Archives de catégorie : Répression

Le chiffre du jour : 17 000

Pour s’assurer du respect des mesures sanitaires en vigueur, la préfecture de police avait annoncé, vendredi dernier, une « opération de grande ampleur » en Île-de-France. Ce lundi, elle dresse le bilan des contrôles intensifiés de ce week-end (27-28 mars  2021).

Au total, 17.700 contrôles de personnes et 293 établissements ont été effectués. 2243 verbalisations ont été dressées pour « défaut d’attestation » et 954 verbalisations pour « non-port du masque », indique la préfecture.
(BFM, 29 mars 2021)

Bergerac (Dordogne) : l’Etat se venge d’ardents gilets jaunes

Jusqu’à 14 mois de prison ferme pour des Gilets jaunes
incendiaires

AFP, 23 mars 2021

Cinq individus, trois hommes et deux femmes, tous Gilets jaunes, ont été condamnés mardi 23 mars à Bergerac à des peines allant jusqu’à 14 mois de prison ferme pour avoir participé à des degrés divers à une série d’incendies en Dordogne, en décembre 2018, au plus fort du mouvement. Ces trois personnes, âgées aujourd’hui de 30 à 52 ans, étaient poursuivies pour association de malfaiteurs et destruction de biens d’autrui, des faits qui leur ont valu des condamnations à des peines allant de 14 mois de prison ferme pour le principal prévenu à deux ans de prison avec sursis pour deux des mis en cause. Par ailleurs, des peines de 12 mois et 6 mois ferme ont été prononcées à l’encontre de deux autres prévenus.
Continuer la lecture de Bergerac (Dordogne) : l’Etat se venge d’ardents gilets jaunes

Les chiffres du jour : 120, 58, etc.

Le 22 mars 2021, au début du procès parisien de neuf personnes, accusées d’avoir participé au saccage/pillage à un million d’euros de l’Arc de Triomphe pendant l’émeute sur les Champs-Elysées du 1er décembre 2018 –jour dit de l’Acte 3 des gilets jaunes –, la juge a tenu à donner les chiffres suivants sur l’ambiance du moment : « 412 interpellations, dont 378 gardes à vue, 120 vitrines brisées, 40 dégradations de mobilier urbain, 58 véhicules incendiés, une dizaine de commerces pillés,…  » (France Inter, 22/3). Ou encore : « 120 vitrines brisées, 35 deux-roues dégradés, 37 véhicules incendiés, dont trois de la police, des commerces pillés, des centaines de tags » (LCI, 22/3).
Il est reproché plus précisément à ces manifestants d’avoir commis des « dégradations », du « vol par effraction », du « recel », d’avoir « participé à un groupement en vue de commettre des dégradations ou des violences », ou encore « de s’être introduit.e sans autorisation dans un lieu classé ou inscrit au patrimoine historique ». D’ailleurs, pour servir de procureur-bis, l’association Halte au pillage du patrimoine archéologique et historique (Happah) est partie civile dans ce procès, notamment en défense du moulage original de la sculpture géante représentant La Marseillaise (dite aussi Le Génie de la Patrie, voir photo), défiguré lors du saccage iconoclaste du glorieux monument.

Souvenez-vous, décembre 2018 c’était précisément l’époque où anarchistes et marxistes les plus obtus rivalisaient d’anathèmes contre ce mouvement de révolte pas assez homogène à leurs yeux, tandis que de braves militants y plongeaient comme souvent les mains jointes et de façon peu critique. Trois ans après, pour avoir un autre son de cloche sur ces débuts émeutiers, on pourra par exemple (re)lire cette analyse critique parue sur le vif, quinze jours à peine après le bordel des Champs-Elysées du 1er décembre. Plutôt que de rejeter en bloc un mouvement des plus divers selon les contextes locaux ou de faire comme s’il n’existait pas en passant sous silence jusque ses belles destructions en petits groupes nocturnes, elle invitait alors plutôt chacun à saisir l’occasion d’agir dedans, dehors ou à côté de lui, selon ses propres bases et perspectives, mais aussi loin de la politique, du grégarisme ou de la composition.

Drôme : trois ans dont un ferme suite au sabotage de télécommunications

Drôme : l’incendiaire de l’antenne relais et d’une chambre
de fibre optique condamné

Le Dauphiné, 19 mars 2021

Vendredi 19 mars, un Pierrelattin de 52 ans était jugé en comparution immédiate au tribunal correctionnel de Valence pour l’incendie d’une antenne relais et d’une chambre de fibre optique à Pierrelatte. Des faits qui datent des 28 janvier et 28 février 2021. Le montant du préjudice est estimé à plus de 440 000 euros par Orange.

C’est une connaissance du quinquagénaire, une mère de famille qu’il aurait essayé de recruter, qui a fini par le dénoncer. L’ADN du prévenu a été retrouvé sur les lieux de l’incendie de l’antenne relais. Et chez lui, tout le matériel nécessaire au mode opératoire utilisé lors des incendies : bidons d’accélerant, pneus découpés et cagoule avec des traces de carburant. Le quinquagénaire a contesté tous les faits reprochés. Quatre ans de prison dont deux de sursis probatoire renforcé ont été requis.
Continuer la lecture de Drôme : trois ans dont un ferme suite au sabotage de télécommunications

Agde (Hérault) : trois mois ferme pour non respect du couvre-eu

Béziers : un homme condamné à trois mois de prison pour avoir enfreint quatre fois le couvre-feu
AFP, 11 mars 2021

Interpellé à quatre reprises en moins d’un mois, un jeune homme a été condamné à trois mois de prison ferme pour avoir enfreint le couvre-feu, a indiqué jeudi le procureur de Béziers (Hérault), Raphaël Balland.

L’homme de 25 ans, qui se trouvait en voiture à Adge dans l’Hérault après l’heure du couvre-feu imposé en France depuis plusieurs mois en raison de la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19, a été interpellé par la police et placé en garde à vue mardi, selon un communiqué du procureur de Béziers. « Il avait donné aux policiers des explications fantaisistes alors même qu’il avait déjà été verbalisé à trois reprises courant février et mars 2021 pour avoir violé le couvre-feu », ajoute le parquet.

Continuer la lecture de Agde (Hérault) : trois mois ferme pour non respect du couvre-eu

Barcelone (Espagne) : un point sur l’arrestation de huit anarchistes

traduit de l’italien de roundrobin, 5 mars 2021

Dans le cadre des révoltes qui ont éclaté à Barcelone ces deux dernières semaines, 8 compagnon.ne.s* ont été arrêtés au soir du 27 février 2021 lors d’une charge de la police.

Lundi matin 1er mars, les mossos d’esquadra ont effectué des perquisitions dans deux lieux occupés à Mataró et à Canet de Mar, des bourgades limitrophes de Barcelone, où ils ont saisi différents objets. Le mardi, après un procès qui a duré 17 heures, le juge a validé les arrestations en refusant la mise en liberté sous caution. Les accusations pour les 8 personnes inculpées sont : tentative d’homicide [contre un flic présent dans un fourgon de police de la guarda urbana mis à feu], association de malfaiteurs, manifestation non autorisée, désordre public, agression et violence contre les flics et dégradations. Ils et elles ont décidé de ne pas répondre aux questions du procureur, mais seulement à celles de l’avocat.
Continuer la lecture de Barcelone (Espagne) : un point sur l’arrestation de huit anarchistes

Paris : l’Etat se venge pour le fusil d’assaut dérobé à ses larbins [mis à jour]

Deux ans de prison ferme pour un « gilet jaune » qui avait attaqué un fourgon de police
AFP, 22 mars 2021

Il avait dérobé un sac contenant notamment un gilet pare-balles dans un véhicule de police, attaqué par de nombreux manifestants, lors d’une manifestation à Paris en décembre 2018. Un « gilet jaune » a été condamné, lundi 22 mars, à quatre ans de prison dont deux avec sursis.

En raison des quatorze mois de détention préventive déjà effectués, le prévenu n’ira pas en prison mais devra se soumettre à une surveillance électronique durant deux ans. Il aura en outre l’obligation de suivre un stage de citoyenneté destiné à le « faire réfléchir sur les valeurs de la République » et « le respect qu’on doit notamment aux policiers », a souhaité le tribunal.
Continuer la lecture de Paris : l’Etat se venge pour le fusil d’assaut dérobé à ses larbins [mis à jour]

Montreuil (93): expulsion du squat Le Marbré !

Indymedia Nantes, 28 février 2021

Samedi 27 février, le Marbré a été encerclé et envahi par une centaine de keufs aux alentours de 14h. Le Marbré, c’est un lieu d’habitation et d’organisation politique, squatté depuis septembre 2020.

Ce jour-là, une cantine y était organisée par l’assemblée publique contre les Centres de Rétention Administrative (CRA) d’Ile-de-France, dans le but de soutenir les personnes incarcérées à Meaux suite à l’incendie du CRA du Mesnil-Amelot le 20 janvier dernier.

Tout se passait bien jusqu’au moment où, vers 14h, une première voiture de flics s’est arrêtée devant l’entrée. Plusieurs personnes sont alors rentrées dans le lieu et les portes ont été fermées ; très rapidement, les flics ont appelé des renforts et plus d’une centaine de flics du 93 et du 94 ont encerclé le lieu. Quelques dizaines de personnes sont rapidement arrivées en soutien, mais ont été repoussées assez facilement sous la menace de gazeuses, matraques et flashballs. A ce moment-là, une personne a été arrêtée rue Jean-Jacques Rousseau et embarquée pour « outrage et rébellion ».
Continuer la lecture de Montreuil (93): expulsion du squat Le Marbré !

Nantes : filmez donc, puisque ça arrange les flics…

Nantes. Lors d’une manif, il avait dégradé une caméra de surveillance : le suspect interpellé
Ouest France, 23 février 2021 (extrait)

La scène s’est passée le 16 janvier 2021, lors d’une manifestation contre la loi de sécurité globale, à Nantes. Un homme, visage masqué, était monté sur un mât support d’une caméra du Centre de supervision urbain (CSU), place du Pont-Morand, dans le centre-ville. Et l’a dégradée à coups de poing. En redescendant, il a été interpellé par la brigade anticriminalité, qui a tenté de le menotter.

Mais l’homme s’est rebellé, et a reçu l’aide d’un groupe de Black Blocs. Une vingtaine d’individus ont jeté des projectiles sur des policiers – pierres, bouteilles –, les obligeant à lâcher le suspect. L’homme a été extirpé par les Black Blocs puis a pris la fuite à pied. Quatre policiers ont déposé plainte, ainsi que la Ville de Nantes, pour dégradations sur la caméra. Le préjudice a été estimé à 1 200 €.

L’enquête avait alors été confiée à la Sûreté départementale. Le suspect, âgé de 26 ans, a été identifié par les enquêteurs, après l’exploitation de plusieurs images de vidéosurveillance et des réseaux sociaux. Il a été arrêté sur son lieu de travail, le 16 février, puis placé en garde à vue. Il sera convoqué devant la justice le 17 novembre 2021.

De la domestication des esprits au flicage des corps

Un stage avec la police plutôt qu’une exclusion du collège
France Bleu, 11 janvier 2021 (extrait)

Le Directeur départemental de la sécurité publique et le Directeur Académique des Services de l’Éducation nationale de l’Hérault ont signé ce lundi à Montpellier une convention relative aux sanctions applicables aux élèves des collèges et lycées de Montpellier, Lattes et Pérols. Les élèves sous le coup d’une exclusion temporaire se verront proposer, à la place, un stage de trois jours au moins, au sein du centre de loisirs jeunes de la police nationale. Objectif : éviter un processus de déscolarisation.

Le centre de Loisirs de la police (CLJ) basé dans le quartier de la Mosson à Montpellier est un vrai outil de prévention. Le mercredi, le samedi et pendant les vacances,  il accueille 200 jeunes pour des  activités ludiques, sportives, cultuelles. En plus des policiers qui y travaillent, deux personnes ont été spécialement recrutées, un brigadier ancien champion de karaté et une mère de famille issue de la société civile, tous les deux aguerris aux problématiques de jeunes en décrochage.
Continuer la lecture de De la domestication des esprits au flicage des corps

Terrorisme d’Etat : tous les prétextes sont bons

Lutte contre le terrorisme: le préfet ferme 9 points
de
la frontière espagnole
La république des Pyrénées/France bleu, 12 janvier 2021

Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, le préfet des Pyrénées-Atlantiques, Eric Spitz, en concertation avec les communautés autonomes d’Aragon, de Navarre et du Pays Basque fermera, jusqu’à nouvel ordre, 9 points de passage frontaliers à compter du jeudi 14 janvier. Il s’agit d’ouest en est de:  . Navette Maritime Hendaye. Hendaye-Pont de Marchandises. Col de Lizuniaga RD406. Col de Lizarrietta RD306. Route de Sare- Venta Berrouet RD4. Col d’Ispéguy RD949. Les Aldudes. Port de Larrau RD26. La Pierre Saint-Martin RD132. Au final, ce sont donc près de la moitié des points de passage frontaliers qui seront fermés à partir de jeudi en Pays Basque. Il s’agit de petites routes, les passages principaux restent ouverts, mais dans ces sept passages restants, les contrôles seront renforcés.
Continuer la lecture de Terrorisme d’Etat : tous les prétextes sont bons

Perpignan (Pyrénées-Orientales) : du couvre-feu au contrôle judiciaire

Perpignan : un homme placé en garde à vue
pour non-respect du couvre-feu à huit reprises

La Dépêche, 25 décembre 2020 (extrait)

Le 22 décembre, un individu contrôlé au boulevard Desnoyers a été arrêté et placé en garde à vue pour non-respect du confinement… pour la huitième fois ! Il a été déféré devant le magistrat de permanence du parquet tribunal judiciaire de Perpignan et placé sous contrôle judiciaire.

Belgique : les poukaves s’en donnent à cœur joie

Covid-19: l’âge d’or de la délation
7/7 (Belgique), 22 décembre 2020

Le porte-parole de la police de Charleroi l’a confirmé ce lundi à la RTBF, les dénonciations s’enchaînent à un rythme effréné depuis le début de la pandémie: “C’est une horreur, on en reçoit des dizaines par jour”, confie David Quinaux. “Ça n’arrête pas, les gens dénoncent tout et n’importe quoi”, ajoute-t-il.

Courriers anonymes, appels au commissariat, les fêtards, les dîners de famille élargis, les coiffeurs et autres activités “clandestines” sont régulièrement dénoncés, par peur de la propagation du virus, voire par simple jalousie face au non-respect des consignes.
Continuer la lecture de Belgique : les poukaves s’en donnent à cœur joie

Grèce-France : Errol a été expulsé de force samedi

Athens.indymedia, 19 décembre 2020

Le compagnon Errol a été enlevé par la police grecque très tôt ce matin (19/12) depuis sa cellule d’isolement, au camp de détention d’Amygdaleza. Ils l’ont mis dans un camion de transfert pour prisonnier.ère.s, menotté, en prétextant qu’ils l’emmenaient à l’hôpital pour faire un test Covid afin de mettre fin à sa période d’isolement.

Un mensonge éhonté de toute évidence, puisqu’il était, en réalité mené directement à l’aéroport. Là-bas l’attendait une unité de flics anti-terroristes (uniforme tout noir, cagoule intégrale, gros flingues à la ceinture) qui l’ont violemment escorté, si ce n’est traîné, à l’intérieur de l’avion, après lui avoir également menotté les pieds. Il a résisté autant qu’il pouvait, avant et pendant, criant pour alerter les passager.ère.s, mais il était déjà trop tard et aucun d’elleux n’a esquissé le moindre mouvement.
Continuer la lecture de Grèce-France : Errol a été expulsé de force samedi

Cachan (Hauts-de-Seine) : filmez donc, puisque ça arrange les flics… [mis à jour]

Violences contre la police le 28 novembre: un casseur [sic] en garde à vue
Le Parisien, 17 décembre 2020 (extrait)

Le casseur présumé a été interpellé dans l’ancienne caserne désaffectée de la gendarmerie de Cachan (Val-de-Marne) transformée en squat de l’ultragauche. Un repère notamment du mouvement Extinction rébellion, qui prône la désobéissance civile pour lutter contre l’effondrement écologique et le réchauffement climatique. Ce trentenaire, soupçonné de s’être attaqué aux policiers lors du rassemblement du 28 novembre contre le projet de loi sur la sécurité globale, a été immédiatement placé en garde à vue.
Continuer la lecture de Cachan (Hauts-de-Seine) : filmez donc, puisque ça arrange les flics… [mis à jour]

Valence (Drôme) : la famille, une valeur sûre

La mairie de Valence supprime des aides familiales pour lutter contre les violences urbaines
FranceBleu, 15 décembre 2020 (extrait)

Le conseil municipal de Valence a voté lundi 14 décembre la fin de certaines aides municipales et sociales dans le cas où l’un de ses membres est condamné pour troubles à l’ordre public ou s’il a fait l’objet d’un rappel à l’ordre. Une mesure qui fait suite aux violences urbaines de la Toussaint.

Plus question pour la municipalité de voir comme aux vacances de la Toussaint des voitures brûlées, des bus caillassés, des attaques contre les forces de l’ordre. L’un des points les plus longuement discutés ce lundi soir, est la suppression des aides à la cantine, à l’achat de ticket de transport ou des chèques Sport et Culture pour les familles dont l’un des membres est impliqué dans des faits de délinquance. 
Continuer la lecture de Valence (Drôme) : la famille, une valeur sûre

« 200 dégradations dont plus de la moitié contre des pylônes de téléphonie »

Ultragauche : une « montée en gamme de la violence », selon Laurent Nuñez
AFP, 13 décembre 2020 (extrait)

Le coordonnateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme (CNRLT) Laurent Nuñez est revenu sur l’arrestation et la mise en examen de sept personnes soupçonnées d’avoir voulu préparer des actions violentes. Il y a une « montée en gamme importante de la violence dans la mouvance ultragauche », a-t-il assuré ce dimanche 13 décembre à l’AFP. Les autorités estiment à 2000 environ le nombre de membres de la mouvance ultragauche, selon une source sécuritaire interrogée en octobre.

Depuis le début de l’année, les autorités ont recensé « un peu moins de 200 dégradations », dont une partie a été revendiquée par l’ultragauche, après un appel à commettre « des ‘actions directes’: dégrader des lieux du ‘Grand capital’, des collectivités locales, des antennes-relais », a expliqué M. Nuñez. « Plus de la moitié » des dégradations recensées concernent des pylônes de téléphonie, a-t-il ajouté. « En 2017, il y avait eu aussi un appel un peu identique, mais celui de cette année semble plus suivi, il y a plus d’actions », a-t-il ajouté.

Toulouse/Vitry/Cubjac/Rennes : le terrorisme d’État revient à la charge (bis)

Ultragauche, ce que visait le groupe interpellé par la DGSI
Journal du Dimanche, 13 décembre 2020

Un groupe qui fonctionne de manière clandestine, un leader rompu au maniement des armes, la fabrication d’explosifs, l’expression d’un passage à l’action violente contre des cibles qui pouvaient être des policiers… Ce sont, selon une source proche de l’enquête, les raisons qui ont conduit la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) à procéder mardi à un coup de filet dans la mouvance ultragauche. Même si aucun projet précis n’a été identifié, cinq des sept activistes mis en examen vendredi pour « association de malfaiteurs terroriste » par les magistrats du parquet national antiterroriste (Pnat) ont été placés en détention provisoire, dont Florian D.
Continuer la lecture de Toulouse/Vitry/Cubjac/Rennes : le terrorisme d’État revient à la charge (bis)

Toulouse/Vitry/Cubjac/Rennes : le terrorisme d’État revient à la charge

Sept « membres de l’ultra-gauche » [sic] mis en examen pour terrorisme
Le Parisien, 11 décembre 2020

Il s’agit du premier dossier lié à l’ultra-gauche française ouvert par la justice antiterroriste depuis le fiasco de l’affaire Tarnac. Du jamais vu depuis 12 ans ! Six hommes et une femme âgés de 30 à 36 ans, proches de cette mouvance radicale et soupçonnées de préparer une action en France visant à semer la terreur, ont été interpellés mardi par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), selon des sources proches de l’enquête.
Continuer la lecture de Toulouse/Vitry/Cubjac/Rennes : le terrorisme d’État revient à la charge

Royaume-Uni : recyclage de cadavres

Des policiers auraient pris l’identité d’enfants morts
Le Matin (Suisse), 7 décembre 2020

C’est un nouveau volet d’une vaste enquête sur les infiltrations sous couvertures pratiquées par des policiers britanniques durant des décennies: cette fois, quatre familles intentent une action en justice contre la Metropolitan Police (Met) de Londres pour avoir utilisé les identités de proches décédés. La plainte prétend que la Met «a abusé d’informations personnelles et s’est immiscée dans leur deuil, leur causant de la détresse et nuisant à leur santé mentale», explique le «Guardian».
Continuer la lecture de Royaume-Uni : recyclage de cadavres

La Souterraine (Creuse) : avec acharnement…

La Souterraine : un homme soupçonné d’avoir dégradé des distributeurs de billets avec une masse
FranceBleu, 9 décembre 2020

Un Creusois d’une trentaine d’années va devoir passer devant le tribunal pour des dégradations commises dans la soirée du 24 novembre. Ce soir-là, à l’aide d’une masse, il aurait enfoncé trois distributeurs de billets à La Souterraine. Il s’en est aussi pris à l’écran des pompes à essence de la Station Avia, ainsi qu’à l’interphone de la gendarmerie.

Les faits se seraient déroulés en seulement quinze minutes. L’homme a agi cagoulé. Cependant les gendarmes ont réussi à l’identifier grâce à son blouson en cuir. Ce vêtement apparaît sur les images de vidéosurveillance et les gendarmes l’ont retrouvé lors d’une perquisition. Cet homme sans antécédent judiciaire ne reconnait pas les faits. En attendant son procès, fixé au mois d’avril, il a été relâché.