plusieurs centaines de milliers d’euros », tandis que la préfecture réunissait les entreprises et la gendarmerie afin de mettre en place une surveillance renforcée.

Quatre engins détruits, sept autres dégradés       

Le procureur de la République, Fabrice Bélargent, précise que « les gendarmes des unités de la compagnie de Castelnau-le-Lez enquêtent actuellement sur trois séries de faits dont a été victime la même société, l’entreprise Cazal. Il s’agit de faits commis du 14 au 15 décembre, la destruction totale d’un engin de chantier par incendie et dégradation de six autres engins par déversement de terre dans les réservoirs ; le 18 février, la dégradation d’un concasseur ; et entre le 22 et le 23 [mars], la destruction d’un concasseur et de 2 camions. »
Lire la suite

Grabels (Hérault) : saboter les chantiers de la métropole – bis

Chantier du Lien : un engin de travaux publics incendié
sur le site du futur contournement nord
Midi Libre, 27 mars 2022

Un engin de travaux publics a été découvert incendié, ce dimanche 27 mars, sur le chantier du Lien (Liaison intercommunale d’évitement nord de Montpellier) à Grabels, à proximité du Mas de Gentil. Le concasseur a été entièrement détruit par les flammes.

C’est la deuxième fois en quelques mois que du matériel engagé sur cet aménagement routier fait l’objet d’un sinistre. En décembre dernier déjà, une dizaine de véhicules et de machines avaient été brûlés ou dégradés. Le préfet Hugues Moutouh avait condamné « avec la plus grande fermeté » ces actes. « Les travaux se poursuivront dans l’intérêt des Héraultais et les vandales seront poursuivis par la justice. Nous ne céderons pas », avait alors déclaré le représentant de l’Etat.

L’élu départemental en charge des routes, Philippe Vidal, avait lui aussi dénoncé ces agissements, parlant d’un « véritable harcèlement ». En effet, précédemment, des œufs avaient été lancés contre des vitres d’engins, et même de l’huile de vidange jetée sur la tête d’un ouvrier.

Canet (Hérault) : simple comme un coup de pince

Des câbles de fibre optique en façade ont été vandalisés
La Dépêche, 22 février 2022

Au centre du village, les câbles de fibre optique récemment installés en façade des maisons ont été sectionnés. Malheureusement, Canet ne fait pas exception puisque depuis 2020, des dégradations volontaires sont identifiées sur tout le territoire national. Le maire prend très au sérieux ces actes de sabotage.

Une plainte a été déposée par l’entreprise XpFibre, gestionnaire du réseau, mandatée par le conseil départemental ainsi que par la mairie. Il a été mentionné que de gros travaux sont à prévoir pour restaurer le réseau et ces travaux de réparation sont déjà en cours.

De quoi susciter le ras-le-bol des riverains : « Le vandalisme continue… Les caméras sont inefficaces car ils les ont repérées. » Pour ces derniers incidents, « c’était à prévoir, le travail a été bâclé, aucune protection des câbles qui descendent des poteaux (gaine, goulotte, couvercle). Certains boîtiers ont été posés à hauteur d’homme. Il était fatal de voir un jour les câbles coupés. » Espérons que ce n’était qu’un coup d’essai.

Cers (Hérault) : à peine installées, déjà saccagées…

Des caméras de vidéo surveillance saccagées
Midi Libre, 31 janvier 2022 (extrait)

La municipalité a installé des caméras de surveillance sur la commune, en décembre dernier, pour lutter contre les incivilités. Les délits visés par la mairie et la police municipale ou rurale peuvent être très divers.

Une mesure plutôt bien acceptée par les habitants, mais qui visiblement ne fait pas que des heureux. Alors que les caméras devant être installées ne sont pas encore toutes en place, certaines personnes malveillantes ont détruit quelques caméras. Une enquête est en cours afin d’identifier les auteurs de ces faits. La Ville a déposé plainte.

Montpellier (Hérault) : saboter les chantiers de la métropole

Montpellier : un camion incendié sur le chantier du LIEN,
théâtre d’actes de vandalisme répétés

France3 Occitanie, 16 décembre 2021

Les incidents se multiplient sur le chantier du LIEN ! Pilotée par le département de l’Hérault, cette liaison intercantonale d’évitement du nord (LIEN) qui doit contourner à terme Montpellier, est décriée par nombre d’associations de protection de l’environnement. Ces dernières ont déjà organisé plusieurs manifestations sur place.

Mais mardi 14 décembre, la tension est montée d’un cran :  selon un communiqué du Département de l’Hérault « de l’huile de vidange a été jetée sur la cabine d’un engin de débroussaillement alors que le conducteur était à l’intérieur. Dans la nuit du 14 au 15, un camion a été incendié et plusieurs engins endommagés : leurs réservoirs ont été remplis de sable et de terre. »

Les dégâts s’élèveraient à plusieurs centaines de milliers d’euros.

En début de semaine, des employés avaient été pris pour cible par un groupe d’individus qui leur avait envoyé des œufs, de la peinture et de l’huile d’arachide. À l’arrivée des gendarmes, ils avaient déjà quitté les lieux.
Lire la suite

Narbonne (Aude) : l’incendie des câbles met les trains en tilt

Lundi 26 juillet vers 23h, un incendie s’est déclaré le long des voies du TER entre Narbonne (Aude) et Nissan-lez-Enserune (Hérault), à côté d’une sous-station électrique, détruisant des câbles mais endommageant aussi ce local technique.

Résultat ? Depuis 23 heures ce lundi, « des centaines de trains ont été impactés« , précise la SNCF, dont l’arrêt total du trafic régional toute la matinée de mardi entre Toulouse (Haute-Garonne) et Montpellier (Hérault). Au niveau national des TGV et Intercités, « les trains au départ de Paris pour Perpignan (Pyrénées-Orientales), ce mardi matin, seront soit supprimés, soit limités » explique-t-on à la SNCF, et les voyages au départ de Marseille (Bouches-du-Rhône) ou de Barcelone (Catalogne), passant initialement par Montpellier et Toulouse seront également impactés.

Une enquête a été ouverte pour déterminer l’origine accidentelle ou criminelle de cet incendie. Une vingtaine d’agents SNCF ont été mobilisés pour la remise en état du câblage brûlé, et la reprise des circulations de train est prévue à partir de 15h mardi.

[synthèse de la presse régionale et du site SNCF, 27 juillet 2021]

Agde (Hérault) : trois mois ferme pour non respect du couvre-eu

Béziers : un homme condamné à trois mois de prison pour avoir enfreint quatre fois le couvre-feu
AFP, 11 mars 2021

Interpellé à quatre reprises en moins d’un mois, un jeune homme a été condamné à trois mois de prison ferme pour avoir enfreint le couvre-feu, a indiqué jeudi le procureur de Béziers (Hérault), Raphaël Balland.

L’homme de 25 ans, qui se trouvait en voiture à Adge dans l’Hérault après l’heure du couvre-feu imposé en France depuis plusieurs mois en raison de la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19, a été interpellé par la police et placé en garde à vue mardi, selon un communiqué du procureur de Béziers. « Il avait donné aux policiers des explications fantaisistes alors même qu’il avait déjà été verbalisé à trois reprises courant février et mars 2021 pour avoir violé le couvre-feu », ajoute le parquet.

Continuer la lecture de Agde (Hérault) : trois mois ferme pour non respect du couvre-eu

Béziers (Hérault) : attendre les matons à la sortie du tribunal

Béziers : Les surveillants du PREJ tombent dans un véritable guet-apens à la sortie du tribunal
un site de matons, 12 février 2021 (extrait)

Ce vendredi 12 février, à la sortie du Tribunal de Grande Instance (TGI) de Béziers, une vingtaine d’individus qui se trouvaient devant le sas de sortie des véhicules du TGI et se sont mis à bloquer le passage d’un fourgon pénitentiaire.

Le véhicule s’apprêtait à regagner un établissement pénitentiaire avec un détenu quand il s’est retrouvé bloqué par ce groupe hostile. Malgré des injonctions du chef d’escorte du PREJ (Pôle de rattachement des extractions judiciaires) de Nîmes, le véhicule s’est retrouvé entouré et attaqué à coups de poing et de pieds.

Face à la violence (…), un surveillant pénitentiaire fera usage de sa bombe lacrymogène, ce qui permettra au fourgon de se frayer un chemin et de prendre la fuite.

De la domestication des esprits au flicage des corps

Un stage avec la police plutôt qu’une exclusion du collège
France Bleu, 11 janvier 2021 (extrait)

Le Directeur départemental de la sécurité publique et le Directeur Académique des Services de l’Éducation nationale de l’Hérault ont signé ce lundi à Montpellier une convention relative aux sanctions applicables aux élèves des collèges et lycées de Montpellier, Lattes et Pérols. Les élèves sous le coup d’une exclusion temporaire se verront proposer, à la place, un stage de trois jours au moins, au sein du centre de loisirs jeunes de la police nationale. Objectif : éviter un processus de déscolarisation.

Le centre de Loisirs de la police (CLJ) basé dans le quartier de la Mosson à Montpellier est un vrai outil de prévention. Le mercredi, le samedi et pendant les vacances,  il accueille 200 jeunes pour des  activités ludiques, sportives, cultuelles. En plus des policiers qui y travaillent, deux personnes ont été spécialement recrutées, un brigadier ancien champion de karaté et une mère de famille issue de la société civile, tous les deux aguerris aux problématiques de jeunes en décrochage.
Continuer la lecture de De la domestication des esprits au flicage des corps

Montpellier (Hérault) : préparer la rentrée à coup de masse

Montpellier : une nouvelle école vandalisée,
colère des parents qui interpellent le maire

France3 Occitanie, 26 août/Metropolitain, 25 août 2020 (extraits)

Cela aurait dû être une dernière semaine de vacances comme les autres, pour les écoliers de Marc Bloch, dans le quartier populaire des Hauts de Massane, proche de celui de la Mosson à Montpellier. Mais mardi dernier, ils ont eu la mauvaise surprise de découvrir leur établissement vandalisé.

Les locaux portent encore les stigmates de ces actes : le verre d’une porte vitrée, brisé, a été temporairement remplacé par du contreplaqué. Des menuiseries et des murs ont été enfoncés, endommagés. Un ordinateur et des ventilateurs ont aussi été cassés. Dans l’extension flambant neuve qui avait coûté 400.000 € à la Ville et qui doit servir à dédoubler les classes de CP/CE1, il a fallu ajouter le prix des réparations d’urgence. Le montant des réparations s’élève à 30 000 euros pour la Ville de Montpellier.
Continuer la lecture de Montpellier (Hérault) : préparer la rentrée à coup de masse

Montpellier (Hérault) : ni masque ni billet, mais de la répartie

Montpellier : elle monte dans le train sans masque et insulte copieusement les agents
Midi Libre, 31 juillet 2020 (extrait)

Il est 23 heures, mardi 28 juillet dans la gare Saint-Roch à Montpellier, lorsque les agents de la Suge (service de sécurisation des trains de la SNCF) repèrent une jeune usagère qui monte dans le train pour Paris sans masque. Les agents l’invitent à descendre. Mais quelques instants plus tard, ils la repèrent en train de tenter de monter dans une autre rame.
Continuer la lecture de Montpellier (Hérault) : ni masque ni billet, mais de la répartie

Montaud (Hérault) : d’une statue l’autre…

Puisque la mode du moment dans plusieurs endroits du monde est au déboulonnage de statues de tel ou tel puissant dont la responsabilité particulière dans l’esclavage ou la colonisation est éclatante, il aurait vraiment été dommage d’oublier également une autre responsabilité tout aussi éclatante, dont les ravages en terme de soumission et de colonisation des esprits remontent
également à des siècles et des siècles d’oppression : la Vierge Marie.

Loin du bruit tapageur des foules, sa statue a ainsi été décapitée en toute discrétion par des iconoclastes il y a quelques nuits dans la commune de Montaud…